La poupée


Je lui ai donné la poupée le jour de son anniversaire.
Elle l’a tout de suite adorée, elle m’a dit qu’elle était magnifique, ses cheveux étaient tellement doux et sa robe super mignonne. Elle ne la quittait plus des yeux. Durant la journée, elle l’asseyait sur la table pour qu’elle puisse la regarder en faisant le ménage. La nuit, elle la posait près du lit, pour qu’elle nous regarde, pendant notre sommeil, ses grands yeux bleus immobiles dirigés vers le lit.

Mais l’amour de ma femme pour la poupée a brusquement changé. J’ai rapidement compris que quelque chose clochait. Je lui ai demandé, évidemment, mais elle ne voulait rien me dire, et répétait que c’était moi qui disait n’importe quoi.

Mais jour après jour, elle se fermait de plus en plus. Jusqu’à ce que je n’en puisse plus. L’ultimatum : soit elle me disait ce qu’il se passait maintenant, soit je l’emmenais de force voir un docteur.
Alors elle a cédé et lâché ce qu’elle avait sur le cœur. Elle m’a dit que c’était la poupée, qu’elle avait changé. Qu’elle avait l’impression de se faire constamment observer. Il semblait même que celle-ci bougeait.

Ça m’a bien entendu inquiété et j’ai décidé de jeter un coup d’œil à cette poupée.
Elle était assise, immobile, sur la table de chevet dans la chambre. Ses grands yeux bleus fixes toujours aussi beaux. Je n’ai pas pu m’empêcher d’avoir un soupir de soulagement. Bien sûr qu’elle ne bougeait pas, c’était impossible ! J’allais faire demi-tour lorsque j’ai vu un tout petit mouvement du coin de l’œil. Je suis retourné vers la poupée pour coller mon visage au sien et fixer ses yeux.
Quelque chose bougeait.
J’ai essayé de me concentrer, tenté de regarder plus près. Oui, incontestablement, il y avait un mouvement. Mais pas de l’œil lui-même ; c’était juste derrière. Avant que je puisse enregistrer quoi que ce soit, l’œil est sorti de son orbite pour laisser sortir dix petits asticots qui gigotaient.
Choqué, j’ai brusquement reculé, faisant tomber la poupée.

Ma femme m’a appelé pour savoir ce qu’il se passait, mais je lui ai dit de pas s’en faire.
J’ai donc pris la poupée, utilisé un mouchoir pour nettoyer les vers, et en pressant la peau et le plastique j’ai vu qu’il y en avait plein d’autres à l’intérieur.

Trop tôt, beaucoup trop tôt. J’avais espéré qu’elle tiendrait mieux. Je vais devoir lui en trouver une nouvelle, peut-être la garder en vie au début pour qu’elle dure plus longtemps.
En jetant la vieille poupée, je me suis rappelé de ce que ma femme m’avait dit à propos des belles boucles blondes de la petite Kathy qui habitait quelques immeubles plus loin. N’avait-elle pas aussi de grands et beaux yeux bleus ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *