Un poltergeist attaque violemment une jeune fille

Dans les années 1960, la municipalité de Jaboticabal (dans l’Etat de São Paulo, au Brésil) a connu une histoire des plus effrayantes. A cette époque-là, une jeune fille aurait été violemment attaquée par un fantôme qui l’aurait jusqu’à pousser au suicide ! Le revenant aurait souhaité se venger …

Ce phénomène de hantise débuta en 1965. Un jour, Maria Jose Ferreira, une enfant âgée de 11 ans, fut attaquée par des briques qui semblaient tomber de nulle part à l’intérieure même de la maison où elle vivait. Après plusieurs jours, la famille commença à croire qu’un mauvais esprit avait élu domicile chez eux.

La famille fit donc appel à un prêtre afin qu’il y mène une séance d’exorcisme. Hélas, le travail de l’homme d’Eglise ne fit qu’empirer les choses. Les briques et les pierres continuèrent à tomber du plafond, accompagnées d’œufs, de plats, d’objets ménagers, et même de meubles. La pauvre Maria était au centre de ces cruelles attaques.

La jeune fille fut giflée, mordue et blessée par des attaquants invisibles. Plus tard, elle découvrit que des aiguilles s’étaient enfoncées sous sa peau. Un autre jour, alors qu’elle mangeait son déjeuner à l’école, ses vêtements commencèrent à se consumer tout seul. Après une année d’attaques incessantes, Maria et sa famille firent appels à un médium.

Le médium affirma qu’elle était la victime d’un fantôme en colère puisque, dans une vie antérieure, Maria était une sorcière qui avait tué son assaillant invisible. Ainsi, l’esprit s’engagea à faire souffrir Maria. Malgré tout ce qui fut entrepris, rien ne put arrêter, ni atténuer ces attaques.

Quelques temps plus tard, Maria fut découverte sans vie pour cause d’empoisonnement. Elle aurait mis fin à sa propre misère.

Après son décès, toute l’activité paranormale avait disparu de la maison de cette famille endeuillée.

Source

 

http://beforeitsnews.com/paranormal/2015/09/poltergeist-drives-girl-to-suicide-4-2495588.html,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *