La possession démoniaque de la famille de Latoya Ammons

La hantise démoniaque et la possession de Latoya Ammons et sa famille restera dans l’histoire comme l’un des cas les plus documentés et dont le plus de personnes ont été témoin d’une possession démoniaque dans l’histoire.
Avec des rapport de plus de 800 pages de documents officiels et des dizaines de témoignages de témoins fiables, y compris un capitaine de police, un fonctionnaires du Ministère des Services de l’enfance , de gardes de sécurité, de ministres, policiers, psychologues et une Prêtre catholique, beaucoup considèrent l’affaire comme l’un des meilleurs exemples de possession démoniaque viable à ce jour.
L’histoire,
La série d’événements étranges ont commencé en décembre 2011, un mois après que la famille Ammons, la mère Latoya Ammons, la grand-mère Rosa Campbell et leurs trois jeunes enfants, est emménagés dans leur nouvelle maison sur La rue Caroline en Gary dans l’Indiana.
C’était peu de temps après l’emménagement dans la maison quand la famille commence a soupçonner que quelque chose d’inhabituel se passait.
Au milieu de l’hiver, leur maison est devenue infestée de mouches.
Peu après, ils ont commencé à entendre des pas grimper les escaliers de la cave suivies par la forte ouverture et la fermeture des portes dans toute la maison.
La grand-mère de la famille, Rosa Campbell, a déclaré aux enquêteurs qu’elle s’est réveillée une nuit et aurait vue un personnage fantomatique représentant un homme dans leur salon.
Quand elle a couru dans la salle pour faire face à l’homme, elle n’a rien trouvé a part un ensemble d’empreintes humides à travers la pièce.
Lorsque la famille Ammons commence à trouver une substance étrange et gluante dégoulinant de fenêtres, des portes et meubles de toute la maison, ils ont commencé à soupçonner qu’une présence démoniaque avait envahi leur maison…

En mars 2012, trois mois seulement après avoir emménagé dans la maison, l’entité démoniaque est devenu plus violente.
Un soir de mars, Latoya Ammons et sa mère Rosa ont entendu les enfants crier de la chambre à coucher.
Quand ils se précipitèrent dans la pièce, ils ont trouvé leur fille de 12 ans, inconsciente et flottante dans l’air au-dessus du lit.
Quand la jeune fille se réveilla, elle ne souvenait pas de l’événement et semblait perplexe quand on lui a dit qu’elle avait fait de la lévitation.
Terrifiée et confus, la famille sollicita l’aide d’un ministre local qui a suggéré qu’ils fallait purger la maison avec de l’eau de Javel et de l’ammoniac et nettoyer toutes les portes et fenêtre avec de l’huile d’olive.
Pourtant malgré cela, la présence démoniaque continuait de cogner les meubles dans toute la maison et de tourmenter les jeunes enfants.
La famille sollicita l’aide de deux voyants qui ont examiné la maison et ont dit à la famille que leur maison étant possédé par au moins 200 différentes entités démoniaques.
Sur les conseils des clairvoyants, la famille construite un petit autel dans le sous sol sur lequel ils ont placé de l’encens et des figurines de Marie, Joseph et Jésus aux côtés d’une Bible ouverte sur le psaume 91.
Pendant trois jours, ils ont tenté de nettoyer la maison à la fumigation de sauge et soufre.
Hélas, les problèmes n’ont fait que de s’aggraver.
Les trois enfants de Latoya, âgés de 7, 9 et 12 (les noms sont rester anonymes pour protéger leur identité), a commencé à parler avec une voix granuleuse et rauque.
Leurs yeux ont commencé à gonfler de leurs orbites, les enfants n’étaient pas ce qu’elles semblent être.

Selon un rapport de nouvelles de la locale Indy Star:

« Le plus jeune garçon de 7 ans, était assis dans un placard et parler à un garçon que personne d’autre ne pouvait voir.
L’autre garçon annonçait ce que c’était que d’être tué.
Rosa Campbell, a déclaré que le petit garçon de 7 ans a volé une fois hors de la salle de bains comme si il avait été jeté, et a frappé une tête de lit une fois causant une blessure qui avait besoin de points de suture.
La petite fille de 12 ans annonce qu’elle se sentait parfois comme si elle était d’être étouffé et maintenue enfoncée dans son lit afin qu’elle ne puisse ni parler ni bouger.
Elle a dit qu’elle a entendu une voix dire qu’elle ne reverra jamais sa famille et qu’elle ne vivrait pas encore 20 minutes.
Certaines nuits ont été si mal la famille dormait dans un hôtel. »
L’attaque démoniaque s’aggrave,

L’accélération de la cadence des phénomènes est de plus en plus présente, les enfants terrifiés ont été jeter contre les meubles, traînés autour de la salle et frappés jusqu’à ce que leurs gencives et nez saigné.
Un enfant a été frappé si fort, qu’elle fut emmenée aux urgences où elle a reçu des points de suture dans sa tête.
En avril 2012, le médecin de famille, Le Dr Geoffrey kharif, a été appelé pour aider.
Tenu par la loi pour protéger la vie privée de ses patients, le Dr Onyeukwu ne révélerait pas de détails sur l’affaire mais a admis à la police et les journalistes qu’il se sentait terrifié lorsqu’il marchait dans la maison.
Pendant ce temps, après avoir remarqué une augmentation du nombre de jours d’absence a l ‘école des enfants, le DCS (Département des services de l’enfance) a été appelé pour enquêter sur la famille.
Selon leur rapport, les enfants s’exprime d’une voix démoniaque et le personnel médical a vu le garçon plus jeune étant « levée et jeté sur le mur sans que personne ne le touche ».
Quand un enfant a perdu conscience, les services d’urgence ont été appelés et les enfants ont été transporté a un hôpital local où, selon la DHS, les « enfants étaient sains et dépourvus de marques ou de contusions »
Madame Ammons a été évaluée par une équipe psychologique et ont « déterminé qu’elle était saine d’esprit » .
A la fin de leur enquête, au moins deux des enquêteurs quittait la maison et refusait à jamais de rentrer a nouveau dans la maison des Ammons.
Selon le rapport du département des Services de l’enfance originale déposé par l’inspectrice Valerie Washington et l’infirmière Willie Lee Walker, alors qu’il visitait la famille pendant l’enquête,
« L’enfant de 9 ans a un « sourire bizarre » et marchait vers l’arrière, puis sur un mur et au plafond, il a ensuite atterrit sur ses pieds.»
Lorsque la police a demandé au chargé du Service de l’enfance si le garçon avait « exécuter » ces actions sur le mur comme une cascade acrobatique, elle a dit non, le garçon a « glissé vers l’arrière sur le plancher, le mur et le plafond ».
Craignant pour la sécurité des enfants, Le service de l’enfance a immédiatement pris la garde des trois enfants.
Avec toutes les options utilisé, le prêtre catholique, Mgr Michael Maginot du St. Stephen, de la paroi de st Martyr, à Merrillville dans l’Indiana, a été appelé à agir comme représentant de l’ église catholique et a évaluer la situation.
Selon Maginot, quand il a commencé son enquête, il était sceptique sur les revendications de la famille.
« J’ai entrepris a réfuter les faits pour être honnête, je ne voulais pas impliquer l’évêque.
Mais j’ai eu un policier, des travailleurs sociaux, un médecins et un agents de sécurité me disant qu’ils avaient été témoins. »
Maginot a visité avec Latoya et sa mère Rosa la maison.
Au cours de sa première visite, il a remarqué une lumière vacillante dans la salle de bain.
Chaque fois qu’il se levait et marchait pour étudier la lumière, elle refonctionnais normalement.
Quand il s’éloignait , la lumière commençait a scintillement à nouveau.
Maginot a également noté des courant d’airs qui faisait vasciller les stores alors qu’aucune fenêtre ou porte n’était ouverte il egalement été témoin des empreintes de pas humides mystérieusement apparu dans le salon.
Sa conclusion était qu’en effet, la maison était infestée de démons et a suggéré a la famille de fuire la maison immédiatement.
Ils l’ont fait…
Quelque jours plus tard, Latoya a été rappelée à la maison afin de permettre au Service de l’enfance d’examiner la maison pour s’assurer qu’elle était sûr pour les enfants et leurs permettre d’y retourner.
Accompagné de deux officiers de police, ils ont fait une vérifications de la maison.
Un des policiers a admis plus tard qu’avant ce jour-là, il ne croyait pas aux démons – sa visite à la maison Ammons lui a fait changer d’avis.
Selon les dossiers de la police, au cours de la procédure du service de l’enfance les enregistreurs audionumériques des policiers ont commencé à mal fonctionner.
Les lumières clignotait et une photo prise par les agents de police ont montré une figure pâle, une ombre regardant à travers une fenêtre.
Une deuxième photo a révélé un personnage fantomatique vert qui semblait être une femme.
Le vétéran de la police de 36 ans Charles Austin a fait remarquer que, lorsqu’il est retourner à la voiture, la radio hurlaient « Vous devez sortir d’ici ! » suivi de statique et puis le silence.
Les sièges électriques de sa voiture ont commencé à se déplaçant vers l’avant et en arrière sur leurs propres rails.

Sans aucune explication pour les réclamations bizarre de la famille, la police a commencé à se demander si éventuellement un crime aurait été commis à l’intérieur de la maison et que la famille tentait de le couvrir.
Les hommes ont creusé la saleté sous l’escalier (le reste du plancher du sous-sol était béton) et mis au jour une collection bizarre d’objets, y compris des chaussettes de garçons avec la partie cheville découper, un ongle déchiré et des culottes de femmes.
Après la procédure de la maison, le troisième enfant de la famille a eu une évaluation psychiatrique.
Les psychiatres de l’hôpital ont conclu que l’enfant était parfaitement sain, mais ont suggéré que les choses qu’il a déclaré avoir vu, se sont manifestées dans sa tête.
Le reste de la famille ont été examiné et les psychiatres ont déterminé qu’elles « ne semblent pas « éprouver les symptômes du trouble de psychose ou de la pensée ».
Le service de l’enfance a poursuivi sont enquête et sont retourner à la maison avec du personnel supplémentaire, y compris le gestionnaire des cas familiaux Samantha Illic qui a été appelé à remplacer le travailleur précédent qui a catégoriquement refusé de revenir à la maison.
Les archives du service de l’enfance montrent que pendant l’enquête, Illic a découvert une substance collante et étrange dégoulinante dans le sous-sol.
Après une heure dans la maison, elle a commencé à se sentir malade et avait les doigts ou elle avait touché la substance étrange qui présentait des picotements.
Des photographie prises de la main montrent des boursouflure à ses doigts.
Bientôt, elle sentit qu’elle était asphyxiée et a rapidement quitté la maison à jusqu’à ce que les policiers se terminé leur enquête.
Pendant ce temps, les officiers de police ont également trouvé une goutte de liquide non identifiable, collant les encadrements de fenêtres et les stores à l’intérieur de la maison.
Ils ont nettoyer les stores et scellé la pièce pendant 30 minutes.
Quand ils sont retourner dans la maison plus tard – les stores étaient couvert une fois de plus de la substance étrange.
Les exorcismes de la famille Ammons,
Le même jour, le révérend Maginot a effectué un exorcisme « officieux » sur Latoya Ammons.
Le rituel consistait a effectuer des prières, des déclarations et des appels à chasser les démons.
Deux officiers de police et Ilic, le gestionnaire de cas familiaux ont été témoin durant le rituel d’exorcisme.
Le révérend Maginot a retrouver, quand il a terminé l’exorcisme, le Rosaire qu’il avait utilisé mystérieusement brisée en morceaux.
Il plus tard a déclaré aux journalistes qu’après la destruction du Rosaire, il sentait que le rituel avait échoué et que les démons étaient toujours à l’intérieur de la maison.
Après l’exorcisme, l’enquêtrice des service familiale Samantha Illic est retourné a la maison.
Après cela, en moins d’une semaine, elle a souffert de brûlures sur les bras et les mains.
Des lésions mystérieuses sont apparu sur son corps et ont continué par la suite durant le mois après sa visite à la maison.
Après que les preuves et les témoignages ont été fournis aux autorités catholiques, une rare autorisation pour un exorcisme a été accordé par L’évêque Melczek.
Le révérend Maginot a effectué un deuxième exorcisme sur Latoya Ammons, cette fois encadrer par l’Eglise et a chanter en Latin en présence de deux policiers.
En appuyant un crucifix sur sa tête, il a chanté :
« Je vous chasse, esprit impur, ainsi que tout pouvoir satanique de l’ennemi, chaque spectre de l’enfer et tous vos compagnons sont tombés ; au nom de notre Seigneur Jésus Christ. »
Après avoir terminé l’exorcisme, le révérent Maginot a béni la maison et la « scellés » au sous-sol avec du sel.
En novembre 2012, Latoya a retrouvé la garde de ses enfants et à ce jour, la famille n’a connu aucun événement inhabituel. Lorsque le capitaine de Police Charles Austin demandait plus tard ce qu’il ressentait au sujet de l’affaire, il a dit :
« Tous ceux d’entre nous qui étaient là ce jour-là dans le sous-sol et qui a vu ce que nous avons vu, et traversé ce que nous avons traversé… nous pensons tous la même chose, nous sommes tous appeler. Cette maison est un portail vers l’enfer. »
Zak Bagans,
Enquêteur paranormal Zak Bagans de l’émission « Ghost Adventures » a acheté la maison de la famille Ammons avec l’intention d’y vivre lui-même et documenter ce qu’il éprouve. « Si c’est vrai cette maison est un portail vers l’enfer, alors j’ai envie d’y aller et de voir ce qui se passe », dit-il.
Il la fera détruire en 2016…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *