[Vidéo] Cette mère a lancé un cri quand elle a vu un autre «bébé» dormir à côté du sien

 

Main resized 730x380 59f7349cf057c 236506

Source : https://www.ultramignon.com

 

Laura et Dean ont installé une caméra de surveillance quand ils ont réalisé que leur fils de 18 mois, Sebastian, essayait de sortir de son berceau. 

Un soir, alors qu’elle regardait la vidéo de la caméra de surveillance, Laura a aperçu une forme qui bougeait à côté de son bébé.

Ça ressemblait étrangement à un autre bébé. 

Paniquée, elle de demander à Dean de monter à la chambre pour vérifier s’il s’agissait d’un ourson en peluche. Mais le papa ne voyait rien dans le berceau de l’enfant. 

Les parents voyaient toujours l’imamge du «bébé» dans la vidéo, mais ils ne voyaient rien dans le berceau aux côtés de Sebastien quand ils allaient voir dans sa chambre. 

Le phénomène a duré jusqu’à 1h30 du matin environ, après quoi le deuxième «bébé» est simplement disparu. 

S’il s’agit d’un événement exceptionnel aux yeux du monde, Laura affirme avoir été témoin de plusieurs phénomènes paranormaux dans sa résidence comme des photos tournées à l’envers ou des sons étranges la nuit. 

Plusieurs personnes seraient déménagées après avoir vécu de telles expériences. Mais Laura est persuadée que le «fantôme» ne veut aucun mal à son bébé puisqu’il dort paisiblement à ses côtés la nuit. 

Dormir moins de 7 heures par nuit a de graves répercussions sur notre corps : voici lesquelles

 

19101

Source : https://www.topsante.net

 

Dormir peu ou mal nuit à notre corps et pas seulement du point de vue de l’humeur ou de la consommation d’énergie, il existe bien d’autres problèmes que le manque de sommeil peut apporter. Un homme adulte, en moyenne, devrait dormir entre 7 et 9 heures par nuit, mais malheureusement la plupart d’entre nous dort moins ou ne considère pas important de se reposer tout ce temps. En fait,le sommeil joue un rôle fondamental dans le bon fonctionnement de notre corps et un manque de sommeil entraîne de graves conséquences. 

 Un mauvais sommeil peut entraîner une prise de poids : le sommeil agit sur plusieurs fonctions de notre organisme, dont l’une est liée aux molécules qui régulent la sensation de faim. En dormant moins, on a faim plus souvent, surtout de sucres et de graisses que le corps réclame.

Dormir peu ou pas du tout peut causer des problèmes de peau : passer des nuits blanches ou dormir quelques heures ne causent pas seulement les cernes sous les yeux, cela peut aussi causer d’autres problèmes de peau. Il peut, par exemple, endommager le collagène, la protéine qui maintient notre peau lisse et souple, ce qui favorise le vieillissement prématuré.

Ne pas beaucoup dormir peut aussi causer des maladies plus graves : crises cardiaques, arythmies cardiaques, hypertension, diabète, accidents vasculaires cérébraux. En outre, on estime que 90% des personnes souffrant d’insomnie peuvent souffrir de troubles associés, parfois non manifestes.

Dormir peu ou mal entraîne une détérioration de la mémoire : le sommeil aide à stocker et à consolider les données assimilées pendant la journée. Si nous ne nous reposons pas assez longtemps, notre cerveau n’est pas en mesure d’effectuer cette activité de façon satisfaisante.

Ne pas se reposer entraîne des processus de ralentissement cognitif : l’attention, la concentration et les capacités de résolution de problèmes diminuent. En outre, on éprouve des difficultés d’apprentissage.

Dormir moins de 6 heures par nuit vous prédispose davantage à souffrir de dépression :l’insomnie devient un terrain fertile pour l’apparition de formes de dépression et d’anxiété.

Le manque de sommeil diminue la libido : le désir sexuel est aussi lié au sommeil. Ne pas se reposer correctement entraîne une baisse de la libido. 

 

Michigan : le visage de Jésus apparaît sur un pierogi

Dans le Nord des Etats-Unis, le visage de Jésus-Christ est apparu sur un toast brûlé. Il s’agissait plus précisément d’un pierogi, un plat typique d’origine polonaise.
Plusieurs membres d’une église du Michigan, l’Eglise de Saint André Bessette située à Ecorse (dans le comté de Wayne), ont avoué avoir été « choqués » après que le visage poilu de Jésus ait été découvert dans un snack local. Depuis ce « Saint pierogi » est conservé congelé jusqu’à ce que les responsable de l’église ne décide de sa signification et donc de son sort.
Robert Heller, président du Festival de l’Eglise de Saint André Bressette, raconte :
« J’étais dans un restaurant de tacos, et ils sont venus vers moi et m’ont dit : ‘Jésus aime la cuisine polonaise plus que la nourriture mexicaine’, et j’ai demandé pourquoi. Je l’ai regardé et j’ai vu le visage de Notre Seigneur. »
Il poursuit :
« J’étais choqué. Je l’ai regardé, et vous pouvez certainement voir le visage de Jésus. »
En regardant ce petit toast, il est difficile de dire s’il s’agit effectivement du visage de Jésus. En effet, comme l’a fait remarquer le site Internet « Metro.co.uk », cette forme pourrait tout aussi bien ressembler à Charles Manson …
Source
http://metro.co.uk/2015/04/15/jesus-gets-bored-of-toast-appears-in-a-polish-dumpling-5151237/

Atteint d’une leucémie, il se fait rôtir pour se soigner

Un homme, atteint d’un cancer, a trouvé un moyen plutôt original pour se soigner : tous les jours, il se fait littéralement rôtir dans son jardin. Nul ne sait si cette pratique pourra stopper, voire éliminer, cette maladie mortelle.
Jia Binhui a 25 ans et réside dans le district de Yunlong à l’Est de la Chine. Atteint d’une leucémie, il n’a hélas pas assez d’argent pour pouvoir se payer un traitement. Après avoir fait d’intenses recherches, il a découvert que les cellules cancéreuses pouvaient être éliminées à une température supérieure à 42 degrés Celsius.
Sachant cela, il a construit, dans son propre jardin, une sorte de barbecue géant qu’il embrase quotidiennement avant de s’allonger juste au-dessus. Ainsi il espère que la forte chaleur dégagée par ce curieux montage pourra définitivement le soigner.
C’est en 2013 que l’homme a découvert sa maladie. A l’époque, il a subit une greffe de la moelle osseuse grâce à de généreux donateurs. Récemment, il a épousé une femme qu’il aime depuis cinq ans et, de ce fait, il refuse catégoriquement d’abandonner son combat.
Jia compte suivre son traitement pendant plusieurs semaines. Suite à cela, il retournera à l’hôpital pour savoir si, oui ou non, son état s’est amélioré.
Source
http://www.nouvelordremondial.cc/2015/04/12/atteint-dune-leucemie-il-se-fait-rotir-pour-se-soigner/,

Une femme qui avait fait des photos de maternité avec 20 000 abeilles sur son ventre accouche d’un bébé mort-né.

 

Main resized 730x380 5c0580e041e68 291365

Source ; https://www.ayoyemonde.com

 

Une future maman qui avait posé avec 20 000 abeilles sur son ventre a malheureusement accouché d’un bébé mort-né.

La femme de 33 ans, Emily Mueller, a révélé que le bébé était mort dans son utérus au cours du dernier week-end.

Dans un texte déchirant qu’elle a publié en ligne, Mueller a expliqué en détails les étapes de ce récit bouleversant.

Celle qui est déjà mère de 3 enfants a expliqué qu’alors qu’elle se préparait à assister à un événement jeudi dernier, elle avait remarqué que son bébé ne bougeait pas.

Inline resized 1024 5c0580cb68445 291365

Emily a donc décidé d’aller consulter à l’hôpital où on lui a appris que son bébé était décédé.

Inline resized 1024 5c0580cb68486 291365

Ce fut un choc pour la mère et le père qui espéraient bien revenir de l’hôpital avec un sourire aux lèvres, compte tenu que la date de naissance prévue de l’enfant était dans quelques jours seulement.

Rappelons qu’en août dernier, Emily Mueller avait causé une véritable tempête sur le web en publiant des photos de maternité où on pouvait voir 20 000 abeilles sur son ventre.

 

Le Parlement du Japon s’intéresse aux OVNI …

Les parlementaires japonais prennent très au sérieux le phénomène OVNI. Ainsi, un sénateur a interrogé le ministre de la Défense à ce sujet. Ce dernier a publiquement tenu à mettre les choses au clair …
Ce jour-là, le sénateur « Antonio » Inoki questionnait le ministre Gen Nakatani pour savoir si le pays du Soleil-Levant traquait d’éventuels vaisseaux extraterrestres et si des « études étaient menées sur eux ». A la fin de son allocution, l’homme politique a affirmé qu’il avait déjà vu un mystérieux objet volant non identifié.
En réponse, le ministre a indiqué que, pour sa part, il ne croyait plus à l’existence des soucoupes volantes :
« Les soldats trouvent parfois des oiseaux ou des objets volants autres que des avions, mais à ma connaissance, il n’a jamais été découvert d’Ovni venu d’un autre endroit que la Terre. »
Il a étayé son argumentation en affirmant que si un OVNI avait violé l’espace aérien du Japon, des avions de chasse auraient été envoyés pour l’abattre.
Des précédents …
En 2007, le Conseil des Ministres avait adopté une résolution dans laquelle il ne « confirmait pas l’existence des OVNI ». A cette époque, le porte-parole du Conseil,Nobutaka Machimura, et le ministre de la Défense, Shigeru Ishiba, avaient tous deux affirmé qu’ils n’étaient pas de cet avis …
Photo :Image tirée du film Scary Movie 3, sortie en 2003 et réalisé par David Zucker
Source
http://www.bfmtv.com/societe/japon-les-soucoupes-volantes-n-existent-pas-confirme-le-gouvernement-873741.html,

 
 
 
 
 

13 coïncidences difficiles à croire mais réelles

Notre Histoire est pleine de coïncidences tellement extraordinaires qu’elles paraissent difficiles à croire. Le site Internet « BeforeItsNews » s’est amusé à en recenser treize qui ont, à chaque fois et sans exception, bluffé et étonné les passionnés du monde entier …
13Le 4 Novembre 2008, Barack Obama, qui était auparavant sénateur de l’Illinois, gagna l’élection présidentielle. Le lendemain, les combinaisons gagnantes de la loterie de l’Illinois étaient 6-6-6.
12L’astronome sud-africain Daniel du Toit venait juste de finir de donner une conférence en concluant que la mort pouvait nous frapper à tout moment. Suite à cela, il s’assit avant de manger un bonbon. Hélas pour lui, il s’étouffa mortellement avec.
11Lors de la production du jeu Deus Ex (sorti le 22 juin 2000), l’équipe chargée du développement oublia malencontreusement d’ajouter les Tours Jumelles (du WTC) dans la ville de New York. Les développeurs du jeu fournirent une explication à cette absence : les bâtiments avaient été démolis à cause d’une attaque terroriste. Et, un peu plus d’un an après (le 11 septembre 2001), deux Boeings détournés vinrent frapper les deux tours qui s’écroulèrent quelques minutes plus tard …
10Le 28 juin 1914, l’archiduc Franz Ferdinand fut assassiné ce qui déclencha laPremière Guerre mondiale. Au moment des faits, il se trouvait dans une voiture dont la plaque d’immatriculation était « A III 118 ». Quelques années plus tard, la guerre prit fin lorsque l’armistice fut signée le 11-11-18, à 11 heures.
9En 2002, un finnois de 70 ans a été tué par un camion alors qu’il tentait de traverser une route à vélo. Deux heures plus tard, son jumeau identique a été tué exactement dans les mêmes circonstances, à moins d’un kilomètre et sur la même route !
8En 1883, Henry Ziegland décida de rompre avec sa petite amie de longue date. Le cœur brisé, cette dernière se pendît. Son frère jura alors de la venger et traqua Ziegland. Quand il le trouva enfin, il visa sa tête et tira. Ziegland tomba au sol. Le frère de la jeune fille, persuadé qu’il s’était vengé comme il se devait, se suicida avec la même arme. Il ne savait pas que Ziegland allait survivre, car la balle avait simplement effleuré sa joue et s’était logée dans un arbre.
Plusieurs années passèrent, et Ziegland tenta d’abattre l’arbre qui avait accueilli la balle. Pour arriver à ses fins, il dynamita l’arbre et l’explosion lui envoya la balle en pleine tête !
7En 1838, l’écrivain Américain Edgar Allan Poe publia The Narrative of Arthur Gordon Pym of Nantucket. Ce roman racontait l’histoire de 4 hommes bloqués en pleine mer après que leur bateau ait coulé. Les hommes tuèrent et mangèrent un moussaillon du nom de Richard Parker.
Quarante-six ans plus tard, un bateau baptisé la ‘Mignonette’ subit le même sort. Les quatre survivants affamés tuèrent et mangèrent le moussaillon dont le nom était également Richard Parker …
6Samuel Clemens, aussi connu sous le nom de Mark Twain, naquit le 30 novembre 1835, c’est-à-dire peu de temps après l’apparition de la comète de Halley dans le ciel. Plus tard dans sa vie, il prédisait qu’il mourrait lors du retour de la comète. En 1910, un jour après l’apparition de la comète de Halley, Mark Twain mourut d’une crise cardiaque.
5Le 20 Septembre 1911, le paquebot transatlantique RMS Olympic de la White Star Line rentra en collision avec un navire de guerre britannique appelé HMS Hawke. L’Olympic souffrit de graves dommages à la coque mais personne ne fut tuée ou gravement blessée.
Sept mois plus tard, le naufrage du Titanic allait devenir l’une des catastrophes maritimes la plus meurtrière, qui coûta la vie à plus de 1500 personnes.
Le 21 Novembre 1916, tôt dans la matinée, le plus gros paquebot de la White Star Line, le HSMS Britannic fut secoué par une mystérieuse explosion. Cinquante-cinq minutes plus tard, il coula dans la mer méditerranée. Au total, trente personnes y perdirent la vie.
Ces trois catastrophes successives possèdent des points communs très surprenants. Premièrement, les trois bateaux appartenaient à la même compagnie. Ensuite, une hôtesse était à bord lors des trois accidents ! Cette dernière eut énormément de chances puisqu’elle survécut à chaque fois.
4Au 18ème siècle, un Français du nom de Jean Marie Dubarry fut exécuté pour avoir tué son père, le 13 février 1746. Cent ans plus tard exactement, le 13 février 1846, un autre homme fut mis à mort pour les mêmes raisons. Celui-ci s’appelait aussi Jean Marie Dubarry !
3En 1872, un Baron Français du nom de Rodemire de Tarazone fut tué par Claude Volbonne. Deux décennies plus tôt, le père du Baron de Tarazone avait été tué par un homme différent, qui portait aussi le nom de Claude Volbonne.
2Le 28 Juillet 1900, le roi Umberto I d’Italie mangeait dans un restaurant dans la ville de Monza. A sa grande surprise, il découvrit que le propriétaire du restaurant lui ressemblait comme deux gouttes d’eau et qu’il s’appelait aussi Umberto. En outre, leurs femmes avaient le même nom et le restaurant avait ouvert le même jour que le couronnement du roi. Le lendemain, les deux Umberto moururent dans deux accidents différents.
1
Le 26 novembre 1911, trois hommes furent accusés du meurtre de Sir Edmund Berry et furent rapidement pendus à Greenberry Hill dans la capitale londonienne. Les noms des trois hommes étaient respectivement, Green, Berry et Hill.
Sourcehttp://www.nouvelordremondial.cc/2015/03/22/13-coincidences-qui-vont-vraiment-vous-faire-flipper/

Officiellement déclarée morte, elle revient à la vie devant deux policiers !

Officiellement declaree morte revient vie devant deux policier a

 

Source ; https://www.waouh.com

 

Âgée de 49 ans, une femme a été officiellement déclarée morte jeudi dernier par un médecin du Samu. Cependant, des policiers se sont rendu compte près d’une heure plus tard que celle-ci respirait encore !

Le drame a été évité de justesse. En effet, jeudi 27 avril dernier, une femme âgée de 49 ans a été retrouvée inanimée par sa propre fille qui souhaitait lui rendre visite, chez elle. Après que les pompiers et le SAMU se soient rendus sur place, il s’est avéré qu’il était impossible de la réanimer … Ainsi, le médecin en charge de cette affaire a finalement choisi d’annoncer son décès à 18h10.

Déclarée morte, elle bouge encore

Une bonne heure plus tard, comme le veut le protocole, un officier de la police judiciaire accompagné par un gardien de la paix commencent les constatations. Après avoir délicatement soulevé le drap sous lequel reposait le corps de cette pauvre maman, les deux hommes ont vite remarqué d’étranges mouvements au niveau de l’estomac. Jugeant cela étrange, le gardien de la paix décide de lui prendre son pouls et constate une nouvelle petite réaction.

Se lançant dans une séance de massage cardiaque qui durera plus d’une demi-heure, l’officier de police judiciaire ainsi que le gardien de la paix décident de se relayer. L’un après l’autre, ils massent donc cette femme tout en lui tenant la main et en essayant de lui parler. C’est après de longues minutes que son cœur est finalement reparti : « Nos collègues ont cru se retrouver dans un épisode de Walking Dead. Leur réaction a été salutaire pour la malheureuse. C’est une histoire de dingue », a ainsi déclaré Yvan Assioma, secrétaire régional du syndicat Alliance au sujet de cette histoire hautement improbable.

 

La victime, a finalement été transportée dans la foulée à l’hôpital Necker, situé dans le 15ème arrondissement de Paris. Placée en réanimation, cette maman souffrant d’anorexie devrait d’ailleurs sortir de l’hôpital sous peu.

Sans l’intervention et le sang-froid de ces deux officiers, cette femme aurait pu connaître un destin bien plus tragique. Cette histoire souligne également l’importance de connaître les gestes qui sauvent. Si jamais vous souhaitez vous aussi être en mesure de sauver des vies, n’hésitez pas à vous renseignez et à vous rendre auprès de centres spécialisés qui seront ravis de vous accueillir et de vous apprendre quelques techniques qui pourraient, un jour, bien vous être utiles

Tache de naissance : Un enfant de 4 ans reçoit des implants en corne.

Tache de naissance : Un enfant de 4 ans reçoit des implants en corne.

Tache de naissance 800x445

Source : https://www.merci-maman.eu

 

George Ashman, un garçon de 4 ans de Radstock, Somerset, en Angleterre, est né avec une tache de naissance distinctive connue sous le nom d’hémangiome.

Il s’agit d’une tumeur bénigne formée par des vaisseaux sanguins supplémentaires qui s’accumulent juste sous la peau ( tache de naissance ) et que l’on appelle communément « marque de fraise » en raison de sa couleur rose-rougeâtre. Ces taches de naissance apparaissent principalement sur le visage, la poitrine ou le cuir chevelu.

Lorsque la mère de George, Karen, a vu son fils pour la première fois après l’accouchement, elle n’a pensé qu’à l’impact négatif de cette tache de naissance frappante. Elle était très préoccupée par le fait que lorsqu’elle grandit et va à l’école avec d’autres enfants, il se peut qu’ils ne la traitent pas normalement. Leurs préoccupations étaient très pratiques.

Naissance 1

Tout le reste est normal, c’était juste le fait que cette marque pourrait changer votre vie pour toujours.

Selon les mots de Karen,

« Quand il est né aussitôt, mon esprit s’est accéléré pendant dix ans. George serait l’enfant choisi sans amis, sans petite amie.

Acce le re

Après que les traitements ont été traités en 2009, George a été admis au Great Ormond Street Hospital à Londres.

 

L’effroyable «expérience russe sur le sommeil»: faits avérés ou fiction internet?

Le récit d’une cruelle expérimentation soviétique ayant transformé des individus en créatures semblables à des zombies s’est répandu sur Internet et a terrifié durant plus d’une décennie le monde entier  sans s’essouffler. Mais qu’en est-il exactement?

Comme le veut la légende, l’histoire se serait déroulée à la fin des années 40, alors que la Seconde Guerre mondiale avait pris fin mais que Staline était encore omnipotent. Au sein d’une base secrète soviétique parfaitement sécurisée, un groupe de chercheurs aurait mené une impitoyable expérience sur cinq prisonniers du Goulag. Leur aurait été faite préalablement une promesse de liberté une fois qu’aurait pris fin cette expérimentation devant durer 30 jours et lors de laquelle ils auraient à rester dans une pièce remplie d’un gaz psychotrope les privant de sommeil.

Monstres insomniaques

Or, au bout de cinq jours, la situation serait devenue hors de contrôle : les sujets auraient bloqué l’observation et perdu toute raison, hurlant et gémissant. Ensuite, ils seraient restés silencieux durant plusieurs journées, et lorsque les scientifiques se seraient introduits dans la pièce, ils auraient été témoins de l’indicible : les détenus auraient arraché la majeure partie de leur peau, couvrant par conséquent le sol de sang.

Pourtant, les prisonniers, étonnamment toujours en vie, auraient demandé à réactiver la diffusion de ce fameux gaz, criant qu’ils « devaient rester éveillés ». Lors de la tentative du groupe de recherche de les immobiliser, les sujets auraient alors fait preuve d’une force surprenante, tuant même plusieurs soldats assistant les scientifiques.

Lire aussi : Trois théories populaires en Russie on ne peut plus fantaisistes

Finalement, les sujets auraient été forcés de retrouver le calme. Néanmoins, l’un d’eux, à qui l’on aurait ordonné de s’endormir, serait mort immédiatement après avoir fermé les yeux et les autres auraient alors été tués en essayant de prendre la fuite.

Avant d’abattre le dernier détenu, un chercheur aurait cependant demandé : « Qu’êtes-vous ? ». Et l’individu mutilé, couvert de sang, lui aurait répondu, avec un large sourire : « Nous sommes vous. Nous sommes la folie se tapissant en chacun de vous et réclamant d’être libérée à tout moment dans votre plus profond esprit animal. Nous sommes ce de quoi vous vous cachez dans votre lit chaque nuit. Nous sommes ce que vous réduisez au silence et à la paralysie lorsque vous rejoignez le refuge nocturne que nous ne pouvons fouler ». Le scientifique lui aurait ensuite tiré une balle dans la tête.

Effrayant, n’est-ce pas ?

Si vous y avez cru, vous êtes probablement novice sur Internet. Cette « expérience russe sur le sommeil » est en réalité une légende urbaine vieille d’une dizaine d’années. Ses origines remontent au site CreepyPasta, où vous pouvez apprécier l’histoire entière dans toute sa gloire (comme la description d’excréments recouvrant la vitre, empêchant les chercheurs de poursuivre leurs observations, un officier du KGB forçant les scientifiques à rejoindre les sujets dans la pièce, etc). Néanmoins, le récit original est plus ancien, et a été rédigé sur un forum en ligne, où les utilisateurs rivalisent d’inventivité pour imaginer les légendes urbaines les plus terrifiantes.

Lire aussi : Les légendes urbaines au sujet de ce qui se passe dans le métro après minuit…

Ce récit s’est ensuite répandu sur l’ensemble de la Toile. Et si ont fleuri articles et vidéos expliquant ses origines, certains sites, même russes, continuent encore aujourd’hui à publier cette histoire, espérant provoquer l’effroi, et ajoutant parfois « les sources de la fuite de ces informations demeurent un mystère » pour rendre le tout encore plus glaçant.

Cette histoire ne peut pourtant pas être véridique, pour de nombreuses raisons, et notamment l’inexistence à ce jour d’un gaz, connu par la science, permettant d’empêcher le sommeil ou encore l’impossibilité de s’arracher des lambeaux considérables de peau sans mourir d’une importante perte de sang.

Succès incommensurable

Cette légende reste ainsi populaire même une décennie après sa naissance. « L’expérience russe sur le sommeil est la plus virale histoire CreepyPasta sur Internet, avec un total de 64 030 partages », a par exemple avancé le journaliste Gavin Fernando en 2016.

Et il n’a pas tort, ce canular est devenu si célèbre qu’il a inspiré un roman, un court métrage (où les détenus du Goulag sont remplacés par des criminels de guerre nazis) ainsi qu’un prochain thriller psychologique qui sera produit par le jeune réalisateur irlandais John Farrelly.

Cet article fait partie de la série X-Files, dans laquelle Russia Beyond explore les mystères et phénomènes paranormaux liés à la Russie.

Dans le cadre d’une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Un poltergeist filmé dans un pub à Alfreton, en Angleterre

Le propriétaire d’un pub a été abasourdi après avoir regardé les images que son équipement de vidéosurveillance avait enregistrées dans son bar au milieu de la nuit.

Les habitués du Miners Arms à Alfreton, dans le Derbyshire, pensent, depuis longtemps, que le fantôme d’une ancienne propriétaire habite les lieux.

Voulant avoir le fin mot de l’histoire, le propriétaire Lewis Ward a décidé d’enquêter et de vérifier le système de vidéosurveillance de son pub.

Il a analysé les images prises alors que son bar a été fermé très tôt dans la mâtinée le vendredi 28 septembre 2018.

Et Lewis a été terrifié par ce qu’il a vu.

Dans cette vidéo inquiétante, le bar est fermé et toutes les lumières sont éteintes.

Il y a trois chaises hautes près du bar – mais soudain, celle du milieu semble bouger toute seule et se mouvoir lentement sur le sol.

Elle s’arrête puis semble alors se déplacer à nouveau, mais avec plus de force et plus rapidement qu’auparavant.

Lewis, âgé de 39 ans, a déclaré qu’il était incapable d’expliquer ce qui s’était passé, mais les habitués pensent que l’esprit d’une ancienne propriétaire est responsable.

« Personnellement, je suis un peu sceptique », a-t-il déclaré.

« Mais les clients semblent penser que c’est l’œuvre d’un ancien propriétaire. »

« Personne n’a pum’avancer un nom [pour ce fantôme], mais certains clients disent avoir vu une silhouette féminine. »

Il s’est passé davantage d’événements surnaturels à l’intérieur de ces lieux. Il avoue que ces phénomènes sont bien plus fréquents à la nuit tombée.

Il a ajouté : « Nous avons également eu des sèche-mains qui s’actionnentpar eux-mêmes. »

« Et il m’est arrivé quelques choses dans la cave, comme des bidons de CO2, qui gardent la bière pétillante, s’éteignant tout seuls. »

« Parfois je ne peux pas comprendre ce qui se passe. »

La propriétaire Lisa, âgée de 32 ans, est convaincue qu’il y a quelque d’effrayant dans ces lieux, mais Lewis garde l’esprit ouvert.

« Ma femme y croit fermement, quant à moi j’aime bien chercher uneexplication logique », a-t-il déclaré.

« Une équipe d’enquêteurs paranormaux nous a contactée pour organiser une veillée de fin de soirée afin de voir ce qu’ils pourraient trouver. »

Ce n’est pas la première rencontre surnaturelle à se produire récemment.

Il y a peu, le propriétaire d’un pub a affirmé qu’un poltergeist provoquait beaucoup de désordres dans son bar.

Source
https://www.dailystar.co.uk/news/weird-news/733893/Ghost-news-pub-landlord-CCTV-record-bar-night-landlady-Derbyshire-video

Le fils de Suge Knight affirme que Tupac est toujours en vie

Tupac Shakur serait toujours en vie et, aujourd’hui, il mènerait une vie paisible en Malaisie, selon le fils du cofondateur du label de musique Death Row Records avec qui le rappeur se trouvait la nuit où il a été abattu.

Tupac Shakur a été déclaré mort après une fusillade survenue il y a 22 ans. Toutefois, beaucoup refusent de croire qu’il a été tué.

 

De nombreuses allégations suggèrent que le rappeur est toujours en vie. Des informations ont été publiées cette semaine selon lesquelles il aurait été emmené clandestinement à Cuba avec l’aide de Fidel Castro.

Mais maintenant, c’est le fils du producteur musical, Suge Knight, qui a déclaré, à la surprise de tous, que Tupac vivrait en Malaisie.

Dans une vidéo publiée sur Instagram, on peut voir une personne ressemblant étrangement à Tupac portant une veste rouge et un chapeau.

Il l’a posté avec la légende suivante : « Vidéo mise à jour de Malaisie ».

Peu de temps auparavant, Suge Knight Junior avait publié des photos de Tupac, bien plus âgé, en compagnie de Beyoncé et de 50 Cent. Ces photographies semblent avoir été prises assez récemment.

« Tupac est en vie. Il ne nous a jamais quittés », a-t-il écrit tout en partageant ces images sur les réseaux sociaux.

Le fils du responsable du disque a également affirmé que les Illuminati – une organisation secrète censée contrôler les événements mondiaux – tentaient de faire taire ces incroyables révélations.

Les Illuminati lui aurait envoyé un message plutôt menaçant : « Vous en avez trop dit. Il est temps que tu partes. »

Ce à quoi Knight a répondu : « La vérité sera révélée et je n’irais nulle part. »

Le père de Sugne Knight Junior était dans la voiture en compagnie de Tupac le jour où ce dernier s’est fait tirer dessus à Las Vegas, dans le Nevada

Récemment, de nombreuses théories du complot ont émergé concernant ce célèbre rappeur.

Le mois dernier, des images de l’intérieur du jet privé que le rappeur aurait utilisé pour quitter « clandestinement » les États-Unis ont été révélées.

En outre, les détails de sa prétendue itinéraire de fuite des États-Unis vers Cuba ont ensuite été dévoilés.

Et plus tôt cette année, des théories ont fait leur apparition sur Internet. Celles-ci prétendaient que le rappeur pourrait vivre en Somalie.

Tupac a été abattu devant une discothèque à Las Vegas le 7 septembre 1996.

La fusillade était un acte de représailles d’un gang, a déclaré au magazine People l’année dernière une source du département de la police de Los Angeles.

 

Les liens entretenus par Suge Knight avec le gang Mob Piro ont fait de Knight une cible pour le gang rival des Compton Crips.

 

Et on pense que Tupac était avec le membre des Crips, Orlando Anderson, à Las Vegas quelques heures avant d’être abattu.

La source a rappelé : « C’était de simples représailles : vous vous en prenez à l’un des nôtres, nous ferons pareils avec l’un des vôtres. Si Orlando n’aurait jamais été à l’hôtel, ils n’auraient jamais tué Tupac cette nuit-là. »

Le sergent de police à la retraite de la police de Las Vegas, Chris Carroll, a été le premier officier à s’être rendu sur le lieu de la fusillade de Tupac. Il a déclaré que son corps était tombé de la voiture « puisqu‘il était appuyé contre la portière ».

« Je l’ai saisi avec mon bras gauche et il est tombé sur moi », a-t-il déclaré au Vegas Seven.

« Il était couvert de sang et j’ai remarqué immédiatement que le garsportait une tonne d’or – un collier et d’autres bijoux. Tout cet or était recouvert de sang. Je ne savais pas que c’était Tupac Shakur. »

Tupac, 25 ans à l’époque, a été touché à quatre reprises – deux fois à la poitrine, une fois au bras et une fois à la cuisse – alors qu’il se garait devant le Club 662 de Las Vegas dans une BMW noire appartenant à Suge Knight.

Bien que placé dans un coma artificiel, il est décédé des suites d’une hémorragie interne à l’hôpital six jours plus tard.

Aucune arrestation n’a jamais été faite en lien avec son meurtre.

À ce jour, l’affaire reste ouverte.

Six mois plus tard, son éternel rival dans l’univers du rap, Christopher Wallace, plus connu sous le nom de Notorious B.I.G, a été abattu dans des circonstances similaires à Los Angeles.

Son assassin n’a jamais été retrouvé non plus.

Tupac s’était fait connaître avec son premier album solo 2Pacalypse Now.

Ses derniers albums se sont mieux vendus que ses premiers albums vendus à grande échelle. Il est rapidement devenu l’un des plus grands artistes dans l’industrie du hip hop.

De sa première apparition avec le groupe de rap Digital Underground à des films hollywoodiens, il a acquis une énorme popularité.

Avec des hits comme Dear Mama, California Love et All Eyez on Me, il est considéré comme étant l’un des plus grands rappeurs des années 1990.

 
 

Source
https://www.dailystar.co.uk/news/weird-news/734144/Tupac-alive-rapper-filmed-living-Malaysia-Suge-Knight-son-Instagram-Illuminati-video

Un fantôme filmé à l’intérieur d’un couvent de Mexico

Jasmín Muñoz a filmé quelque chose de très étrange dans un couvent dans la ville de Mexico. Sur ces images, on peut voir ce qui semble être un fantôme vêtu de manière très particulière.

Un nouvel événement a sidéré bon nombre d’internautes sur YouTube. En effet, le « fantôme d’un moine » a récemment été filmé au Mexique. Alors que beaucoup doutent de leurs véracités, ces images ont étonné beaucoup de monde.

Pour de nombreuses personnes, les phénomènes paranormaux n’existent pas et ils ne sont que le produit d’une imagination démesurée. Cependant, au cours de ces dernières heures, une jeune femme a filmé une silhouette sombre alors qu’elle se trouvait dans ce couvent potentiellement hanté.

Au moment où la femme a remarqué cette silhouette fantomatique, elle a sorti son téléphone portable et l’a filmée. Ses images sont rapidement devenues virales sur YouTube.

En visionnant ces images, on remarque qu’elle se trouvait à l’intérieur d’un établissement religieux. Rapidement, le fantôme d’un moine vêtu en blanc a fait soudainement son apparition.

En outre, le témoin a expliqué qu’il était peu probable que ce personnage soit une personne réelle puisqu’il se trouvait également dans une zone réservée au public. Ce qui est le plus étonnant, c’est son apparence et sa disparition instantanée.

Le jour où la femme a filmé cette rencontre paranormale, le ciel était nuageux. De ce fait, il est donc parfois difficile de distinguer la robe blanche de ce supposé « moine » fantôme.

Certaines personnes ont expliqué que c’était peut-être un travailleur local qui effectuait l’entretien des lieux. Toutefois, on notera que ce fantôme est apparu dans un endroit où il est impossible de passer.

Source
https://aweita.larepublica.pe/cooltura/1331526-youtube-horror-fantasma-convento-aterra-turistas-viral-paranormal-tendencia-mexico

Un homme qui vit en Roumanie affirme être un vampire

Andreas Bathory affirme que dormir dans un cercueil l’aide à « se connecter avec l’âme des morts » et déclare qu’il prend des mesures afin de « se nourrir de sang en toute sécurité ».

Un « vampire » réel a révélé qu’il boit régulièrement du sang et dort parfois dans un cercueil après qu’il ait fait un rêve qui a changé sa vie pour toujours.

Andreas Bathory, qui vit en Roumanie, pense que les vampires ne se trouvent pas seulement dans les œuvres de fiction – et qu’ils sont, en réalité, parmi nous.

Il a dit qu’il dormait parfois dans un cercueil puisqu’il voulait « se connecter avec les âmes des morts ».

Andreas affirme avoir reçu la visite d’une mystérieuse silhouette dans son rêve – un seigneur de guerre ayant le goût du sang – et affirme qu’il a été « choisi » pour diffuser son message.

Le « seigneur vampire », qui habite sur les vastes terrains du « château de Dracula » (le château de Bran en Transylvanie), affirme que cette consommation traditionnelle de sang n’est pas de nature sexuelle et que le véritable « vampirisme » ne doit pas être confondu avec l’avènement plus moderne du fétichisme pour le sang.

Andreas a déclaré : « Je garde une distance par rapport à la communautéInternet de vampires. »

« Nous préservons des traditions de plus de 600 ans. »

« La communauté de vampire moderne est pleine de pratiques sexuelles qui vont à l’encontre de la nature de l’existence du moi supérieur du vampire. »

« Le vampire intérieur ne se réalise pas par la déviance sexuelle, le fétichisme du sang ou le BDSM. »

« Ce n’est pas la voie du vampire. »

Andreas prétend que sa vie a changé pour toujours quand il a été visité par une silhouette infâme en rêve : il s’agissait de Vlad Tepes – également connu sous le nom de « Vlad l’Empaleur » – un seigneur de guerre avec un goût immodéré pour le sang.

Andreas a déclaré : « Il y a quatre ans, il est venu me voir dans mes rêves. Il était dans une chambre sombre, m’appelant ‘mon fils’ ».

« Je ne crois pas que je sois son descendant, mais c’est plutôt qu’il m’a choisi pour transmettre son message et ses traditions à la nouvelle génération. »

« Après cette nuit, j’ai apporté une offrande à l’endroit où il a été tué, et il m’a dit : ‘ta vie va changer pour toujours’. »

Andreas est maintenant le dirigeant élu du coven de l’Ordo Dracul, un groupe qui prétend s’être formé à la suite de l’assassinat de Dracula en 1476.

Au lieu de se pencher sur les victimes et de se mordre la nuque, Andreas explique que le groupe a des donneurs qu’il appelle des « cygnes noirs » qui offrent volontairement leur sang.

Si nombreux sont les volontaires, Andreas dit qu’il n’a jamais à les chercher par lui-même et les laisse simplement venir à lui.

Cependant, tout comme le sexe, boire du sang comporte des risques pour la santé, qu’il doit garder à l’esprit.

Andreas poursuit : « Nous ne nous nourrissons que de donneurs consentants. Vous seriez surpris du nombre de personnes qui s’offrent librement à vous si vous leur faites savoir que vous êtes un vampire. »

« Croyez-le ou non, je ne demande jamais, peu d’entre nous doivent le faire. Les gens s’offrent à nous de leur plein gré pour comprendre les vampires et notre énergie. »

« Il y a des risques pour la santé, mais ce n’est pas différent de traverser la rue. Nous prenons des mesures pour que l’échange de sang soit sans danger. »

Andreas, qui est un psychologue et créateur de mode, a déclaré qu’il dormait parfois dans un cercueil parce qu’il veut « se connecter avec l’âme des morts ».

Mais quand il est sorti du cercueil et a rendu publique sa soif de sang – Andreas a déclaré qu’il était vilipendé par des haineux « jaloux » en ligne.

Andreas a déclaré : « Parfois, je dors dans un cercueil quand je veux être mort pour le monde et méditer. »

« Bien sûr, nous avons affaire à de nombreux ennemis en ligne. Ils sont simplement jaloux. »

« Si quelqu’un m’avait raconté tout cela il y a une décennie, cela m’aurait semblé être du fantasme. Mais si vous affrontiez les forces que j’ai, vous comprendriez. »

Photo : Caters News Agency

Source
https://www.mirror.co.uk/news/weird-news/real-life-vampire-reveals-drinks-13339678

Un Bigfoot filmé dans les montagnes de l’Utah

Des images ont récemment été publiées sur les réseaux sociaux. Celles-ci nous montrent une créature qui ressemble étrangement au légendaire Bigfoot.

Sur cette incroyable vidéo, on peut voir une grande silhouette sombre qui ressemble vaguement à un être humain. Elle se promène sur les calottes enneigées sur une montagne.

Bien que le témoin ait filmé cette scène à des centaines de mètres, l’humanoïde semble être particulièrement grand et correspond à la description mythologique que l’on se fait du Bigfoot.

On entend le cameraman Austin Craig s’exclamer : « Regardez comme ilest grand. »

« Il est assis sur un rocher. Il est juste en train de se détendre. »

« Je ne pense pas que c’est un humain, je pense que c’est un Sasquatch. »

« Regardez comme il est loin sur la montagne, mais regardez comme il est énorme. »

Il se rend ensuite à la base de la montagne et utilise son appareil photo pour effectuer un zoom avant, nous dévoilant ainsi la taille de cette mystérieuse silhouette.

La vidéo a été tournée à Provo (dans l’Utah, aux États-Unis) au début du mois de janvier 2019.

La vidéo a été vue près de 5 000 fois depuis sa publication.

Selon le folklore nord-américain, le Bigfoot est une créature velue, bipède, et ressemblant à un singe.

On pense que cette créature réside dans des lieux désertiques et qu’elle laisse derrière elle de grandes empreintes de pas.

Selon des rapports remontant aux années 1980, le Bigfoot pèserait environ 900 kilos (2 000 lbs) et mesurerait presque le double de taille d’un grizzli ordinaire.

Quelques semaines auparavant, en décembre 2018, une créature similaire avait été filmée dans la province de l’Ontario, au Canada.

Source
https://www.dailystar.co.uk/news/weird-news/755249/Bigfoot-spotted-stunned-tourists-video-creature,

Loch Ness : une tranchée de la taille d’un monstre découverte

Loch ness tranchee taille monstre decouverte a

 

Source : https://www.waouh.com

 

Keith Stewart, un capitaine de bateau écossais, a découvert dans le Loch Ness une tranchée plus profonde qui aurait pu abriter le monstre légendaire.

Le capitaine Keith Stewart a découvert une tranchée inconnue au fond du Loch Ness, en Écosse. La faille mesure presque 100 pieds, soit environ 30 mètres. La profondeur du Loch, estimée jusqu’ici à 813 pieds, pourrait donc atteindre les 889 pieds si les mesures de l’Écossais sont exactes. Keith Stewart, âgé de 43 ans, travaille pour une compagnie qui propose aux touristes de naviguer sur le lac, « à la découverte du monstre », et a mis à jour la tranchée utilisant le sonar de son bateau.

Nessie toujours en vie ?

S’il n’a jamais imaginé trouver le célèbre monstre, le capitaine Stewart reste sceptique : « Je ne crois pas vraiment à la légende du Loch Ness. Mais il y a deux semaines j’ai aperçu à l’aide de mon sonar un sorte de long objet avec une bosse gisant au fond. Ça n’était plus là quand j’ai scanné le lit du Loch plus tard », explique-t-il au Telegraph.

 

Les experts ne rejettent pas les mesures de Keith Stewart, mais recommandent la prudence. Adrian Shine du Loch Ness Project précise : « Il existe une anomalie de mesure qui se produit lorsque l’on utilise un sonar trop près d’une côte, on appelle cela ‘lobe echoes’. Elle peut fausser les résultats qui concernent la profondeur d’un lieu ».

La tranchée récemment découverte pourrait avoir été creusée par un tremblement de terre. La faille géologiquedu Great Glen Fault, qui marque la limite des Highlands, se trouve précisément sous le Loch Ness, ce qui expliquerait le phénomène sismique. Un sous-marin devrait être envoyé au fond du lac pour éclaircir le mystère qui entoure la fameuse tranchée.

Une poupée possédée s’en prenait aux enfants

Pour la première fois en 1968, une poupée nommée Charley a été découverte dans une vieille maison victorienne du nord de l’État de New York. Parmi la malle en lambeaux remplie de vieux journaux, la poupée se démarquait clairement.

A l’intérieur de cette malle, outre cette terrifiante poupée, se trouvaient un morceau de papier jauni sur lequel était écrit le Notre Père ainsi qu’un journal daté des années 1930.

On ne connaissait encore rien sur cette poupée. Visiblement elle était plutôt ancienne et sa fabrication précédait facilement les années 1930. Plus tard, elle a été surnommée « Charley ». La famille qui a trouvé la poupée avait cinq filles. La mère et le père voulaient faire de leur mieux pour leurs enfants et ils avaient collecté différentes choses. Cependant, aucune des filles n’était intéressée à jouer avec la poupée Charley. La famille possédait déjà une collection d’autres jouets et il y avait d’autres poupées parmi cette collection.

Au début, tout semblait aller pour le mieux, jusqu’à ce qu’ils s’aperçoivent que Charley semblait bouger toute seule alors qu’elle était placée sur un banc rempli d’autres poupées. Au début, les parents pensaient que l’une de leurs filles l’avait déplacé, mais ce n’était pas le cas. Quand ils ont interrogé leur plus jeune fille, elle leurs a dit que lorsqu’elle allait aux toilettes la nuit, Charley lui parlait. Ceci est apparemment arrivé plus d’une fois.

N’y pensant plus du tout, les parents étaient persuadés que leur plus jeune fille avait simplement inventé toute cette histoire. En effet, les enfants sont connus pour leur imagination débordante. Tandis que les parents n’avaient jamais vu Charley bouger toute seule, leurs enfants commençaient à être obsédés par ce jouet. Ils croyaient qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas avec cette poupée et en étaient terrifiés.

Plus aucun des enfants ne voulaient plus aller aux toilettes la nuit, à cause de la peur qu’ils éprouvaient pour cette poupée. Un matin, on découvrit que la plus jeune des enfants avait des égratignures sur tout le corps. Bien que la famille ait un chat de compagnie, les marques étaient différentes de ce qu’un chat ferait avec ses griffes. Quelque chose d’autre était l’auteur de ces griffures. La famille a vite commencé à croire que la poupée était peut-être hantée ou possédée et que Charley était contrôlée par autre chose.

Bien qu’aucune preuve réelle n’ait jamais été trouvée, le père et la mère ont choisi de déplacer la poupée dans le grenier et de l’enfermer à l’intérieur. Tout semblait revenir à la normale, après que la poupée ait été cachée et vite oubliée.

Les années avaient passé et les enfants étaient maintenant adultes. Plus tard, la maison a été vendue et le coffre dans lequel se trouvait Charley a été vendu au cours d’un vide-grenier. Une femme a acheté la poupée afin de l’ajouter à sa collection de poupées anciennes. La poupée a changé de mains plusieurs fois avant de se retrouver dans une boutique appelée « Local Artisan ». Le magasin est situé à Salem, dans le Massachusetts et regorge d’animaux empaillés, d’art inhabituel, et d’une multitude d’autres curiosités.

Cet endroit est notoirement connu pour son histoire passée. C’est dans cette ville qu’a notamment eu lieu l’un des plus retentissants procès en sorcellerie. Beaucoup de femmes sont mortes ici, il y a longtemps, faussement accusées d’être des sorcières. On ignore si Charley est toujours contrôlée par une sorte de force spirituelle. Cependant, les rumeurs sur la poupée indiquent qu’elle prend littéralement vie au contact des enfants. Depuis qu’elle est exposée sur une étagère située en hauteur, la poupée n’a pas encore bougé. Aujourd’hui, les voyageurs et les curieux qui passent ici peuvent admirer cette poupée inhabituelle et terrifiante.Source
http://www.freaklore.com/all-about-charley-the-haunted-doll


L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est maxresdefault-3-2-1024x576.jpg.

La troublante « apparition » de la Vierge à une petite fille de 3 ans !

Apparition fatima 1917

 

Source : https://fr.aleteia.org

 

La petite italienne Sara Mariucci, décédée tragiquement, en 2006, est au cœur d’une étude diocésaine prise très au sérieux.

Les faits mystérieux survenus avant et après la mort tragique de Sara Mariucci, le 5 août 2006, suscite beaucoup d’émotion à Gubbio, en Ombrie, d’où la petite fille, de 3 ans est originaire. Depuis douze ans les autorités ecclésiastiques locales examinent les pièces apportées régulièrement au dossier de la petite Sara, contenant son histoire et les grâces reçues par son intercession depuis sa mort.

La fillette n’a pas l’âge pour aspirer à la béatification. Mais le diocèse de Gubbio prend très à cœur cette histoire, à commencer par le père franciscain Francesco Ferrari, l’homme clef de l’enquête, chargé de monter le dossier par l’évêque de l’époque des faits, Mgr Mario Ceccobelli. Sara Mariucci est née le 31 décembre 2002. Elle est décédée le 5 août 2006, électrocutée suite à un court-circuit provoqué par un jouet pendant des vacances avec ses parents. La veille, elle avait raconté à sa mère une rencontre qu’elle aurait eu quelques jours auparavant avec sa « maman Morena », identifiée par la suite comme étant la  Vierge noire de Copacabana – la « Virgen Morena » ou « Vierge de la Candelaria », sainte patronne de la Bolivie.

Une vierge en Bolive

 

Jamais Anna n’avait entendu parler de cette « Morena » et personne, dans sa famille, ni parmi leurs amis, ne portait ce nom. Cette histoire la trouble. Elle la rapporte à son époux. Le lendemain matin, alors qu’ils sont sur la plage, la petite fille reparle de cette « maman Morena » qu’elle chérit et qu’elle est prête à suivre en quittant sa propre maman, avait-elle commenté la veilleQuelques minutes plus tard, le court-circuit fatal. Les secours arrivent, mais il n’y a plus rien à faire, la petite Sara décède. Un drame épouvantable. Ses funérailles ont lieu le 7 août à Gubbio.

Le lendemain des funérailles, Michele, le papa de Sara, décide de faire des recherches sur internet. Il veut savoir d’où vient ce nom « Morena ». Il découvre alors qu’en Bolivie, à Copacabana très exactement, il existe un sanctuaire consacré à la « Virgen Morena », dont c’était justement la fête le 5 août, jour du drame. C’est décidé, en septembre 2006 la famille s’envole pour un pèlerinage au sanctuaire. Elle en reviendra avec une statue de la « Virgen Morena » pour leur paroisse, à Gubbio.

Mais cet épisode n’est pas le seul événement troublant. Depuis la mort de Sara, des guérisons inexplicables se manifestent selon plusieurs personnes venues prier sur sa tombe. Une femme en particulier, Antonella M, serait guérie d’un cancer à la moelle épinière après avoir vu la Vierge avec Sara, juste devant la pierre tombale en granit. La femme devait se faire opérer. Mais au moment de l’opération, plus de trace de tumeur. De nombreux témoignages de cet ordre ont été examinés depuis.

L’enquête relancée

 

Aujourd’hui, le nouvel évêque de Gubbio, Mgr Luciano Paolucci Bedini, a pris l’affaire en main. Il a confirmé à Aleteia que le diocèse suit avec grande attention l’évolution de la situation et attend avant de se prononcer officiellement. Pour son prédécesseur, Mgr Mario Ceccobelli, la petite Sara n’a pas été manipulée mais a vécu une « vraie » rencontre. Interrogé sur les présumés miracles ou guérisons attribués à la fillette, il confirme que beaucoup de personnes viennent demander une grâce sur sa tombe et que des faits extraordinaires sont effectivement signalés. « Le temps nous aidera à comprendre ce qui se passe… », dit-il. En attendant, son père et sa mère sont devenus des témoins de cette histoire pour venir en aide aux personnes qui souffrent, des personnes qui ont peut-être perdu, comme eux, un enfant dans un drame comme celui vécu par Sara.

Un père dont la fille de 13 ans a été kidnappée et assassin!e se fait interdire d’assister à l’enterrement.

Main resized 730x380 5c0edc8e21c1f 292022

 

Source : https://www.ayoyemonde.com

 

Lors du service funéraire de l’adolescente, une lettre écrite par son père a été lue.

Le père d’une adolescente de 13 ans qui a été kidnappée, violée et tuée en Caroline du Nord le mois dernier ne pourra pas assister à ses funérailles étant donné qu’on lui a interdit un visa temporaire qui lui aurait permis de quitter le Guatemala pour les États-Unis.

Naimeh Salem, un avocat qui travaille pour Noé Aguilar, a expliqué à CNN que l’ambassade américaine lui avait interdit un visa temporaire, car les autorités considéraient qu’il n’avait pas assez de liens qui l’attachaient à son pays natal, le Guatamela..

Salem n’hésite pas à dénoncer cette décision, car selon lui, les autorités se trompent complètement sur son compte: « Ce n’est pas vrai du tout. Il a de la famille au Guatemala et il a même sa propre entreprise ».

Inline resized 1024 5c0e9981ccccc 292022

 

Les autorités n’ont toujours pas voulu commenter l’affaire concernant Aguilar, mais dans une déclaration envoyée à Buzzfeed News samedi dernier, celles-ci ont déclaré toujours faire « leur possible afin de faciliter les voyages jugés comme étant légitimes par les visiteurs internationaux ».

Toujours dans la même déclaration, les autorités indiquent: « Nous sommes aussi pleinement engagés dans l’administration des lois d’immigration des États-Unis et nous tenons à nous assurer de l’intégrité et de la sécurité des frontières de notre pays ».

Le matin du 5 novembre, Hania Noelia Aguilar attendait sa famille à l’extérieur de sa demeure afin de s’en aller à l’école à Lumberton, en Caroline du Nord.

Un homme aurait alors forcé la jeune fille à entrer dans une voiture qui était garée à proximité de sa maison.

Les autorités avaient lancé une alerte Amber et les recherches afin de retrouver la jeune Hania s’étaient poursuivies pendant des semaines

[Vidéo] UNE FILLE DE JOIE COINCÉE SUR LE ZIZI DE SON CLIENT QUI EST DÉCÉDÉ PENDANT QU’ILS COUCHAIENT.

Chariot ok e1455031676222

Source : https://www.oleku.net

 

Il ne souhaitait que ressentir la petite mort, mais il a eu droit à la grande !​

Un vieux est mort pendant qu’il couchait avec une prostituée. On a dû faire appel aux secouristes parce que la femme ne pouvait plus se détacher de son client.

 

Apparemment, le zizi plein de sang du vieil homme est resté coincé dans l’orifice de la femme. La vidéo montre la dame qui se tenait sur le vieil homme mort, les deux étaient cachés sous un drap. Ils ont été conduits dans un centre de santé afin que l’on puisse les séparer. Il y a avait une foule énorme qui s’était amassée pour regarder la scène qui a eu lieu en Chine.

UN HOMME DÉJÀ MORT MET ENCEINTE UNE FEMME !

 

Un homme deja mort met enceinte une femme 758x426

Source : https://www.oleku.net

 

Une femme âgée de 38 ans est retenue sur une caution de $250 000 après être tombée enceinte d’un de ses clients, un mort.

Une femme de 38 ans a été mise en garde à vue et devrait payer une caution de 250 000 dollars parce qu’elle a chopé une grossesse d’un de ses clients, un mort. Les faits se sont déroulés au cours d’un deuil glorieux de la morgue en dehors de Lexington, Missouri. La police a arrêté Félicité Marmaduke pour profanation des morts et pour nécrophilie.

D’après les aveux de Félicité Marmaduke à la police, le défunt aurait bandé lors du bain post-mortem. Le fait qu’elle était toute seule l’a poussée à ligoter l’homme et à coucher avec lui. Étonnement, ce dernier a éjaculé peu de temps après.

Un homme deja mort met enceinte une femme 758x426

Des semaines après, alors qu’elle s’était rendue chez son médecin pour se faire examiner comme d’habitude, elle a su qu’elle était enceinte. Elle a raconté comment cela est arrivé à son médecin et la police a été informée de l’affaire. Marmaduke a donc été chopée par la police dans son camping-car.

Bizarrement, elle compte traduire les proches du défunt en justice pour que ces derniers lui viennent en aide.

 

Une mère en deuil révèle de bouleversantes photos de son bébé mort-né à 16 semaines

Main resized 730x380 5c19499eaedb7 292834

 

Source : https://www.ayoyemonde.com

 

Il est toujours difficile de perdre un enfant notamment lorsque celui-ci est un prématuré et que vous savez que vous n’allez pas vivre grand-chose avec lui. Il s’agit d’un déchirement émotionnel que cette femme a voulu montrer dans une série de photos très touchante.

C’est une histoire très émouvante que rapporte le site web d’informations et de divertissement britannique le Daily Mail. En effet, en Australie, dans la ville de Perth, une jeune femme de 28 ans a décidé de raconter comment elle a accouché d’un bébé prématuré et de comment elle a dû s’habituer au fait qu’elle n’allait jamais pouvoir le voir grandir puisqu’il n’allait pas survivre à sa propre naissance. En plus de raconter son histoire très touchante, elle a décidé d’accompagner son récit de photos qui montrent la réalité d’une naissance d’un bébé de 16 semaines et vous n’avez sans doute jamais vu ce genre d’image

Elle a donc décidé de prendre la douloureuse décision de mettre un terme à sa grosses prématurément explique le Daily Mail. Elle n’avait finalement pas tant le choix et elle a décidé de documenter la fin de sa grosse à travers une série de photos accompagné du récit de son histoire sur son blog. Il s’agit vraiment de quelque chose de très touchant mais aussi d’un peu traumatisant parce que c’est rare de voir des bébés aussi petits. 

Cette femme au grand courage et au grand coeur c’est Justine Zampogna raconte le Daily Mail. Elle était enceinte de son deuxième enfant, une petite fille, lorsqu’au bout de la 16e semaine elle a appris sans doute la pire nouvelle de sa vie. Même si elle allait au terme de sa grossesse, son bébé n’allait par survivre ou du moins il allait vivre quelques heures avant de perdre la vie. Une nouvelle qui l’a évidemment profondément choqué qui l’a conduit à prendre la décision d’accoucher prématurément au bout de 16 semaines et de laisser partir son enfant le plus vite possible au lieu de vivre avec cette idée tout le long de la grossesse.

Consciente de l’intérêt que cela pouvait créer, elle a expliqué au média britannique qu’elle avait besoin de faire ça pour faire son deuil mais aussi pour représenter toutes les femmes qui ont vécu ce genre d’histoire. On vous laisse regarder ces photos et on ne peut que féliciter Justine pour cette initiative qui va forcément toucher beaucoup de personnes.

 

Hantée par la mort de son père, une fille de 15 ans s’enlève la vie au même endroit où il s’était suicidé.

 

Main resized 730x380 5c19362d7af94 292804

Source : https://www.ayoyemonde.com

 

Non ce n’est pas le scénario d’un film d’horreur américain qui s’est déroulé en Angleterre il y a peu, mais bien la vraie vie. Une jeune fille de 15 ans s’est enlevé la vie en se pendant au même endroit où son père s’était suicidé dix années auparavant.

C’est le site web d’informations et de divertissement britannique le Daily Mail qui rapporte cette nouvelle qui fait froid dans le dos et qui nous rend terriblement tristes pour cette adolescente qui n’a jamais pu faire le deuil de la mort de son père. En effet, en Angleterre, dans la ville de Nottingham, une jeune fille s’est donné la mort de la même manière et au même endroit où son père s’était enlevé la vie dix ans plus tôt. Autant vous dire, que la mère de cette adolescente est complètement bouleversée par cette histoire.

Cette jeune fille de 15 ans, c’est Mia Bell, une adolescente anglaise qui à première vue est tout à fait sans problème. Elle a une famille aimante, des amis avec qui elle peut s’amuser et un cursus scolaire sans encombre raconte le Daily Mail. Pourtant, il y a dix ans, elle a vécu un véritable traumatisme: son père s’est suicidé dans les bois qui se trouvent à côté de leur maison. Il a décidé de se pendre et on ne sait toujours pas pour quelle raison.

Quoi qu’il en soit, cela a profondément traumatisé Mia qui depuis n’a jamais été vraiment la même. D’après les informations récoltées par le Daily Mail,  après cet épisode douloureux, elle entendait des voix qui lui disaient d’aller dans le bois et de faire la même chose que son père explique le Daily Mail. C’était comme si elle était hantée par la mort de son père et qu’elle n’avait pas le choix un jour ou l’autre d’imiter son chemin. Ce qu’elle a décidé de faire à un moment donné où la pression était trop forte.

Pourtant sa mère a raconté au Daily Mail que ce jour-là, rien ne semblait perturber Mia, elle avait l’air en pleine forme. Malheureusement, il ne s’agissait que d’une façade puisqu’elle a décidé d’aller dans les bois et se pendre comme son père. Un groupe d’enfants qui passait par-là est tombé sur son corps et a décidé d’alerter les secours. Malheureusement, même si Mia a été transportée à l’hôpital, il était bien trop tard et elle s’est éteinte peu de temps après son arrivée aux urgences.

 

 

Ce Bébé À Deux Têtes Perd La Vie Quelques Heures Après Sa Naissance !

Ce Bébé À Deux Têtes Perd La Vie Quelques Heures Après Sa Naissance !

Ce bebe a deux tetes perd la vie quelques heures apres sa naissance

Source : http://www.boomboomtap.info

 

Un cadeau divin, c’est ainsi que les parents d’un garçon à deux têtes voyaient sa naissance.

voyaient sa naissance.

Ce bebe a deux tetes perd la vie quelques heures apres sa naissance 1

N’ayant fait aucune échographie toute la grossesse durant, ce n’est que la veille de l’accouchement, lors d’une échographie, que, Nasreen 30 ans, et Nassem Mohammed, ont découvert la malformation.

Déjà parents de quatre enfants, ce couple s’est dit prêt à accepter ce bébé peu importe les circonstances. Né en Inde le mercredi passé par césarienne au SP Hospital de Yamanuanagar, le garçon n’a pu survivre que quelques heures.

Ce bebe a deux tetes perd la vie quelques heures apres sa naissance 2

Les naissances de jumeaux siamois résultent d’une séparation incomplète des embryons. Elles sont plutôt rares, et ne surviennent qu’une fois sur 100 000 naissances.

Jack l’éventreur : le crime sans visage !

B8bd5f3373483d29f8d04fc17a47a53c

 

Source : https://www.nationalgeographic.fr

 

À l’automne 1888, l’assassinat de prostituées dans le quartier londonien de l’East End sème la terreur. La spécialité du meurtrier : éviscérer ses victimes.

Londres est à la fin du 19e siècle la plus grande ville du monde occidental. Capitale d’un empire sur ­lequel le ­soleil ne se couche jamais, elle incarne la toute-­puissance d’une Grande-Bretagne dont l’économie et la diplomatie domi­nent alors la planète. La reine Victoria, montée sur le trône en 1837, devenue en 1876 impératrice des Indes, est le symbole ­vivant de cette suprématie, que rien ne semble pouvoir entamer.

C’est pourtant là, dans le quartier populaire de l’East End, près de Whitechapel, qu’une série de crimes atroces commis en 1888 contre des prostituées va tout d’un coup lever le voile sur l’envers obscur de la société britannique.  

Tout commence à la fin de l’été, le 31 août 1888, lorsque l’on retrouve à Buck’s Row, une ruelle sombre de ce quartier ouvrier, le cada­vre de Mary Ann Nichols, dite Polly. Cette femme de 43 ans, que la misère avait ­poussée à la prostitution, a été étranglée, puis on lui a tranché la gorge, entaillé l’abdomen et ­lacéré les organes génitaux.

Une semaine plus tard, le 8 septembre, dans une arrière-cour du quartier voisin de Spitalfields, on découvre le corps sans vie d’Annie Chapman : elle a aussi été égorgée et éviscérée. De surcroît, le ­vagin, l’utérus et la vessie ont été prélevés par le meurtrier.

À la fin du mois de septembre, deux autres victimes sont identifiées, prostituées occasionnelles elles aussi, Elizabeth Stride et Catherine Eddowes. Cette dernière a été atrocement mutilée : des organes ont été retirés du ventre ouvert et déposés près du ­visage balafré ; un rein a également été sectionné et subtilisé par le meurtrier.

Quartier populaire, gangrené par la misère et l’alcoolisme, fréquemment englouti par le fog, le brouillard londonien, l’East End n’en était certes pas à ses premiers crimes. Mais ces meurtres sordides soulèvent l’indignation et suscitent une vive inquiétude dans toute la capitale britannique. L’absence de vol, la façon dont les corps des victimes ont été découpés et meurtris, tout laisse présager l’existence d’un seul et même assassin, aux motivations plus que perverses. Mais en l’absence de traces ou de témoignages, la police est totalement désemparée.

Pourtant, quelques jours avant les meurtres d’Elizabeth et de Catherine, une lettre était parvenue à la Centrale de presse britannique et avait été transmise aux enquê­teurs de Scotland Yard. Elle revendiquait les deux premiers assassinats et en annonçait d’autres. Écrite à l’encre rouge, elle était ­signée « Jack the Ripper », « Jack l’Éventreur ». L’affaire se transforme dès lors en véritable « panique morale ».

La presse populaire, qui prospère depuis le milieu du 19e siècle, connaît le potentiel des faits divers. Elle exploi­te donc sans état d’âme cette série de crimes « sensationnels ». The Star, un journal du soir fondé la même année, voit ses ventes passer de 20 000 à 200 000 exemplaires quotidiens, tandis que The Illustrated Police News, le premier des magazines exclusivement consacrés aux affaires criminelles, propose à ses lecteurs un résumé hebdomadaire et en images de l’enquête en cours. Mais tous les quotidiens, du Manchester Guardian au London Daily News et au Daily Telegraph, en passant par le vénérable Times, y vont de leurs manchettes.

 

B8bd5f3373483d29f8d04fc17a47a53c

En 1888… une nouvelle victime de Jack l’éventreur est découverte éventrée à Whitechapel.

PHOTOGRAPHIE DE ILLUSTRATION DATANT DE 1888

Le retentissement dépasse aussi très vite les frontières du pays. Surtout, non contents d’en rajouter sur l’abomination des meurtres, de nombreux reporters soufflent sur les braises en critiquant une police que l’on dit incapable de protéger les Londoniens. L’enquête, il est vrai, peine à progresser. Elle est d’abord confiée au détective ­Edmund Reid, responsable de la police municipale de Whitechapel. Mais il est vite secondé par des enquêteurs du Central Office de Scotland Yard, dirigés par Frederick Abberline, puis par Charles Warren.

Durant les mois de septembre et d’octobre 1888, les policiers sillonnent les bouges et les asiles de nuit de l’East End, distribuent des milliers de prospectus et d’appels à témoignage, usent de limiers et de chiens. Ils interrogent au total près de 2 000 personnes, examinent les faits et gestes de plus de 300 d’entre elles, dont 76 bouchers, équarrisseurs et professions similaires.

Plus de 80 suspects sont arrêtés, parmi lesquels figure John Pizer, un cordonnier juif de Whitechapel surnommé « Leather Apron » (« ­Tablier de cuir »), immigré polonais soupçonné par le quartier. Mais ni lui ni ­aucune des autres personnes appréhendées ne correspondent au meurtrier que, faute de témoi­gnage fiable, il est impossible d’identifier.

LES JUIFS DÉSIGNÉS À LA VINDICTE 

À Whitechapel, des habitants apeurés se regrou­pent dans un Comité de vigilance ­dirigé par George Lusk, un entrepreneur en bâtiment que les commerçants du quartier ont élu président. Le comité, qui organise des patrouilles de nuit, ne se prive pas de désigner d’éventuels coupables à la vindicte publique, ouvrant ainsi la chasse au bouc émissaire. Beaucoup pensent que de telles horreurs ne peuvent avoir été commises par un Anglais. On dénonce donc rapidement les immigrés qui vivent dans ce quartier pauvre.

Les plus nombreux sont les juifs, 80 000 environ, qui ont fui les pogroms de Pologne et de ­Russie, et s’efforcent de survivre dans les taudis de l’East End. Ce sont eux que l’on accuse d’emblée. « Les juifs sont ceux que l’on ne condamnera pas à tort », dénonce un graffiti inscrit sur un mur de Goulton Street, non loin des rues où l’on a découvert les cadavres.

La ­police, craignant une émeute ou des débordements dans ce quartier où l’antisémitisme est virulent, le fait aussitôt ­effacer. Des milliers de lettres arrivent par ailleurs à Scotland Yard ou dans les rédactions des principaux journaux. Certaines dénoncent un voisin, proposent les services d’un graphologue ou d’un médium, suggèrent un nouveau mode d’investigation.

Cet investissement inédit témoigne de la vive émotion suscitée par les crimes, mais il dit aussi le désir croissant de participer aux affai­res publiques. Le suffrage masculin est devenu général depuis la réforme électorale de 1884, et la démocratie progresse dans ce pays longtemps marqué par une très forte déférence ­sociale.

L’affaire se complique pourtant lorsque d’autres lettres signées de l’Éventreur parviennent au comité de Lusk. L’une d’elle, ­intitulée « From Hell » (« Depuis l’enfer »), est accompagnée d’un fragment de rein droit. On songe bien sûr à celui que le meurtrier avait prélevé sur le cadavre de Catherine Eddowes. Mais l’écriture diffère profondément de la première lettre. Beaucoup pensent à l’œuvre d’affabulateurs ou de reporters en mal de ­copie. Et si ledit Jack l’Éventreur n’était qu’un coup monté par les journaux, principaux bénéficiaires de cette effervescence publique ?

 

UN RAPPORT D’AUTOPSIE TERRIFIANT

 

Mais le 9 novembre, après plus d’un mois de silence, l’assassin frappe à nouveau. Au 13, Miller’s Court, on découvre le cadavre de Mary Jane Kelly, prostituée elle aussi, mais beaucoup plus jeune que les autres – elle n’a que 23 ans. Elle est surtout la seule des victimes de l’Éventreur à avoir été assassinée entre quatre murs, ce qui a laissé tout son temps au tueur pour peaufiner ses muti­lations. Le rapport d’autopsie, rédigée par le méde­cin légiste Thomas Bond, est terrifiant.

La jeune femme n’a pas seulement été éventrée ; le visage a été tailladé jusqu’à l’os, les seins ont été découpés, la peau des cuisses arrachée, l’abdomen incisé et les organes dispersés dans la pièce. Mais Bond ne se contente pas d’examiner le cadavre, il émet des hypothèses sur la personnalité de « l’assassin de Whitechapel », offrant ainsi le premier portrait psychologique et sexuel du tueur. Car il ne fait aucun doute pour lui qu’un même homme est responsable des cinq crimes : un même modus operandi, des muti­lations analogues.

En 1888, beaucoup pensent que de telles horreurs ne peuvent avoir été commises par un Anglais. On dénonce donc rapidement les immigrés qui vivent dans ce quartier pauvre.

Or, Bond doute que l’assassin soit un médecin ; il pense plutôt à un boucher ou à un équarrisseur. Ses motivations semblent claires, en revanche : le meurtrier est un homme ordinaire, un individu solitaire et sujet à des « crises de manie meurtrière et sexuelle ». L’expert venait d’inventer l’une des pires figures de la modernité et l’un de ses cauchemars récurrents : le serial killer, ou tueur en série, meurtrier psychopathe animé de pulsions sexuelles et engagé dans un jeu sini­s­­tre avec la société et les médias.

Mais, alors même que le portrait de l’assassin commence à se préciser, la série de crimes s’interrompt. La liste des coupables potentiels, elle, s’allonge presque à l’infini. On évoque pêle-mêle des médecins comme Thomas Cream, assassin authentique, mais en prison aux États-Unis au moment des faits, Sir William Gull, le chirurgien de la ­famille royale, ou encore John Williams, le gynécologue de la princesse Béatrice.

D’autres personnalités sont également suspectées : Aaron ­Kosminski, un juif polonais souffrant de troubles mentaux, Montague John Druitt, un jeune homme de bonne famille, mais aux mœurs dissolues et dont on retrouve le corps dans la Tamise à la fin du mois de décembre, et même le prince Albert, duc de ­Clarence et ­petit-fils de la reine Victoria. Tous sont bien sûr disculpés, mais la paranoïa gagna toute la société. L’en­quête dura encore quelques ­années, pendant lesquelles circulèrent les ­hypothèses les plus fantaisistes (certains parlèrent même d’un gorille échappé du zoo), puis fut close officiellement en 1892.

Pour les Londoniens cependant, la page ne fut pas facile à tourner. L’Éventreur avait réveillé les démons qui taraudaient de longue date la société victorienne. Les élites britanniques, animées d’un profond sentiment de supériorité, savaient leur puissance fragile et redoutaient la violence tapie au cœur des bas quartiers. Dans l’est de Londres, le long de la Tamise, s’étendaient d’interminables taudis où s’entassaient les travailleurs misérables, les immigrés irlandais et juifs, les sans-logis et les vagabonds. Famine et saleté y régnaient en maîtresses ; le crime, l’alcoolisme, la prostitution y étaient des fléaux ordinaires.

 

LE RÈGNE DE LA PROSTITUTION

 

Dans ces zones désolées vivait la part maudite de la prospérité victorienne. L’Angleterre puritaine y dénonçait une contrée peuplée de « classes criminelles », une moderne Babylone vouée à la prostitution. La police parlait de 10 000 prostituées, les journaux de 100 000. Mais rien n’était entrepris pour réduire la ­misère de ces quartiers perdus.

En 1887, l’année qui précéda les meurtres, Charles ­Booth, pionnier de la sociologie moderne, avait pourtant réalisé une carte destinée à aider les pouvoirs publics à prendre la mesure du phénomène. Rompant avec les lectures morales qui prévalaient jusque-là, il offrait la première analyse matérielle chiffrée des dramatiques conditions de vie dans l’East End, répertoriées rue par rue, et inventait à cet effet la notion de poverty line (« seuil de pauvreté »).

L’atrocité des crimes de l’Éventreur contribua à sensibiliser l’opinion britannique et attira l’attention des journalistes, des romanciers et des réformateurs sur ces territoires oubliés. Mais les crimes de Whitechapel furent aussi de puissants révélateurs des obsessions sexuelles du temps. Dans la bonne ­société britannique, la sexualité était un sujet tabou. En 1886, deux ans avant les meurtres, le Parlement avait aboli les Contagious ­Diseases Acts, des lois destinées à lutter contre les maladies vénériennes, mais perçues par les moralistes et les féministes comme une incitation à la débauche.

L’initiative avait relancé la croisade morale contre la prostitution, et les crimes de Whitechapel allaient dans le même sens. Certains y virent même un moyen pour débar­rasser enfin Londres de ce fléau. Pourtant, les victimes du tueur n’étaient que des misé­reuses, qui tentaient de survivre tant bien que mal. Les plus lucides des observateurs insistèrent sur la grande hypocrisie des élites : qui constitue la clientèle principale des bordels ? La perversité des bourgeois ne nourrit-elle pas l’immoralité des pauvres ?

Cette ambiguïté, le roman­cier Robert Louis Stevenson lui donne un visage dans L’Étrange Cas du Docteur Jekyll et de Mister Hyde, publié deux ans avant les meurtres. On y découvre qu’une personne « respectable » peut se ­livrer à des actes monstrueux. L’immense succès du roman se prolongea au théâtre, où la pièce était encore jouée au moment des crimes de l’Éventreur. Certains pensèrent même que l’acteur Richard Mansfield, qui incarnait Jekyll et Hyde, était un possible suspect. Pour calmer les esprits, on interrompit les représentations.

 

L’ÉVENTREUR, STAR DE CINÉMA

L’affaire ne fut jamais élucidée, mais l’Éventreur n’a pas quitté l’imaginaire occidental. Sa postérité, unique dans l’histoire du fait divers, s’est hissée à la hauteur du mythe et continue de questionner les dessous sombres de notre modernité.

C’est pourquoi la littérature et le cinéma se sont si vite emparés du personnage. Reprenant l’intrigue imaginée en 1913 par la romancière Marie Belloc, Alfred ­Hitchcock sort en 1927 The Lodger, dans lequel un mys­térieux locataire assassine à Londres des jeunes femmes.

 

Deux ans plus tard, Georg Wilhelm Pabst introduit lui aussi le tueur de Whitechapel dans son film Pandora. C’est donc à la fiction qu’il revint d’incarner l’Éventreur, de lui donner cette identité que la police n’était pas parvenue à établir. D’autres auteurs comme Robert Bloch, Stephen Knight, Alan Moore ou Patricia Cornwell y allèrent chacun de leur coupable. Ces enquêteurs amateurs, dont certains ont passé leur vie à dépouiller les archi­ves des quotidiens, sont aux sources d’un étrange ­savoir, la « ripperologie » (le terme a été ­forgé en 1972 par l’écrivain britannique Colin ­Wilson), dans lequel l’érudition la plus scrupuleuse se mêle aux fantaisies et aux coups de bluff.

Dernier en date, le britannique ­Russel Edwards annonça ainsi en 2014 avoir décou­vert, grâce aux traces d’ADN, l’identité de l’Éventreur. Mais à Whitechapel, des milliers de touristes continuent de se presser chaque année sur la trace du meurtrier. Archétype du serial killer, Jack l’Éventreur a façonné notre regard sur le crime et la violence. Il est devenu un mythe moderne, au cœur de nos pulsions les plus troubles.  

[Vidéo] Un robot avec le visage d’un proche disparu pour pouvoir faire son deuil

640x410 projet digital shaman propose imprimer visage proche disparu robot

Le projet Digital Shaman propose d’imprimer le visage d’un proche disparu sur un robot. — Capture d’écran YouTube/Etsuko Ichihara

Source : https://www.20minutes.fr

 

La frontière entre réalité et science-fiction est parfois mince. En témoigne le projet Digital Shaman venu du Japon. Celui-ci propose de remplacer un être cher qui a disparu par un robot avec son visage imprimé en 3D, rapporte ce mercredi Presse-Citron.

Etsuko Ichihara, la créatrice de ce projet, a expliqué à Nippon TV qu’elle avait décidé de se lancer après le décès de sa grand-mère. « Je me souviens clairement de l’enterrement. Du maquillage a été appliqué sur le visage de ma grand-mère décédée. On a mis des fleurs dans son cercueil. Après sa crémation, notre famille a ramassé les os de ses cendres. C’était un rituel choquant » explique-t-elle.

Concrètement, le projet Digital Shaman devra être préparé avant la mort de la personne. En effet, les intéressés devront participer à une entrevue avec Etsuko Ichihara afin d’enregistrer notamment leurs caractéristiques physiques mais aussi des messages.

Une durée de vie de 49 jours

Une fois que la personne sera décédée, les proches pourront décider d’installer le programme dans le robot afin que celui-ci imite la personnalité, la parole et les gestes du défunt. Toutefois, la durée de vie de la machine ne sera que de 49 jours, ce qui correspond à la durée de la période de deuil au Japon.

Pour que l’expérience soit la plus réaliste possible, un masque imprimé en 3D qui représentera le visage de la personne décédée sera apposé sur le robot.