Une légende urbaine universitaire

En ces temps de rentrée, je constate encore une fois que de nombreux étudiants, parmi lesquels des enseignants du secondaire, croient dur comme fer à ce qui n’est qu’une rumeur, une légende urbaine : les professeurs d’université seraient rétribués « à la tête de pipe » pour diriger des travaux de recherche (mémoires de master et thèses) et chaque fois qu’ils participent à un jury de soutenance…

C’est faux. La direction de travaux ne rapporte pas un centime « à la tête de pipe » (principe qui serait du reste inquiétant, puisque cela encouragerait chaque professeur à accepter le plus grand nombre possible de doctorants ce qui se traduit mécaniquement par une diminution de leur suivi individuel), pas plus que la participation à un jury de soutenance.

Il existe certes une prime d’encadrement doctoral dont le montant n’est pas négligeable, mais l’appréciation des conditions pour l’obtenir est telle qu’on ne peut les satisfaire qu’en compromettant les autres activités normales d’un professeur et au prix de ce qui est une forme de servitude, car elles excèdent largement et explicitement les obligations de service. Par exemple il faut s’engager, entre autres, à rester disponible (à rester physiquement sur le lieu de résidence administrative : c’est la lecture restrictive pratiquée par nombre d’universités) pendant toute la durée de l’année civile et cela pour une période de quatre ans consécutifs. Difficile dans ces conditions d’aller fréquenter une bibliothèque lointaine ou de rencontrer des équipes de recherche à l’étranger… Et on ne manquera pas ensuite de reprocher à celui qui aura ainsi souscrit à ce contrat léonin, dont l’appréciation est entièrement à la discrétion d’un administrateur mesquin, son absence de participation à des colloques internationaux, etc.

Source

Mezetulle.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *