De mystérieux cercles au fond du Loch Ness en Écosse

 

Le Loch Ness, situé en Écosse, est mondialement célèbre pour le prétendu monstre marin qui y habiterait. Pourtant, ce lieu fascinant recèle d’autres mystères qui intéressent grandement les scientifiques d’hier et d’aujourd’hui.

L’été 1976 a été reconnu comme l’un des plus chauds jamais enregistrés au Royaume-Un. Toute personne d’un certain âge et ayant vécu au cours de cette période peut en témoigner. En juin de cette année-là, la température atteignait déjà 80 Fahrenheit (27°C). Le 3 juillet, elle a culminé à 96,6 degrés Fahrenheit (plus de 35°C). Cette période a également été marquée par un autre événement : un Américain du nom de Marty Klein était au Loch Ness dans le cadre d’une expédition visant à trouver des preuves de l’existence des créatures célèbres qui y résideraient.

C’était une quête ambitieuse organisée et sponsorisée par l’Academy of Applied Science (basée à Boston, dans le Massachusetts) et le New York Times. Elle était dirigée par le regretté chercheur de Nessie, le Dr Robert H. Rines. C’est aussi un projet au cours duquel l’équipe de AAS a capturé des images sonar intrigantes, dont l’une – surnommée le « plésiosaure » – semblait ne montrer rien de moins qu’une carcasse à long cou dans les eaux profondes du côté de Fort Augustus, au nord-ouest du Loch Ness. Mais il y avait autre chose que Klein et ses camarades ont trouvé – quelque chose d’aussi étonnant et sûrement de totalement inattendu.

En utilisant la technologie du sonar à balayage latéral dans les eaux proches du village de Lochend – que l’on trouve à l’extrémité nord-ouest du loch -, l’équipe est tombée sur quelque chose jusqu’alors inconnu : deux formations curieuses, une dans l’eau à une profondeur d’à peine trente pieds (9 mètres), et un autre à une profondeur d’environ soixante-dix pieds (21 mètres). Ces formations ont été décrites comme « un gisement de pierre composé de cercles de pierre – grands et petits ; des cercles simples et des cercles entrelacés avec d’autres ; des cercles disposés en ligne droite et des cercles sans ordre particulier. »

Étant donné que Marty Klein a été le personnage clé de la découverte de ces pierres, elles ont été baptisées – Kleinhenge I et Kleinhenge II. En termes de taille, les cercles variaient de quinze à cent cinquante pieds de diamètre. Et, à des degrés divers, ils se se chevauchaient.

Tout le monde n’était pas sûr que ces cromlechs aient des origines néolithiques, ce que le AAS a rapidement suggéré lorsque les formations ont été trouvées. Il a été suggéré que ces pierres n’étaient rien de plus que des matériaux dragués dans la rivière Ness située à proximité lorsque la construction du canal calédonien était en cours, au début du 19ème siècle. Une théorie plausible et stimulante, bien sûr. Mais est-ce vraiment cela ? D’autres ont suggéré qu’une telle explication aussi terre-à-terre était loin de la vérité.

Lorsque l’histoire des cercles de pierre du Loch Ness a été publiée, Klein et un de ses collègues, Charles Finkelstein, ont déclaré à John Noble Wilford, du Chicago Tribune, que, même si de nombreuses recherches supplémentaires étaient nécessaires, ils avaient conclu que ces formations avaient été façonnées par des êtres humains et que leurs origines remontent probablement à des milliers d’années, et à une époque où les eaux du lac étaient à des niveaux beaucoup plus bas qu’aujourd’hui.

En 2005, Robert Rines a commenté des formations de pierres encore plus curieuses trouvées dans les eaux profondes du Loch Ness. Un grand connaisseur du Loch Ness, Roland Watson, a évoqué – mais sans en être particulièrement convaincue – l’idée que les pierres coulées évoquées par Rines en 2005 étaient un sous-produit de l’achèvement du canal calédonien en 1822 ou de l’élargissement de la route A82 dans les années 1930.

Aujourd’hui, il existe autant d’hypothèses que de controverses autour de cette découverte extraordinaire …

Source
https://mysteriousuniverse.org/2019/10/the-controversy-filled-stones-of-loch-ness/, 20 octobre 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *