Cercueils suspendus

Endroits les plus etranges terrifiants monde 3

Les membres de la tribu Igorot enterrent leurs morts dans des cercueils suspendus, attachés aux flancs des falaises, depuis de nombreuses années. On pense que cela les rapproche de leurs esprits ancestraux et garde également leurs corps en toute sécurité.

Endroits les plus etranges terrifiants monde 5

Après ces quelques jours, le corps est inséré dans un cercueil ayant été construit par le défunt lui-même avant sa mort, ou un membre de sa famille s’il était trop faible pour le faire.  Nous avons été surpris de constater que les plus vieux cercueils étaient très courts; pas plus d’un mètre de long.  En effet, le corps est recroquevillé en position foetale avant d’être couché dans le cercueil, au risque de casser quelques os!  Ainsi, le défunt quitte le monde dans la même position qu’il y était entré.  Cette façon de procéder n’était plus utilisée dans les dernières années, telle qu’en témoigne la longueur régulière des derniers cercueils.  Les familles préfèrent ne plus abimer le corps de leur être cher, et ce, même au nom de la tradition.

Une fois le corps inséré dans le cercueil, ce dernier est porté par des jeunes du village pour ensuite être hissé dans le cimetière suspendu.  En fait, les cercueils sont déposés sur des pieux solidement enfoncés dans le calcaire de la parois.  Certaines des chaises ayant servies lors de la cérémonie y sont également accrochées.

Ce rituel sacré n’était pas à la portée de tous puisqu’il implique de coûteux sacrifices pour la famille.  En  effet, lors de la cérémonie, la famille doit sacrifier plusieurs cochons et encore davantage de poulets.

Mais pourquoi cette tradition si particulière?  Diverses explications sont avancées.  Certains pensent que les anciens avaient l’impression que leur corps ainsi suspendu était plus près du ciel qu’en étant sous terre.  On raconte également qu’ils craignaient que leur corps enterré ne soient déterré par des chiens ou encore par des tributs de chasseurs de tête. Une autre croyance veut que les cercueils ainsi hors de terre permettent à la personne décédée de continuer de voir le soleil.

Ailleurs dans le village, il est également possible de visiter les grottes Lumiang, où sont empilés une centaine de cercueils, dont le plus vieux date de plus de 500 ans.  Il s’agirait d’un autre expression de la même tradition.  Les cercueils sont également de courte longueur, et laissés hors de la terre.  Certains sont ornés d’un lézard, un symbole de fertilité et de longévité.

Une sympathique marche en forêt nous permet de découvrir certains des sites sacrés, alors que d’autres sont protégés des touristes et demeurent seulement visibles de loin.  Même si ces pratiques funéraires sont appelées à disparaître, on sent que les habitants de Sagada vouent un profond respect envers les traditions de leurs ancêtres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *