L’affaire fantomatique de Teresita Basa

Beaucoup de meurtre sont commis sans que la justice ne puisse trouver le coupable. Mais dans cette histoire, l’extraordinaire et le mystique se mêlent au meurtre d’une jeune femme du nom de Teresita Basa. Les esprits ont une voix que les vivants devraient écouter plus souvent…

 

(Crédit : KT)

Teresita Basa était originaire des Philippines et avait émigré en 1960 aux Etats-Unis pour devenir thérapeute à l’hôpital de Chicago, c’était une femme aimable et aimée par ses amies et collègues et n’avait jamais eu le moindre souci avec personne.

En cette nuit froide du 21 février 1977 les pompiers de Chicago sont appelés pour un incendie dans un immeuble. Arrivés sur place les pompiers remarquent que seul le dernier étage est en flamme, c’est alors qu’ils pénètrent dans l’appartement ils observent que quelque chose cloche. En effet, un matelas semble avoir une forme anormale, et en le soulevant les pompiers découvrent le cadavre de Teresita.

Le médecin légiste observe que la victime a été étranglée et la police comprend alors que le feu était criminel et donc pas accidentel. Ils ne relèvent aucune empreinte ni aucun mobile probable pour le crime puisque la victime n’avait aucun ennemi connu. Néanmoins des initiales ensanglantées ont été retrouvées sur la scène de crime.

Sans preuve, l’affaire restera mise de côté pendant plusieurs mois jusqu’à ce qu’un policier du nom de Joe Stabula reçoive un appel téléphonique qui changera à jamais sa vision cartésienne : une amie de la défunte du nom Remy Chua lui explique être hantée par Teresita qui ne trouvait pas la paix tant que son meurtrier n’était pas en prison. Remy explique alors que les initiales correspondent à un nom qu’elle leur donne mais la police refuse de la prendre au sérieux.

Quelques semaines plus tard, Remy explique que Teresita lui a donné de nouvelles informations. Notamment que le suspect en question aurait volé les bijoux de l’esprit, fait que la police n’avait pas divulgué dans la presse.

La police décide, non sans un certain scepticisme, de se rendre au domicile du suspect pointé du doigt par l’esprit. Ils retrouvent ainsi les bijoux de Teresita mais aussi des preuves directes le reliant au crime. La famille identifie les bijoux dont une bague que portait la victime quotidiennement dont le tueur avait offert pour ses fiançailles à sa compagne.

Pendant sa garde à vue, le suspect avoue son meurtre mais se fera plaider non coupable : la défense estimant qu’un fantôme ne faisait pas un témoin « solide ». Néanmoins le jury se base sur les preuves bien réelles et condamne l’assassin à 14 ans de prison. L’affaire fit scandale puisque ce fut aux États-Unis la première condamnation pour meurtre à partir du témoignage de… défunt

Même ce ne fut pas la première affaire dans le monde : au siècle dernier à l’age d’or du spiritisme, une jeune fille de 19 ans est retrouvée assassiné et son époux hérite de ses biens. Néanmoins l’esprit n’est pas en repos et apparaît à sa mère toutes les nuits pour témoigner en détail de son meurtre et de l’odieux comportement de son mari qui la battait régulièrement et n’en avait qu’après son argent. La mère pensant être folle contacte une assemblée de médium sans expliquer les messages reçus de sa fille et ceux-ci lui donnent les mêmes détails.

(Crédit : tableau de Macchiati Serafino : spirit, 1904)

Affolée la mère se rend à la police, ceux-ci ne la prennent pas au sérieux mais elle donne un détail sur le meurtre qu’elle n’aurait pas pu savoir : sa fille fut étouffée par un oreiller. La police découvre en cherchant des preuves, le testament de la jeune fille qui faisait mention qu’en cas de décès par meurtre son époux héritera de la totalité de ses biens et des terres, la famille étant une famille aristocrate. Ils apprennent aussi que le mari s’est remarié une seconde fois à peine 1 mois après le décès suspect de son épouse et qu’avant sa mort il était criblé de dettes de jeux. Dette qu’il a pu épurer suite au décès de sa jeune épouse.

La police l’inculpe pour meurtre et lors du procès attend l’ex-époux : alors que l’avocat insulte la mère de folle, une apparition eut lieu ou la jeune fille apparue pour montrer du doigt son époux et une voix fantomatique se fit entendre  » Assassin » malheureusement pris de peur il fit une crise cardiaque qui lui sera fatale. L’affaire fut vite classée et archivée,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *