La théorie des anciens astronautes et la Bible

 

Si l’on n’a pas pris la peine de s’intéresser aux travaux de l’ancien traducteur du Vatican, Mario Biglino, il n’est pas déraisonnable d’être sceptique à propos de la théorie des anciens astronautes. Celle-ci, particulièrement controversée, semble, à première vue, étrange.

Le principe de base de cette hypothèse est que l’humanité et la civilisation sont le résultat d’une intervention extraterrestre délibérée survenue il y a plus de 450 000 ans. Cette théorie est si différente du récit historique établi qu’elle est souvent considérée comme « ridicule » et sans considération sérieuse.

Cependant, comprendre les sources sur lesquelles s’appuient les théoriciens des anciens astronautes est primordiales pour réellement déterminer si cette hypothèse est solide et possible.

L’une des critiques les plus fréquentes à l’égard de cette hypothèse, en particulier dans le cas de l’œuvre de Zecharia Sitchin, est qu’elle repose sur une erreur de traduction des Textes sumériens originaux. En effet, ces textes, selon cet auteur, révéleraient que l’humanité a été, il y a des milliers d’années, visitée par des extraterrestres.

Ce serait une critique valable si elle était indubitablement véridique, mais les conclusions d’autres chercheurs indépendants qui ne s’intéressaient pas initialement à la théorie des anciens astronautes suggèrent une autre conclusion et soulèvent des questions légitimes sur cet argument de la mauvaise traduction.

Les Elohim et Nephilim dans les œuvres de Mauro Biglino

Ancien traducteur du Vatican, Mauro Biglino a traduit 23 livres de la Bible pour le Vatican et a traduit le codex de Leningrad (version de la Bible que les trois principales religions monothéistes – chrétienne, juive et musulmane – reconnaissent comme la Bible officielle) de l’hébreu, mot à mot, littéralement et sans aucune interprétation possible.

Au cours de la traduction de la Bible, il a découvert que nombre d’histoires avaient été délibérément interprétées de façon erronée comme des interprétations théologiques et qui ne correspondaient en rien au texte original en hébreu.

Selon lui, l’histoire racontée dans la Bible portait sur les activités d’une race extraterrestre sur Terre… Par exemple, l’histoire de la Genèse n’était pas à l’origine une histoire racontant la Création de la Terre et de l’Univers, mais concernait plutôt le partage d’un monde déjà existant entre les « dieux » sumériens Elohim mentionnés dans les Textes originaux.

Au cours des différentes traductions de la Bible au cours des siècle, le contexte d’origine a été altéré afin d’insérer une signification théologique dans les récits qui n’existe pas dans l’original. Cela avait pour but d’imposer une vision du monde et une interprétation rétrospectives des textes originaux qui n’étaient pas présents pas au moment où ils ont été écrits.

Selon l’interprétation de Mauro, la Bible ne parle pas d’un Dieu éternel infaillible, ni de quelque chose de divin, mais elle révèle une histoire différente sur l’origine de l’être humain sur Terre. Selon lui, la Bible ne peut pas parler d’un Dieu divin infaillible car le concept lui-même n’existait même pas pour les auteurs d’origine. Ils ne pouvaient donc pas écrire sur un concept totalement étranger à leur culture.

Les recherches de Mauro ont abouti à son livre intitulé The Book That Will Forever Change Our Ideas About the Bible, après quoi il a été suspendu par le Vatican.

En dernière analyse, les travaux de Mauro soutiennent les travaux de Sitchin et ceux d’autres chercheurs de terrain. Cela suggère que nous devrions peut-être examiner les anciens textes sumériens, tels que le Livre perdu d’Enki, en nous basant sur ce qu’ils disent sans essayer d’ajouter nos propres interprétations.

Source
https://www.afrikaiswoke.com/2018/12/17/unexpected-bible/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *