Les mystérieuses poupées possédées d’Indonésie

 

L’Indonésie est une terre de mythes et de légendes. Beaucoup de ces histoires traditionnelles sont centrées sur des esprits qui s’attachent à des objets inanimés, d’autres nous parlent de toutes sortes d’entités étranges et fascinantes.

L’une des créatures surnaturelles les plus étranges d’Indonésie, et en particulier de l’île de Java, est une entité miniature ressemblant à une poupée, appelée communément le Jenglot. La description typique de ces créatures est qu’elles ressemblent à une petite poupée vivante. Elle ne mesure que quelques centimètres de hauteur, a une peau sombre flétrie. Elle possède de nombreuses caractéristiques humaines bien que ces membres soient généralement ratatinés et déformés. Elle a des crocs, de longs cheveux et des griffes imposantes. En un sens, elles ressemblent à des momies vivantes et leurs origines sont plutôt sombres.

La tradition sur ces créatures est plutôt récente, elle remonte aux années 1970 ou 1990, selon les sources. Elle est supposée être invoquée à travers des rituels mystérieux menés par des chamanes locaux. Dans certaines traditions, on dit que ces entités, ressemblant à des poupées effrayantes, étaient autrefois des êtres humains qui cherchaient la vie éternelle par la méditation (le Ilmu Bethara Karang, un chemin menant à la vie éternelle). Malheureusement, vivre dans cette condition pour toujours signifiait qu’ils ne pouvaient agir uniquement sous la forme d’une goule. Une fois mort, leur corps rétrécissait et sortait de la tombe, comme si la Terre les rejetait. Dès qu’ils sont invoqués, ils ne peuvent apparemment pas se mouvoir par eux-mêmes. Ils sont animés par la magie noire et sont capables d’inférer des pouvoirs à leur nouveau maître. Un médecin islamique nommé Muhammad Syakir Muhammad Azmi a déclaré à propos du Jenglot :

« À lui seul, le jenglot n’a aucun pouvoir et n’est rien de plus qu’un jouet typique qui ne peut pas bouger seul. Ce n’est que lorsque la magie noire est utilisée, en effectuant un certain rituel sur le jenglot, que, selon le mythe, un jenglot peut servir son maître à diverses fins, y compris pour protéger quelqu’un, rendre plus belle ou fringante une personne, lancer un charme apportant la chance ou encore pour se venger d’un ennemi. »

Une fois invoqués, les Jenglot sont soit prétendument gardés par le chaman en tant que serviteurs, soit relâchés dans la nature, où ils vivront sous terre ou dans des troncs d’arbres. Si l’on souhaite garder la créature, on dit qu’elle doit être nourrie avec du sang, quelques gouttes par jour, et que celle-ci est gardée dans une boîte noire spéciale. Il reste inanimer, à moins que son maître ne l’appelle, le sang étant la clé pour le faire vivre. Il est dit que le nourrir de sang est très important pour celui qui veut contrôler un Jenglot. En effet, s’il n’est pas nourri pas quotidiennement, il s’en prendrait à son propriétaire et à ceux qui l’entourent. Ce manque d’alimentation les rend fous, et particulièrement dangereux. Les Jenglot sont généralement perçus comme des abominations répugnantes pour la terre et la vie. Ils sont rejetés par la religion musulmane et on pense que seuls les chamanes les plus puissants peuvent les contrôler.

Cela peut sembler être de la superstition pure et du folklore, mais il y a eu beaucoup de supposés cadavres de Jenglot vendus sur le marché. Ce sont généralement de petites poupées d’aspect très bizarre, faites de poils, de peau et qui sait quoi d’autre. Comme le dit la légende, ils sont généralement installés dans des boîtes-cadeaux noires et, bien qu’ils semblent être principalement vendus comme un produit de divertissement, de nombreuses personnes prétendent que c’est bien plus que cela. Des personnes qui en ont achetés ont raconté que leur Jenglot était sorti tout seul de leur boîte avant d’être retrouvé quelque part dans la maison. Dans certains cas, leur boîte serait également retrouvée à d’autres endroits.

Ces supposés Jenglot morts ont également fait l’objet de nombreuses expositions, qui cherchent à les présenter comme des objets vraiment mystérieux, généralement des spécimens qui auraient finalement été tués par privation de sang, bien qu’ils semblent souvent être toujours en vie. Parfois, ces cadavres peuvent coûter particulièrement cher. En 2019, l’un d’entre eux a été mis sur le marché, pour une somme de 20 000 RM. Certaines études scientifiques ont été effectuées sur certains de ces restes et il s’avère que les cheveux sont d’origine humaine. Ces Jenglots seraient ainsi de faux spécimens façonnés artificiellement, de la même manière que les fameuses « sirènes des Fidji » fabriquées à partir du haut du corps d’un singe sur lequel est cousu une queue de poisson, souvent avec une ingéniosité et un savoir-faire tels qu’il est impossible de distinguer la supercherie.

Qu’ils soient réels ou non, les spécimens Jenglot sont devenus très populaires parmi les collectionneurs paranormaux, et de nombreux habitants y croient encore. Les vrais croyants, et ceux qui ont vu ces choses en action, disent que même s’ils s’avéraient être des jouets fabriqués par l’homme, ils détiennent toujours en eux des pouvoirs surnaturels.

Considérant qu’il existe de nombreuses poupées hantées dans ce monde, il n’est pas difficile de penser qu’un objet constitué de différentes parties et de cheveux humains puisse être comme possédé par de mauvais esprits ou à la suite d’un rituel de magie noire.

Qu’est-ce ce qui se passe avec ces Jenglot dérangeant ? Ou est-ce juste un légende urbaine relativement récente alimentée par des histoires diffusées sur Internet ? C’est difficile à dire, mais cela jette tout de même un regard intéressant sur le folklore fantasmagorique et les étranges traditions de ce pays asiatique.

Source
https://mysteriousuniverse.org/2019/10/creepy-indonesian-doll-monsters/,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *