Le mystère du crâne de cristal de Belize

 

Les nombreux crânes de cristal découverts au Mexique et en Amérique centrale sont parmi les artefacts antiques les plus étranges et les plus controversés du monde. Ces objets mystérieux ont suscité une multitude de débats entre scientifiques, archéologues et même spécialistes du domaine du paranormal.

Les crânes eux-mêmes sont généralement de taille réelle et façonnés de manière extrêmement détaillée à partir de cristal de quartz clair ou fumé. Leurs mâchoires sont souvent mobiles. Ils sont minutieusement sculptés et polis, et leurs origines sont à peu près aussi mystérieuses que leur apparence. L’un de ces crânes de cristal en particulier a longtemps été associé à des pouvoirs magiques, des malédictions et divers mystères. Ce sujet est toujours discuté et débattu à ce jour.

On dit généralement que les crânes de cristal ont été fabriqués il y a plusieurs milliers d’années en Méso-Amérique précolombienne, principalement par les civilisations aztèque ou maya. Il y a beaucoup de légendes et de traditions les entourant, ce les rend encore plus mystérieux et passionnants.

L’une des légendes les plus populaires concernant les crânes de cristal est qu’ils n’ont pas été forgés par des mains humaines, mais uniquement par la pensée. Ils contiendraient de vastes réserves de connaissances mystiques, et seraient des réceptacles de l’ancienne sagesse des dieux. Certains disent que ces crânes pouvaient parler, chanter et projeter des pensées télépathiques, et qu’ils détenaient également de grands pouvoirs magiques au-delà de notre compréhension. Selon cette légende, il existe 13 crânes de cristal originaux, chacun contenant les âmes des anciens, et si jamais ils étaient réunis, ils nous apprendraient les réponses aux grands mystères de l’univers.

Bien que cela ressemble à une légende et à un mythe effrayants, il existe en effet de nombreux crânes de cristal dans des collections qui posséderaient des pouvoirs paranormaux. De loin, le crâne de cristal le plus connu a prétendument été découvert en 1924 dans les ruines d’une pyramide de l’ancienne ville maya de Lubaantun, dans l’actuel Belize. Anna Mitchell-Hedges, la fille adoptive du célèbre aventurier britannique F.A. Mitchell-Hedges, aurait découvert le crâne alors qu’elle explorait une ancienne pyramide maya dans ce qu’on appelait alors le Honduras britannique. Elle prétendait qu’elle s’était faufilée pour gravir la pyramide et qu’elle avait aperçu, en atteignant le sommet, quelque chose qui brillait dans l’obscurité d’une fissure dans la pyramide.

Après avoir raconté ce qu’elle avait vu à son père, elle serait allée avec lui le lendemain matin pour voir ce que c’était. Comme la fissure était difficilement accessible, ils déplacèrent des pierres jusqu’à ce qu’il y ait une ouverture suffisante pour envoyer la jeune Anna se faufiler dans un passage sombre menant à un temple effondré, où elle pouvait voir quelque chose briller à la lumière de sa lampe de poche. Lorsqu’elle l’examina de plus près, elle put voir qu’il s’agissait d’un crâne magnifique en cristal pur scintillant, presque complètement transparent, qu’elle décrivit comme irréel et « la plus belle chose que j’ai jamais vue ». Lors de l’examen, il s’est avéré que le crâne avait à peu près la taille d’un petit crâne humain, mesurant 13 cm de haut, 18 cm de long et 13 cm de large et qu’il était extrêmement vieux. F.A. Mitchell Hedges écrira plus tard qu’il avait baptisé cet objet « Le crâne de malheur » dans ses mémoires publiées de 1954, et intitulées Danger My Ally :

« Il a au moins 3 600 ans et, selon la légende, il aurait été utilisé par le grand prêtre des Mayas lors de ses rites ésotériques. On dit que lorsqu’il voulait la mort de quelqu’un et qu’il utilisait ce crâne pour se faire, la mort suivait invariablement. Il a été décrit comme l’incarnation de tout le mal. Je ne souhaite pas essayer d’expliquer ce phénomène. »

Dans les années qui ont suivi sa découverte, le crâne était, soi-disant, doté de divers pouvoirs surnaturels, tels que le fait de briller dans le noir ou de projeter des images comme s’il s’agissait d’un rétroprojecteur, ou même d’implanter des visions directement dans l’esprit. Il aurait également des capacités de guérison, serait capable de lire l’avenir et même de manipuler les émotions de ceux qui le contemple. Au fil des ans, Anna a fait plusieurs déclarations audacieuses et incroyables, notamment que le crâne pouvait être utilisé pour tuer une personne uniquement par la pensée, qu’il pouvait guérir le cancer et même qu’il avait prédit l’assassinat de John F. Kennedy. À la mort de son père en 1959, Anna emmena le mystérieux crâne en tournée. Des foules entières se rassemblaient pour le voir.

Il devint un sujet de prédilection pour les émissions de télévision, les articles de journaux et les livres. Dès qu’il est devenu populaire, une multitude de théories a émergé. Certains ont prétendu que cet artefact provenait du continent perdu de l’Atlantide ou qu’il était d’origine extraterrestre. Cependant, à ce moment-là, aucune analyse scientifique n’avait encore été faite.

Malgré des années de mystère, ce n’est pas avant les années 1960 que l’on a procédé à une analyse minutieuse de ce qu’on appelait alors le crâne de Mitchell-Hedges. Il a été examiné par le restaurateur d’art et expert en cristaux de quartz Frank Dorland. Il a soigneusement analysé le crâne et a déterminé qu’il avait été conçu sans aucun outil métallique notable, car il ne portait aucune marque, ni égratignure. Il a supposé qu’il avait d’abord été façonné grossièrement dans une masse de quartz, puis soigneusement poncé à la main sur une période de 150 à 300 ans, spéculant qu’il pourrait avoir plus de 12 000 ans.

C’est assez curieux, mais une analyse encore plus approfondie fut effectuée en 1970. Le crâne de cristal fut soumis à des essais dans des laboratoires de Hewlett-Packard à Santa Clara, en Californie. Ils ont constaté que le crâne était composé d’un seul gros morceau de quartz et qu’il était dépourvu de marques de machines-outils, à l’exception de quelques traces sur les dents. C’était une œuvre d’art qu’il serait très difficile de reproduire, même avec la technologie moderne. Ces conclusions n’ont fait qu’épaissir le mystère. On a également découvert que le crâne avait d’autres propriétés étranges, notamment le fait qu’il avait une polarité positive et négative et qu’il pouvait produire une charge électrique sous la contrainte mécanique. Il renfermait d’étranges qualités optiques qui faisaient que lorsque la lumière brillait sous lui, elle se projetait dans ses orbites et les reflets autour de lui demeuraient contenus à l’intérieur de lui.

En fait, ces phénomènes ont convaincu Dorland que par ses capacités électriques et optiques, le crâne « provoquait certains réflexes dans le cerveau », ce qui pourrait expliquer certains de ses prétendus pouvoirs surnaturels.

Anna continua à rester fidèle à l’authenticité du crâne et à ses pouvoirs magiques toute sa vie. De nombreux adeptes du New Age, qui croyaient aux dires de Anna, étaient persuadés que le crâne avait été façonné par une technologie de pointe ancienne ou même par des extraterrestres. Anna donnait fréquemment des interviews sur le crâne et affirmait qu’elle recevait de puissantes visions, que les esprits l’utilisaient pour communiquer avec elle et qu’il lui avait prolongé la vie. En effet, elle vécu jusqu’à l’âge de 100 ans. Après cela, le crâne tomba sous la propriété de son jeune mari, Bill Homann, qui continua de perpétrer la légende du crâne de cristal.

Malgré tout, ces dernières années, le scepticisme s’est beaucoup développé à l’égard des prétendus pouvoirs et origines du crâne de Mitchell-Hedges, et du phénomène des crânes de cristal en général. En ce qui concerne le crâne d’Anna, l’histoire devient immédiatement suspecte quand on se rend compte que son père, FA Mitchell-Hedges, ne mentionne qu’une seule fois le crâne dans tous ses écrits, dans un passage de son livre Danger My Ally. Il ne mentionne pas où ou par qui il a été trouvé ou ce qui lui était arrivé. Considérant qu’il a beaucoup écrit et enthousiasmé au sujet de ses exploits à Lubaantun, cela semble être une étrange omission.

En fait, aucune des personnes présentes à la fouille ne mentionne explicitement ce crâne, et il est douteux qu’Anna ait même jamais été présent lors de cette fouille. De plus, on apprendra plus tard que le crâne de cristal avait probablement été acheté par son père à une vente aux enchères de Sotheby’s à Londres le 15 octobre 1943, après quoi son penchant bien connu pour raconter de grandes histoires mystérieuse avait pris de l’ampleur.

C’est une preuve accablante de l’argument opposé aux dires d’Anna qui prétendait l’avoir trouvée dans une chambre effondrée d’une mystérieuse pyramide maya. On pense qu’elle a plus ou moins inventé toute cette histoire. Étant donné que les récits n’ont vraiment commencé à paraître qu’après la mort de F.A. Mitchell-Hedges, il est fort probable qu’elle a tout simplement écrit cette étonnante histoire autour du crâne de cristal de son père.

Source
https://mysteriousuniverse.org/2019/09/the-strange-tale-of-the-magical-crystal-skull-of-belize/, 14 octobre 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *