Le Chupacabra observé plusieurs fois en Russie


En avril 2006, le journal russe Pravda rapportait une histoire étrange selon laquelle un certain nombre de chupacabras s’étaient rendus jusqu’au cœur de l’ex-Union soviétique.

Les chupacabras, habituellement présents en Amérique du Sud, auraient été observés en plein milieu de la Russie. Voici ce qu’on pouvait lire dans le journal Pravda :

« Les inquiétudes ont commencé à la fin du mois de mars 2005, non loin du centre de la région de Saraktash. Sur la ferme de Sapreka, deux familles d’agriculteurs ont perdu subitement 32 dindes. Les corps des oiseaux, retrouvés dans la matinée, avaient été complètement vidés de leur sang. Aucun des fermiers n’a vu ou entendu la bête qui les a tués. Dans le village de Gavrilovka, un mouton a été victime du vampire nocturne. L’animal inconnu se trouvait également dans les hameaux de Vozdvizhenka et de Shishma. Au cours de la nuit, trois ou quatre moutons ou chèvres ont péri. Au total, les pertes dans la région se sont élevées à 30 petits bovins à cornes. »

En juillet 2011, le Moscow News rapportait : « Une créature suceuse de sang s’attaque à des chèvres près de Novosibirsk. Alors que les explications rationnelles s’amenuisent, le spectre du soi-disant chupacabra dresse sa tête démoniaque. Les agriculteurs et les petits exploitants horrifiés sont confrontés au corps égorgé de leur bétail le matin, sans effusion de sang et portant des marques de perforation au niveau du cou, mais qui restent en grande partie intacts. Mais les policiers locaux sont réticents à enregistrer ces attaques de vampires apparentes, dans l’attente que ces affaires soient officiellement expliquées, laissant les habitants sur le pied de guerre. »

Les théories classiques de ces attaques allaient des meutes de chiens sauvages à des adaptes des sciences occultes. Cependant, la théorie selon laquelle le chupacabra avait fait son chemin vers la Russie était l’explication privilégiée des locaux. Et les choses ne se sont pas arrêtées là. Le vampire russe était loin d’avoir fini de terroriser le pays, comme vous le verrez bientôt.

Selon Pravda, un fermier nommé Erbulat Isbasov a examiné de près la créature qui massacrait ses animaux : « J’ai entendu les moutons se mettre à beugler bruyamment. J’ai couru vers eux et j’ai vu une ombre noire. Cela ressemblait à un énorme chien qui s’était dressé sur ses pattes arrières. Et il a sauté comme un kangourou. La bête a senti ma présence et s’est enfuie. Il a traversé une ouverture dans les panneaux de la clôture. »

Cette série de tueries à Saraktash se termina subitement aussi mystérieusement qu’elle avait commencé.

En août 2012, la saga russe de chupacabra a connu un développement dramatique lorsqu’une créature, étonnamment semblable à beaucoup d’autres découvertes à travers le Texas, est apparue dans une autre partie de l’ex-Union soviétique, notamment en Ukraine. C’était un canidé, ses membres étaient disproportionnés et il était sans poils. L’Ukraine est très éloignée du Texas. « L’animal ne ressemble ni à un renard, ni à un loup, ni à un raton laveur », a commenté Mikhail Ilchenko, chef adjoint du service vétérinaire du district de Mikhailovskoe. Il a ajouté : « Cela ne peut même pas être une martre. Je n’ai jamais vu un tel animal auparavant. Mais, à en juger par leurs crocs, je peux certainement dire que c’est un prédateur. »

Il est intéressant de noter qu’en peu de temps, des rumeurs ont fait surface, en particulier concernant les origines de la créature. Des chercheurs ont conclu qu’elle possédait des caractéristiques communes au Chupacabra observé maintes et maintes fois à Porto Rico et au Texas.

Le journal britannique Daily Mail a publié une théorie intéressante. Cet animal « pourrait être un renard ‘mutant’ empoisonné par les radiations », tandis qu’une autre théorie avançait qu’il pourrait s’agir d’un hybride provenant d’une entreprise soviétique effectuant des tests sur des animaux en rapport avec le développement d’armes chimiques ou biologiques. « Une créature que nous n’étions pas censés voir s’est échappé d’un laboratoire de défense secret », a laissé entendre un internaute.

Alexander Korotya, du Musée de zoologie de l’Université nationale de Zaporozhye, a déclaré à la presse : « Je ne peux pas identifier de quel type d’animal il s’agit. Par exemple, ses canines sont semblables à celles d’un renard, mais de plus petite taille, comme une martre. Pourtant, une martre a un type de crâne différent. Si on compare avec la tête d’une loutre, alors les oreilles sont trop petites. Il a un nez large et un museau étiré. Mon opinion est qu’il s’agit probablement d’un animal hybride ou d’un mutant. »

Source
https://mysteriousuniverse.org/2019/09/when-the-chupacabras-broaden-their-horizons/, 09 octobre 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *