Les restes d’un dragon découverts en Chine !

Un dragon mort a été découvert par des habitants d’un village en Chine. Certains assurent que cet étrange squelette, n’appartenant visiblement à aucune espèce connue, est la preuve que cette créature mythique existe réellement.
Ce squelette particulièrement long mesure au moins 60 pieds de long. Il possède deux petits « bras » incongrus perpendiculaires à sa colonne vertébrale, et une tête qui ressemble étrangement à un crâne de vache.
Il a été trouvé étendu dans un champ près de la ville de Zhangjiakou, dans la province du Hebei, dans le nord de la République Populaire de Chine.
Contrairement aux dragons représentés dans la mythologie occidentale, les dragons traditionnels chinois n’ont pas d’ailes et volent en « nageant » dans les airs, tout comme les serpents qui glissent sur le sol.
L’anatomie de l’étrange squelette a ainsi convaincu certains habitants que ces restes pourraient bien appartenir à un dragon.
Des images prises par divers témoins sur les lieux montrent des dizaines de villageois entourant les restes suspects de ce dragon.
Les villageois ne savent pas trop quoi faire du squelette, mais quelques superstitieux semblent convaincus qu’ils étaient en présence du corps sans vie de cette créature très présente dans mythologie.
Sur les médias sociaux chinois, des internautes ont déclaré que ce squelette semblait avoir été placé là intentionnellement, comme s’il s’agissait d’un accessoire pour un film. Seulement, jusqu’à présent, personne ne s’est présentée pour confirmer ces hypothèses.
Sur le site Web, http://www.wukong.com, des personnes ont écrit que le squelette ressemblait à un accessoire de cinéma fabriqué avec des os de vache ou de mouton.
Un internaute affirme posséder la preuve que ce n’était qu’un canular :
« Les villageois montaient dessus et prenaient des photos. Ils ne montraient aucun respect envers cette créature. Il était donc évident qu’ils savaient de quoi il s’agissait. »
Les autorités locales de Zhangjiakou n’ont pas encore publié de déclaration sur ce qu’il est convenu d’appeler les restes d’un dragon.
Source

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *