Lady brown

Lady brown

Histoire de la photo de fantôme la plus célèbre et crédible au monde.

Ce fantôme aurait été observé plusieurs fois à Raynham Hall (Norfolk, Angleterre) au fil des ans. La demeure existe depuis le 17ème siècle, et appartient depuis toujours à la famille Townsend.
Le 19 Septembre 1936 vers 16 h, deux photographes de grande réputation, Captain Provand et son assistant Indre Shira, sont en train de prendre des clichés du vieux hall historique de Raynham pour le magazine Country Life. Ils viennent de prendre un cliché.

Tout à coup Shira voit une forme brumeuse sur les escaliers. Il crie à Provand qu’il y a quelque chose sur l’escalier, et lui demande s’il est prêt à prendre une photo. Provand répond Oui et enlève le cache de l’objectif, tandis que Shira presse le déclencheur pour le flash. La forme disparaît quelques secondes après. Provand ressort de dessous le tissu protecteur et demande la raison de tout tintouin. Shira explique qu’il a vu une forme d’ombre transparente sur les escaliers.
Avant de développer le négatif, Shira insiste pour qu’on observateur indépendant soit là pour vérifier l’évènement. Il court chercher un chimiste nommé Benjamin Jones, qui gère les locaux situés au-dessus du studio de développement. Trois témoins assistent donc au développement, qui révèle la fameuse image.

L’histoire du fantome

Si c’est bien d’un fantôme qu’il s’agit, son origine est assez difficile à trouver. La « Brown Lady » en question pourrait être Lady Dorothy Walpole, qui vécut à Raynham Hall. Son père refusa qu’elle se marie avec le Second Viscount Townshend, son premier amour. Plus tard, à la mort de la première femme de Townshend, Lord Townsend épousa Dorothy. Cependant dans le même temps Dorothy étaient devenue la maitresse de Lord Wharton. En apprenant la conduite passée de sa nouvelle femme, il ordonna qu’elle soit enfermée dans ses appartements à Raynham Hall. Elle mourrut à l’âge de 40 ans, le 29 Mars 1726. Sa mort fut officiellement causée par la variole, mais nombreux pensent qu’elle mourrut lorsqu’on lui brisa le coeur ou lorsqu’on lui brisa la nuque après l’avoir poussée en bas du grand escalier.On pense que son fantôme parcours toujours les escalier à la recherche de ses cinq enfants qui lui furent aussi retirés par son mari après qu’il apprit son histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *