Les extraterrestres pourraient vivre cacher selon des scientifiques

 

Existe-t-il d’autres civilisations dans l’univers ? La question, posée par le célèbre physicien nucléaire Enrico Fermi, a intéressé de nombreuses personnes à travers les siècles.

Notre planète grouille de vie. Même dans les environnements les plus inhospitaliers, profondément sous terre ou dans les profondeurs des lacs glacés de l’Antarctique, la vie parviendra toujours à se développer.

Mais pour l’instant, il n’y a aucune preuve tangible qu’il y ait de la vie quelque part d’autre dans l’univers.

À moins que Copernic n’ait eu tort, la Terre n’est pas spéciale. Il existe des planètes similaires aux nôtres dispersées dans tout l’univers.

Même si passer outre la barrière de la vitesse de la lumière est tout à fait impossible et qu’aucune civilisation interstellaire ne prospère quelque part dans notre galaxie, nous devrions être en mesure de percevoir les signes de méga-infrastructures extraterrestres et d’écouter les communications extraterrestres.

Certains théoriciens ont suggéré qu’il existe un « grand filtre » que la plupart des planètes habitables ne parviennent pas à traverser : soit un filtre purement biologique, comme le passage de la vie unicellulaire à une vie multicellulaire, ou un processus plus technique, comme la difficulté à maintenir une civilisation industrielle sans succomber au dérèglement climatique.

Mais peut-être que la réponse à cette question est plus simple que cela. Peut-être que nous ne faisons que regarder aux mauvais endroits.

Nous avons déjà détecté un certain nombre de mondes océaniques, où la surface est en grande partie ou complètement recouverte d’eau.

Alan Stern, de la NASA, pense que les mondes aquatiques fourniraient le type d’environnement stable dans lequel la vie intelligente s’épanouirait : à l’abri des radiations et de tous les impacts sauf des plus gros des astéroïdes, la vie sous-marine pourrait évoluer en paix.

« Les impacts, les éruptions solaires et les supernovas à proximité, et sur quelle orbite vous êtes, si vous avez ou non une magnétosphère, et s’il y a une atmosphère toxique, rien de tout cela n’a plus d‘importance », a-t-il déclaré à Space.com.

Mais cette « armure » liquide est aussi une prison. « S’ils disposent de la technologie, et qu’ils émettent par exemple des signaux, ou que leurs villes sont éclairées, nous ne pouvons rien voir dans aucune partie du spectre, sauf peut-être grâce à une radio très basse fréquence », a-t-il déclaré.

Stern, qui travaille sur la sonde spatiale à longue portée New Horizons de la NASA, ajoute que les créatures marines intelligentes auraient naturellement moins d’intérêt pour les étoiles que nous, et que leur engin spatial, rempli d’eau, serait très lourd et difficile à lancer.

Il serait encore plus difficile de décoller si vous viviez sur une Super-Terre.

Les super-terres – planètes rocheuses d’une masse entre deux et dix fois celle de la Terre – semblent être très courantes dans l’univers.

Depuis leur découverte en 1992, beaucoup d’autres ont été identifiées. Sur les quelques 1 000 exoplanètes cartographiées à ce jour, plus de 300 sont des super-terres.

Nombre d’entre elles se trouvent dans ce que les scientifiques considèrent comme la « Goldilocks Zone » de leur étoile parente, c’est-à-dire qu’il n’y fait ni trop chaud ni trop froid, qu’il y a de l’eau liquide et que la vie peut prospérer.

Non seulement habitables, elles pourraient être « super habitables » avec des atmosphères plus denses offrant une meilleure protection contre les menaces cosmiques telles que les astéroïdes et les éruptions solaires.

« Sur des planètes plus massives, les vols spatiaux seraient exponentiellement plus coûteux », a déclaré l’astronome Michael Hippke. « De telles civilisations n’auraient pas la télévision par satellite, ni mission lunaire ou de télescope spatial Hubble. »

Il dit que les humains ont beaucoup de chance de vivre sur une planète relativement « légère » avec une force de gravitation suffisamment faible pour s’échapper.

« Les autres civilisations, si elles existent », dit-il, « pourraient ne pas être aussi chanceuses. »

Pour lancer un satellite de 1 tonne à partir de Kepler-20b (une super-Terre environ 1,87 fois le rayon de la Terre et 9,7 fois sa masse), une fusée à combustible conventionnel devrait avoir une taille environ trois fois supérieure à celle de Saturn V qui transportait Neil Armstrong et son équipage sur la Lune – une charge utile d’environ 45 tonnes.

Si nos habitants imaginaires de la Super-Terre souhaitaient mettre en scène leur propre équivalent du programme Apollo, ils auraient besoin d’une fusée d’environ 400 000 tonnes, soit à peu près de la taille de la Grande Pyramide de Gizeh.

Dans un article publié dans l’International Journal of Astrobiology, le Dr Hippke a noté qu’une fusée de la taille d’une pyramide « constitue probablement une limite réaliste pour les fusées chimiques en ce qui concerne les contraintes de coût. »

Il y a d’autres explications à notre isolement cosmique. Peut-être sommes-nous dans un univers simulé où aucune autre espèce intelligente n’a été créée. Peut-être sommes-nous mis en quarantaine par des extraterrestres super-intelligents qui pensent que nous ne soyons pas encore être prêts à être contactés.

Tant que nous n’aurons pas trouvé la vie extraterrestre, nous ne le saurons pas.

Mais comme l’a souligné Arthur C Clarke, auteur et pionnier de la communication par satellite, « Deux possibilités s’offrent à nous : soit nous sommes seuls dans l’univers, soit nous ne le sommes pas. Les deux hypothèses sont également terrifiantes. »

Source
https://www.dailystar.co.uk/news/weird-news/aliens-exist-hiding-underground-seas-20260254, 12 octobre 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *