Waverly Hills Sanatorium

Le terrain de Louisville, au Kentucky, avait initialement été le site d’un manoir spacieux, mais en 1910, un hôpital de pointe de la tuberculose appelé Waverly Hills Sanatorium a ouvert sur le même terrain pour servir les patients de la région. Louisville, entourée de marécages et de zones humides, avait une proportion plus élevée de patients atteints de la maladie – alors appelée «la peste blanche» – que beaucoup d’autres parties du pays.

Pendant la première moitié du 20ème siècle, le traitement de la maladie pourrait être classé comme bizarre, c’est le moins qu’on puisse dire. Les autorités médicales ont estimé que l’air frais, et beaucoup d’entre eux, était le meilleur médicament. Ainsi, les patients ont été déployés sur les vérandas et les patios, peu importe la température et la température, toute l’année, la pluie, le soleil ou la neige. D’autres formes de « thérapie » comprenaient l’ablation chirurgicale de plusieurs côtes et muscles d’un patient dans l’espoir que les poumons se développeraient ensuite davantage. Des ballons ont été insérés dans les poumons, également dans l’espoir d’une expansion progressive. Beaucoup de patients sont morts de ces « cures » tentées.

Ces traitements, dans l’ensemble, étaient des échecs. Jusqu’au début des années 1940 – quand des médicaments efficaces ont été découverts pour combattre la maladie – des dizaines de milliers de personnes sont mortes à Waverly Hills. Cela a causé un problème pour le personnel. Ils craignaient que les patients vivants abandonnent l’espoir s’ils voyaient tant de corbillards arriver au sanatorium, et donc un tunnel a été gréé pour prendre les cadavres d’une entrée au rez-de-chaussée à l’autre côté d’une colline voisine, gardant les corps à l’abri des regards.

Heureusement, dans la seconde moitié du XXe siècle, le nombre de cas de tuberculose a chuté. En 1961, Waverly Hills Sanatorium a fermé boutique et a été abandonné.

En 1962, le sanatorium a été transformé en centre de soins pour personnes âgées. Il ne fallut pas longtemps avant que les rumeurs et les rumeurs commencent à se répandre sur les abus dans l’établissement: des expériences étranges sur des victimes qui ne veulent pas et des traitements d’électrochocs pour des conditions inexistantes. Il a été dit que les personnes âgées qui étaient saines d’esprit ne sont pas restées longtemps dans cette situation. Les autorités ont finalement fermé l’endroit en 1982.

Plus tard, il a été prévu de faire du bâtiment une prison, et un autre projet a voulu ériger la plus grande statue de Jésus sur le site.

Mais aucune de ces idées ne s’est concrétisée, et le bâtiment a été laissé aux vandales et à la décadence pendant de nombreuses années.

On pourrait penser que n’importe quelle propriété avec une telle histoire horrible prétendrait être hantée, et vous auriez raison.

Pour des raisons peu claires, le cinquième étage semble être le centre des activités paranormales. On voit des fantômes d’enfants jouer dans les chambres. Les esprits des patients âgés parcourent les couloirs. Les lumières sont vues dans les fenêtres et l’odeur de la cuisine bouillonne dans les couloirs. La salle 502 a un passé particulièrement sordide. L’histoire raconte qu’une infirmière, qui était enceinte et enceinte (et qui a peut-être contracté elle-même la tuberculose), s’est pendu dans la pièce et n’a pas été découverte pendant un certain temps. Et, bien sûr, le tunnel infâme où les cadavres ont voyagé est censé être à la maison de plus de quelques fantômes.

L’ancien sanatorium a été présenté sur de nombreuses émissions de télévision qui explorent le paranormal.

Le Sanatorium Waverly Hills est aujourd’hui détenu par des investisseurs privés qui soulignent la réputation du site comme l’un des endroits les plus hantés en Amérique. Ils offrent des visites pour les chasses aux fantômes curieux et du jour au lendemain pour les plus aventureux.

Sources:
 » Waverly Hills Sanatorium  » Wikipedia, tiré 27/10/11
Le site Web Waverly Hills Sanatorium , tiré 27/10/11
 » Waverly Hills Sanatorium  » Prairie Ghosts site, tiré 27/10/11

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *