MON CHER PETIT CREEPYPASTA

 

 

Tu aimes l’école , tes camarades et toi vous y amusez comme des petits fous.
Oh, il y a bien sûr les grands qui rient de toi, et la maîtresse qui est parfois méchante, mais comme dirait l’autre, tout est au mieux dans le meilleur des mondes. Ta maman, tu l’adores, plus tard tu voudrais l’avoir pour toi et toi seul, c’est ta maman et tu l’aimes plus que tout. Il y a la petite Sophie a l’école , elle est mignonne, elle a de beaux cheveux blonds.

Mais la nuit, oh, la nuit tu as peur. Il y a des bruits, et, même si ta maman regarde partout, tu ne te sens pas en sécurité, seul dans ta chambre.
Des ombres, des souffles. À la fenêtre, quelqu’un t’observe. Mais ta maman est là quand tu pleures, elle te raconte une histoire et tu t’endors tranquillement dans ses bras.

Elle t’avait déjà dit que « le monsieur à la fenêtre  » n’était qu’une branche. Elle avait fini par demander à Charles, le voisin, de la couper, là où se trouvait la balançoire où tu avais joué avec Sophie et où tu avais gravé un cœur un jour d’été.

Mais la nuit, oh, la nuit tu as peur, le monsieur à la fenêtre n’est pas au rendez-vous. Il est dans ton placard, il te fixe, il te parle tout bas mais tu ne comprends rien. Mais ton nounours et ta couette te protègent. Tout va bien . Mais il te regarde toujours et tout le temps. Ta maman te promet qu’il n’existe pas.
Mais elle ne semble pas sûre d’elle .

Un jour vous avez déménagé, oh, pas loin, quelques rues à peine , tu n’as donc bien sûr pas changé d’école et donc pas perdu tes camarades. Tu as une grande chambre sans aucune armoire, tes affaires se trouvent sur des meubles. La nuit, tu vois tes lego et tes autres jouets scintiller tels de petites étoiles dans la pénombre.

Et le monsieur a disparu. Totalement. Fini, le monsieur qui fait peur. Ta maman en est toute réjouie.

Les années ont passé, tu as quinze ans. Tu traînes avec tes amis et vous voyez les filles d’un autre œil. Sophie? elle a déménagé, loin, trop loin. Maintenant c’est Anne, avec ses cheveux roux bouclés, et ses mini jupes. Tu sors avec elle depuis 3 mois déjà .

Mais la nuit, oh, la nuit tu as peur. Tu ne veux pas dormir, surtout pas rêver! Le monsieur à ta fenêtre est désormais sous ton lit. Il n’est pas mort, il t’a traqué et aujourd’hui le voilà. Tu as peur de faire tomber quelque chose sous ton lit, tu ne pourrais jamais remettre la main dessus! Mais ce n’est pas grave, tu es grand, tu n’as pas peur d’un truc de gosse. Tu as 15 ans, bon sang! Tu es robuste et bien bâti !

Avec Anne tu dors, avec Anne tu grelottes, non pas de froid mais de frayeur.

Mais mon petit, j’ai une question .

Pourquoi as-tu peur de ton papa ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *