Les créatures surnaturelles

Les créatures de l’esprit existent sous toutes sortes de formes. Il y a cette remarquable population d’entités imitant la vie du
monde des rêves, ou ces compagnons de jeux que les enfants se créent, parfois pendant longtemps, et qui acquièrent une
certaine consistance. Sans mentionner la ménagerie d’animaux que peut nous avoir valoir l’abus d’alcool ou de drogues. Il
s’agit là de perceptions subjectives que le sujet est seul à ressentir.
Il y a néanmoins des apparitions à caractère en quelque sorte publiques. Certaines passent pour être le double ( le corps
éthérique ) d’une personne en train de vivre une expérience de sortie de son corps. Encore plus mystérieuses sont les
manifestations extériorisées et perceptibles de choses nées dans l’esprit de leur créateur, du seul effort de concentration de
celui-ci et par l’incroyable et étrange puissance de son cerveau. Au Tibet, où se pratique ce genre de choses, on appelle
Tulpa de tels fantômes.
D’ordinaire, un Tulpa est produit par un magicien exercé ou par un yogi, bien qu’on raconte qu’il puisse naître de l’imagination
collective de villageois superstitieux, par exemple, ou celle de voyageurs franchissant un endroit sinistre. Un Tulpa,
prétendent les Tibétains, peut être assez fort pour produire sa propre émanation secondaire, yang-tul, qui peut à son tour
produire une émanation du troisième degré, nying-tul.
Les adeptes capables d’engendrer de telles manifestations multiples sont rares,
et se trouvent en général parmi les saints bouddhistes ou bodhisattva. Certains
seraient capables de produire jusqu’à dix Tulpas différents. Apparemment, il
s’agit d’êtres animés, être humain, animaux ou êtres surnaturels, et ces
émanations apparaît dans l’esprit que le bodhisattva veut aider.
Peu d’Occidentaux ont eu l’occasion de faire des recherches sur cette question,
qu’il paraît difficile de prendre au sérieux. Parmi ceux-ci, il y a la voyageuse
française Alexandra David-Neel, qui passa quatorze ans au Tibet et étudia le
bouddhisme tantrique avec de nombreux lamas éminents. Seule femme lama à
son époque, sa contribution exceptionnelle à la compréhension de la pensée
tibétaine est largement reconnue. La description suivante de sa propre
expérience avec un Tulpa est tirée de son livre Magie et mystère au Tibet.
« Un magicien ne voit dans la création d’un Tulpa qu’un moyen de se pourvoir d’un instrument qui exécutera sa volonté. Dans
ce cas, le fantôme n’est pas nécessairement un dieu tutélaire, mais n’importe quel être, propre à servir leurs desseins. Une
fois bien formé, ce fantôme tend, disent les occultistes tibétains, à ce libérer de la tutelle du magicien. Il arrive qu’il devienne
un fils rebelle et l’on raconte que des luttes, dont l’issue est parfois tragique pour le sorcier, s’engagent entre lui et sa
créature.
Tous ces contes dramatiques de « matérialisation » en révolte ne sont-ils que pure imagination ?
Quant à la possibilité de créer ou d’animer un fantôme, je ne puis guère la mettre en doute. Incrédule à mon ordinaire, je
voulut tenter l’expérience moi-même et, afin de ne pas me laisser influencer par les formes impressionnantes des déités
lamaïstes que j’avais l’habitude d’avoir sous les yeux, en peinture ou en statue, et je choisis un personnage insignifiant : un lama courtaud et corpulent du type innocent et jovial. Après quelques mois, mon bonhomme était formé. Il se « fixa » peu à
peu et devint une sorte de commensal. Il n’attendait point que je pense à lui pour apparaître, mais se montrait au moment où
j’avais l’esprit occupé à toute autre chose. L’illusion était surtout visuelle, mais il m’arrivait d’être comme frôlé par l’étoffe
d’une robe et de sentir la pression d’une main posée sur mon épaule. A cette époque, je n’étais point enfermé, je montais à
cheval tous les jours, vivais sous la tente et jouissait, selon mon heureuse habitude, d’une excellente santé.
Un changement s’opéra graduellement dans mon lama. Les traits que je lui avais prêtés se modifièrent, sa figure joufflue
s’amincit et prit une expression vaguement narquoise et méchante. Il devint plus importun; bref, il m’échappait. Un jour, un
pasteur qui m’apportait du beurre vit le fantôme, qu’il prit pour un lama en chair et en os.
J’aurais probablement dû laisser ce phénomène suivre son cours, mais cette présence insolite commençait à m’énerver. Elle
tournait au cauchemar. Je me décidai à dissiper l’hallucination dont je n’étais complètement maîtresse. J’y parvins, mais
après six mois d’efforts. Mon lama avait la vie dure. Que j’aie réussi à m’halluciner volontairement n’a rien de surprenant. La
chose intéressante dans ces cas de « matérialisation » est que d’autres voient la forme créée par la pensée. Les Tibétains ne
sont pas d’accord sur l’explication à donner à ce phénomène. »

Extrait: Le grand livre du mystérieux – Sélection du Reader’s Digest (1985)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *