Une femme retrouvée nue dans la rue affirme être un sirène

Les policiers sont déconcertés après avoir découverts une mystérieuse jeune femme avec des orteils palmés et des cheveux mouillés. Cette dernière affirmait qu’elle était une sirène !
Cette femme a été retrouvée complètement nue, à l’exception de son soutien-gorge de sport, à proximité d’un lac en Californie le mardi 4 avril 2017. Elle a indiqué aux forces de l’ordre qu’elle se prénommait Joanna et qu’elle provenait du lac.
Selon elle, elle était une sirène. Les policiers ont constaté que les orteils de ses deux pieds étaient palmés.
La femme, vraisemblablement âgée de 16 à 30 ans, a été découverte en train d’errer en plein milieu d’une rue à Fresno, entre Los Angeles et San Francisco.
Elle n’a pu fournir aucune autre information sur son identité, et a simplement répondu « Je ne sais pas » aux questions des agents.
Le lieutenant de la police de Fresno, Mark Hudson, a déclaré :
« Elle était mouillée, et elle a dit qu’elle se trouvait dans le lac. Elle a expliqué qu’elle avait besoin d’aide et qu’elle devait être emmenée à l’hôpital. »
« Nous avons parcouru nos données après avoir pris ses empreintes digitales et nous n’avons toujours pas pu trouver son identité. »
Les agents ont décrit son comportement comme « bizarre ».
Source
http://www.dailystar.co.uk/news/weird-news/603175/fresno-mermaid-california-webbed-toes-wet-hair-police-cops-joanna,

Une très étrange photo publiée sur Internet

Quatre jeunes filles ont publié une très étrange photo sur Internet. Sur celle-ci, on peut voir de mystérieux personnages marcher dans une rue …
Le cliché a, en quelques jours, fait le tour d’Internet. Et pour cause ! A première vue, on ne remarque que les ravissantes jeunes femmes posant pour ce qui semble être un banal selfie.
Toutefois, les internautes les plus attentifs ont pu constater, à l’arrière-plan, plusieurs passants qui possèdent tous le même visage !
A ce jour, on ne sait pas si le cliché est véridique ou s’il a été manipulé par un logiciel de retouche d’image.
Source
http://www.mirror.co.uk/news/weird-news/girls-pose-friendly-picture-something-10541778,

Le plus vieux Livre gothique daté de 1839 à vendre!!

Livre1

Les auteurs : Horatio Walpole, 4e comte d’Orford (24 septembre 1717-2 mars 1797), également connu sous le nom de Horace Walpole, était un écrivain anglais, historien de l’art, homme de lettres, antiquaire et politicien whig. Il fit construire Strawberry Hill House à Twickenham, au sud-ouest de Londres, faisant revivre le style gothique quelques décennies avant ses successeurs victoriens. Sa réputation littéraire repose sur le premier roman gothique, Le Château d’Otrante (1764), et ses Lettres, qui présentent un intérêt social et politique significatif. Ils ont été publiés par Yale University Press en 48 volumes.

Clara Reeve (23 janvier 1729 – 3 décembre 1807) était une romancière anglaise mieux connue pour le roman gothique The Old English Baron (1777). Elle a également écrit une histoire innovante de fiction en prose, The Progress of Romance (1785). Son premier travail était une traduction du latin, puis une langue inhabituelle pour une femme à apprendre.

Auteur : Horace Walpole & Clara Reeve
Titre : Le vieux baron anglais et le château d’Otrante, (2 volumes en un).
Éditeur : Londres, Charles Daly, 19, Red Lion Square, 1839.
Langue : texte en anglais
Taille : 4 « X 3 »
Pages : 307 pages
Reliure : Très bonne reliure gothique originale en tissu pleine avec dos décoré doré (charnières fines, légèrement usées) et éraflé – comme illustré) sous une housse de protection amovible en mylar.
Contenu : Très bon contenu (brillant et serré, rousseurs et taches rares). 
Illustrations  : Joliment illustré avec une page de titre gravée et une illustration frontis.

 

source : https://www.preuvesduparanormal.fr/


 

Le livre : édition miniature originale rare du château d’Otrante, (lié avec) Le vieux baron anglais Deux grandes histoires gothiques! 

 

La légende de Jean fente

Halloween approche, et ces légende en tout genre refont surface, laissez moi vous en racontez une assez étrange, qui fait encore trembler toute la france, C’est mick le maitre de l’angoisse, laissez moi vous emportez dans le monde terrifiant… de l’horreur


Tout commence en 1961 par une journée de mars, mme elizabeth frach donne naissance a son premier enfant elle a le malheur de découvrir qu’il es diforme , son visage es effrayant, une honte pour cette noble famille de « nom de la ville » quelques semaine plus tard elle décide que personne ne doit savoir ! Elle fait donc courir la rumeur que son enfant es mort né et fait semblant d’être effondrer , alors que fils es effermer dans le grenier comme un animal.

Les années passent et jean grandis, la nouvelle se repend que le fils d’elizabeth est bien vivant et ne peut plus le cacher désormais enchaîner au pied de son lit toujours dans le grenier, des curieux viennent pour espérer voir le monstre, dans mes recherches , j’ai retrouver quelques fragments d’enregistrement audio.
Le seul jours ou Jean étais autorisé a sortir étais le soir Halloween, tout les autres enfants pensez que lui aussi portais un déguisement, ce fameux soir d’halloween 1977.. tout ne se passe pas comme prévu.

Ne supportant plus le jugement des autres elizabeth liberer Jean de ses chaine et mets fin a ses jours. Personne ne sait si Jean es réel ou si il es inventé de toute piece par le bouche a oreille… pendant longtemps il aurais disparu dans la nature, certains disent qu’il a fait recement surface sous le nom de Jean fente, encore sous le choc psychologique de voir sa mère mourir devant ses yeux, il se tient pour responsable et aurait un déséquilibre psychologique, alors.. on raconte que le soir d’halloween il sortirais.. et en profiterais pour a son tour enfermer des jeunes enfants dans son grenier…

La pouponne et la chaise haute

 

Joannie et Sylvain, un couple de jeunes mariés, préparaient leur semaine de vacances depuis plusieurs mois. Ils devaient se rendre à Machu Picchu, au Pérou, afin de visiter les ruines anciennes qui font la fierté de ce pays d’Amérique latine. Le couple avait embauché Aline, une bonne amie de la famille, afin de prendre soin de leur pouponne durant les 8 jours qu’allait durer leur voyage. Cette dernière, une femme dans la cinquantaine, était une personne de confiance et les nouveaux mariés n’avaient aucune inquiétude. Ils n’avaient aucun doute qu’elle prendrait soin de leur jeune fille et de leur demeure. Cependant, ce matin-là elle était en retard à son rendez-vous. Inquiet, Sylvain composa son numéro de cellulaire. Cette dernière répondit immédiatement.



– Aline ! s’exclama Sylvain lorsqu’il entendit répondre la gardienne. Arrives-tu bientôt ? Nous sommes peut-être déjà en retard ! Nous avons 30 minutes de voiture à faire avant d’être à l’aéroport !

– Oui Sylvain. Désolé, j’ai été retardé ! J’arrive dans environ 15 minutes !

– 15 MINUTES ? Nous avons déjà presque une heure de retard !

– Je suis désolé ! Je suis sur l’autoroute, j’arrive dès que possible !

La frustration gagnait Sylvain qui lâcha un regard désespéré à sa femme. Ils risquaient déjà d’être en retard et il avait été très difficile d’organiser leurs jours de congé avec leurs employeurs respectifs. S’ils rataient leur vol, ils ne pourraient pas en prendre un autre avant trois jours, ce qui ruinait définitivement leur semaine de congé dûment planifiée. Il eut soudainement une idée bien simple.

– Tu arrives dans 15 minutes ? Écoute, nous allons laisser la petite dans sa chaise haute et les clefs de la maison sur la table. Tu n’auras qu’à passer par-derrière, nous allons te laisser la porte déverrouillée !

– Pas de problème ! répondit la gardienne. J’arrive dans quelques instants.

Le couple de jeunes mariés partit en trombe, les bagages étant déjà dans la voiture depuis plusieurs heures. Avant d’embarquer dans l’appareil, la jeune mère tenta en vain de recontacter Aline afin de savoir si tout allait bien, mais cette dernière ne répondit pas.

« Elle doit être en train de s’occuper de la petite,  pensa la mère. Je vais tenter de la rappeler un peu plus tard. »

Le voyage allait bon train et les jeunes mariés visitèrent l’ancienne cité inca comme ils l’avaient tant souhaité. Ils eurent beaucoup de plaisir. Pendant leur périple, il eut cependant une ombre au tableau. Aline ne répondait pas au téléphone et, malgré qu’ils eurent laissé des messages expliquant comment les rejoindre à leur hôtel, elle ne retourna aucun appel. De plus en plus inquiète, la jeune femme téléphona à sa mère.

– Bonjour maman ! Ça va bien ? demanda Joannie.

– Oui bien sûr ! Et toi comment va ton voyage ma belle ?

– Bien ! C’est vraiment extraordinaire ! On va aller se baigner dans des sources d’eau chaude cette après-midi ! J’ai très hâte. Mais je suis un peu inquiète, pourrais-tu passer à la maison pour voir comment Aline s’en tire avec la petite ? J’essaie de la rejoindre, mais ça ne fonctionne pas.

– Pas de problème ! répondit la mère de Joannie. Je passe dès que j’ai cinq minutes.

Plus tard en soirée, la grand-mère se présenta à la maison de sa fille. La place était plutôt tranquille et aucune voiture n’était présente dans l’entrée. Elle savait cependant qu’Aline pouvait peut-être avoir ramener la petite fille chez elle, car rien de l’obligeait à rester dans la maison chez sa fille. Sylvain avait d’ailleurs installé le siège pour pouponne dans l’auto d’Aline afin que cette dernière puisse sortir avec la petite. Mais le silence entourant la demeure inquiéta la mère, qui tenta de rentrer par devant, avant de faire le tour de la maison et constaté que la porte arrière était déverrouillée.

Elle entera à l’intérieur et vu le répondeur de la salle de séjour qui flashait. Il indiquait « 14 nouveaux messages ». Elle appuya sur le bouton. La voix artificielle du répondeur brisa le silence qui régnait dans la grande demeure. Elle reconnut immédiatement la voix de sa fille.

«  Premier message: Aline, c’est Joannie. Nous sommes à l’aéroport, je vais te donner des nouvelles dès que nous serons arrivés au Pérou ! Bonne semaine ! »

Le deuxième message par contre, avait quelque chose de plus étrange. La voix d’un homme bouleversé avait laissé un message inquiétant.

« Deuxième message: Sylvain ? C’est Denis, le conjoint d’Aline. Elle… Aline a eu un grave accident, elle est à l’hôpital. Sa voiture s’est fait emboutir par un camion et elle est dans le coma. Je sais qu’elle devait aller chez toi ce matin, mais là ça ne marchera pas. Appelle-moi dès que tu peux… »

La vieille dame ne comprenait pas ce qui se passait… Mais où était la petite ?

La réponse ne se fit pas attendre. En entrant dans la salle à manger, elle vit le corps inerte de la petite, presque gris, qui était encore attaché dans sa chaise haute. Abandonnée depuis plusieurs jours, la pauvre petite était morte de faim et de soif.

 


☠  ☠  ☠



Cette histoire est-elle vraie ? Absolument pas. Mais plusieurs versions de cette légende urbaine ont été popularisées au cours des dernières années. Cette histoire cherche principalement à rappeler aux parents qu’il ne faut pas négliger son enfant et qu’il doit toujours se placer au sommet de leurs priorités, même avant un beau voyage.

En fait, des histoires d’horreur sur de mauvais parents qui négligent ou oublient leurs enfants ici et là sont affaires courantes. Même que certaines histoires véridiques se rapprochent beaucoup de cette légende urbaine. En Angleterre, une mère qui s’était absentée « quelques minutes » eut une bien mauvaise surprise de constater que son poupon, en essayant de sortir de sa chaise, s’était pendu. Sa tête était prise dans son harnais et le bambin ne survécut pas.

Une autre mère irresponsable eut plus de chance. Les voisins ayant porté plainte, les autorités découvrirent qu’elle avait laissé son poupon seul dans sa chaise haute toute la nuit. La jeune mère était sortie boire avec des amis.
 
 

Légende urbaine du bébé dans la chaise haute

 

Mais les accidents tragiques existent aussi ! Aux États-Unis, à Hollywood, une jeune mère eut un malaise et mourut alors qu’elle nourrissait son poupon. Lorsque les voisins se plaignirent d’entendre un enfant hurler, la police investit l’appartement pour découvrir le corps de la mère et de son poupon, mort dans sa chaise haute. Les cris provenaient de son ainé, un enfant de deux ans qui était enfermé dans sa chambre depuis deux jours. Le bambin, complètement déshydraté, connut un cependant un bien meilleur sort que son jeune frère.

Ces histoires sont horribles, mais rappellent une chose bien simple ; vos enfants sont fragiles et vulnérables. Ils dépendent de vous, prenez en soins !

 



David Magny pour Dark-Stories.com, le lundi 1er février 2016
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l’autorisation de l’auteur.

Références:

Snopes – Baby High Chair Death ( High chair to Heaven ) 3 juin 2006

La légende urbaine du tunnel Kiyotaki

Nous savons tous que le Japon est un pays dans lequel les histoires de fantômes ou d’esprits sont traitées avec beaucoup de sérieux du fait qu’une grande majorité des Japonais sont animistes, c’est-à-dire qu’ils croient en une multitude d’esprits que ces derniers soient d’origine humaine ou animale par exemple. C’est également un lieu rempli de légendes et nous allons vous en présenter une : la légende urbaine du tunnel Kiyotaki.


Crédit par Martin

Le tunnel a été construit dans les années 20, plus précisément en 1927 et pendant sa construction beaucoup d’ouvriers ont trouvé la mort, notamment à cause des conditions de travail épouvantables souvent proches de celles de l’esclavage. Nous ne savons pas exactement combien de personnes sont mortes dans ce projet mais juste qu’à priori leurs âmes sont restées bloquées dans ce tunnel et qu’elles le hanteraient encore de nos jours.

 

La particularité de ce dernier c’est qu’il mesure en longueur 444 mètres. Et au Japon, le chiffre 4 a la réputation d’être maudit au même titre que le chiffre 13 selon certaines superstitions, de plus sa prononciation en japonais « shi » signifie la même chose que le mot mort.

Si nous nous intéressons à présent de plus près sur la légende urbaine de ce lieu, on raconte que lorsque vous empruntez ce tunnel, des esprits feraient leur apparition dans votre voiture afin de vous effrayer et de provoquer des accidents mortels pour qu’à votre tour, vous et vos éventuels passagers devenez des fantômes. Néanmoins, si vous pensez réussir à contrôler votre peur il y aurait un second danger. En effet, il se dit que dans le tunnel se cacherait un miroir et que si par malchance vous regardez ce dernier, alors vous mourriez en souffrant horriblement et rejoindrez ainsi les autres esprits qui hantent le lieu. Enfin, le dernier détail que nous révèle la légende du tunnel Kiyotaki serait l’étrange changement de longueur de ce dernier en fonction du moment de la journée où vous passerez par ce dernier.

Que pouvons-nous en conclure sur ce mythe issu du folklore nippon : est-ce un lieu vraiment maudit de par le chiffre de sa longueur et les esprits qui le hantent ou n’est ce tout simplement pas un lieu où les accidents sont nombreux dus à une mauvaise construction de ce dernier et à une visibilité quasi inexistante ? La réponse à cette question dépendra de vos libres opinions.

Crédit-Image à la Une : par Japon Info

Certaines sources de cet article proviennent de :

  • http://legendesurbainesdiverses.over-blog.com/2015/02/le-tunnel-kiyotaki.html
  • http://www.ojapon.com/member/3532/blog/view/272-Lgende-japonaise—Le-tunnel-Kiyotaki/
  • http://mirkatoz.skyrock.com/3224606421-Legende-urbaine-Tunnel-Kiyotaki.html

l’apparition d’un énorme chien noir

En 2018 une femme qui sortait de chez elle vers 23h du soir a été surprise par l’apparition d’un énorme chien noir.

Cette animal dépassait toutes les limites même dans nos plus gros cauchemar on ne l’imaginerai meme pas .Il rester la devant elle sans bouger elle eu tellement peur d’être attaqué mais rien y fais

…Ce chien disparu sous ses yeux elle en parla a tous ses proches mais personne crûe un seul mots de ce qu’elle disait….quelque mois plus tard après cette apparition le jeunne femme fut trouver assassinée dévoré …depuis ce jour les proches de cette femme voyait cette énorme chien et un par un avait un fin effroyable…

quiconque n’ont pu espliquer ces apparitions …nous pensions que cette famille était juste maudite…

La Clinton road

Une route à deux voies, donc l’entourage est fait uniquement de forêt appartenant à l’état. Cette route du West Milbord dans le conté du Passaic dans le New Jersey. Elle débute au New Jersey route 23 près de terre-neuve durant 16 kilomètres jusqu’à son terminus Upper Greenwood Lake.

Dans cette route très peu de maison, les forêts bordant cette étroite route appartiennent à l’état et ne sont aucunement aménager pour les promeneurs. Vous pouvez voir sur la carte ci-contre l’étendu de la forêt.

Sur cette route, qui de par la présence d’arbres à pertes de vue doit être vraiment agréable. Mais… des évènements viennent entacher ce magnifique paysage. En effet cette route serait hanté. Parmis les fait paranormaux les plus recenser on notera la présence des fantômes, précisément du fantôme du petit garçon.

Fonderie de fer.

Le fantôme de ce petit garçon, serait visible vers minuit dans un des petits pont ou s’écoule une rivière. D’après les légendes qui diffèrent légèrement les unes des autres, si vous jetez une pièce dans cette rivière, le petit fantôme vous la renvoie. Cette légende serait née d’un étrange défi entre amis qui ont conduit le jeune garçon à mourir.

Des rumeurs aussi présente une ruine, une sorte de tour qui d’après les légendes, serait une tour réservée aux druides. Les druides profitais de cette tour pour réalisé des rites horrible. Cette légende bien qu’ayant un certains intérêt est en réalité fausse. En effet d’après des historiens cette tour serait en fait une ancienne fonderie de fer issue de la guerre d’indépendance Américaine.

D’après les différents phénomènes la Camaro Chrysler, véhicule fantôme conduite à priori par une petite fille, qui ai décéder dans un tragique accident en 1998. La petite fille marchée sur le bord de la route est une Camaro la percuta. La légende dit que le véhicule apparaît si vous racontez l’histoire de cette petite fille à quelqu’un en passant dans le virage ou l’accident est arrivé. Ce virage qui pour information, est l’un des plus dangereux. Il existe de nombreux cas de voitures fantômes ou d’apparition de phares sans apercevoir de véhicule. Nous avons aussi les fantômes de deux gardes forestier, décédés aussi lors d’un accident en 1939.

De nombreuses créature ont était vue aussi. Des chiens aux singes en passant par une créature hybride qui disparaît avant que les visiteurs s’en approche. Ses animaux seraient expliqués par le fait d’un ancien parc abritant des animaux sauvage. Celui-ci à fermé en 1976. Des rumeurs disent que certains des animaux n’aurait pas était déplacés et laissé dans le parc. Il se seraient débrouillés et aurait pour certains subie une sorte de mutation. D’après les recherches que j’ai fait, il est peu probable que des animaux ai était laissés dans ces enclos et encore moins qu’il ai pu mutés. Aucun site américain ne stipule de mal traitance ou d’expérience dans ce parcs.

En 1905, un château a était construit par Richard James Cross. En 1917, il tombe en ruine après le décès de son propriétaire deux ans après la fin de sa construction. Beaucoup disent que le château est tombé en ruine à cause d’un incendie. Après de multiple recherche, il s’avère que l’incendie n’a pas prie au château mais à deux de ses dépendance. Car le domaine était très vaste, avec de multiples dépendances. 

 

La totalité des dépendances ont était démolies, puis le château également, la décision fut prise par les représentants de l’état. La décision fut prise car, les ruines attirées les visiteurs, qui discrètement pouvais se droguer ou simplement visiter. Certains des visiteurs disent avoir aperçu des écritures satanique dans certains endroit inaccessible des ruines de celui-ci. Dans les recherches que j’ai pu faire, je n’ai pas trouvé d’éléments en rapport avec le paranormal dans le château. Aucune informations ne permet de penser que des décès, des pratiques sataniques ou tous autres choses de néfaste aurait eu lieu dans ce château, après sa construction. Je pense donc que ses faits sont infondés.

Pour finir, je ne vous ai pas présenté les différentes présences légendaire dans les détails. En effet j’ai pu trouver pas mal d’autre légendes. Par exemple la présence de sorcière, de mafieux, de satanistes, des tueurs qui déposerais leurs cadavres dans ces bois. Enfin bref, je vous ai mis les évènements pour lesquels j’ai pu trouvé des informations complémentaire. Les légendes dont je n’ai trouvé qu’un ou deux écrits ne sont pas fondés et je préfère donc pas vous en faire part.

Comme toujours je vous laisses faire votre propre opinions, n’hésitez pas à nous faire part de votre avis sur ce sujet sur la page séquence paranormal.

Le lac aux squelettes

Même si nous savons maintenant qu’il n’y a rien de paranormal, il n’empêche que ce mystère est resté entier pendant quelques années. Le lac Roopkund ou le lac aux squelettes. Ce lac glacier qui ne dégèle qu’un mois par an environ se trouve sur une route menant tout droit à un sanctuaire populaire du culte de Nanda Devi qui est une déesse Hindou.

Ce lac se trouve dans l’Himalaya dans le district de Chamoli en Inde, qu’a t-il de spécial ? Une grande quantité d’ossements a été trouvée. Ces ossements soit plus d’une centaine sont visibles depuis les berges du lac qui n’est profond que de deux mètres.

 

 

Tout commence en 1942, Madhwal gardien du parc national de Nanda Devi (plus haute montage qui anciennement se nommait Nanda Devi Game Sanctuary). Celui-ci lors d’une ronde, découvrit des ossements humains et des chairs dans l’eau à peine gelée du lac. Dans le contexte de 1942 (seconde guerre mondiale), les militaires britanniques dépêchés sur placent pense directement à une attaque des forces japonaises. Une mission composée de scientifique de plusieurs nationalités est envoyée sur place et après enquête les relevés permettent d’affirmer que les ossements ainsi que les chairs bien conservés du fait des conditions climatiques du secteur datent d’une période largement antérieure à la guerre.

 

Une légende va dans ce sens. Celle ci raconte qu’un roi nommé Jasdhaval organisa un pèlerinage pour honorer la déesse Nanda Devi. Le roi partit dans ce pèlerinage accompagné de musiciens, de chanteurs, de certains de ses fonctionnaires et de sa femme qui a ce moment est enceinte. En arrivant au lac lieu prévu du pèlerinage, leurs présences déclencha la colère de la déesse pour deux raisons, la première du fait de la présence des musiciens et chanteurs en ses lieux sacrés d’autre part l’accouchement de la reine n’est pas vu d’un bon œil par la déesse car cette pratique rend les lieux impurs pour quelques temps. La déesse déclenche donc une tempête terrible accompagnée de gros grêlons durs comme du fer, par conséquent il moururent presque tous d’une fracture du crâne ou se noyèrent car la glace sur le lac rompit sous le poids devenu trop important.

Actuellement l’eau du lac renfermerait au moins 500 individus, même si la quantité d’ossements a diminué au fil du temps. En effet les divers promeneurs, visiteurs les prendraient en vue d’en faire un souvenir. D’après l’analyse faite de nos jours, certains ossement sont datés de plus ou moins 840 ans après J.C. Les analyses détaillées stipulent que de nombreux crânes, présentent un traumatisme crânien. Ces fractures au sommet du crâne ont confortés les spécialistes dans leurs résultats. En effet il est probable que certaines des victimes sont bel et bien décédées de chûtes de gros grêlons, ce qui sur la région est confortée par le fait qu’il y a eu déjà des grêlons de 7 CM de diamètre. L’ensemble des éléments précédemment trouvés par les scientifiques et spécialistes confirme en effet cette légende.

Je ne peux vous détailler celui-ci qui est extrêmement long et dont certains éléments sont scientifiques, je vous en donne donc le lien URL.

URL à mettre : Rapport scientifique du lac aux squelettes 

(Source photo: Wikipédia)

La forêt hantée du Japon

Carte Ouest France.

Situé au Nord Ouest du mont Fuji au Japon, 3500 hectare de forêt incluse dans le parc national de Fuji-hakone-Izu. Ce parc National vise à mettre en valeur les environs du Mont Fuji, le volcan, la région d’Hakone, la péninsule et l’archipel d’Izu. Ce parc représente plusieurs types de paysages : Montagnes, forêts et étendu d’eau qu’apprécient les touristes.

La forêt dAokigahara plus connue sous le nom de Jukai qui se traduit par « Mer d’arbres ». L’histoire paranormale de celle-ci est encore jeune environ de 1200 ans. Cette forêt est connue pour les nombreux décès depuis les années 1950.

Pourtant cette forêt reste un magnifique paysage même si la majeur partie de celle-ci est recouverte par de larges coulées de lave qui ont aussi enseveli la région lors d’une éruption en 864 qui dura dix jours. Le sol de cette forêt est donc majoritairement de la roche volcanique recouverte de mousse, le sol est très accidenté mais praticable (si vous avez de bonnes chaussures) assez facilement en raison de l’absence de buissons et de ronces ce qui n’est pas le cas de la majorités des forêts.

Cette forêt compte autour d’une cinquantaine de décès par ans principalement des suicides (par pendaison ou encore par absorption de somnifères), ce qui lui vaut d’être reconnue comme « idéale pour se suicider ».

Il y a aussi des disparations, ce qui peut s’expliquer tout d’abord par la difficulté de retrouver son chemin si vous vous écartez des chemins balisés et aussi la densité de celle-ci. La police à du mal à pouvoir donner des statistiques précises car les corps des personnes décédés ou disparut ne sont pas forcement retrouvés en raison de l’environnement très humide et sauvage. Ces conditions favorisent le développement d’une quantité de mousse importante au sol ; mais aussi la présence de nombreux animaux, tels les insectes et rongeurs qui en quelques minutes commencent à s’attaquer aux cadavres. Il est dit que les promeneurs qui s’aventurent dans cette forêt n’en sortent jamais, il sont parfois retrouvés morts attaqués par une créature inconnue, ce qui selon moi ne sont autres que les animaux cités ci-dessus.

Vue de la forêt d’aokigahara au pied des montagnes. 

Suivant la légende cette forêt serait hantée par des esprits (appelés Yurei), qui seraient les âmes des personnes décédées brutalement (le suicide en fait partie). A cause de leurs sentiments négatifs (tristesse, envie de vengeance, de la colère etc.) au moment de leur mort. Les Yurei ne sont pas des esprits bienfaisant. Les âmes en peine deviendraient des esprits qui ne pensent qu’à tuer le plus de monde possible. C’est à ce titre ce lieux serait considéré comme le plus hanté du Japon. Des témoignages affirment avoir vue des présences fantomatiques, d’autres disent que les arbres sont vivants et bougent ce qui augmente la sensation d’oppression.

 

Lors de mes recherches j’ai pu voir que les téléphone et GPS, ne fonctionneraient pas dans ces bois. Mais j’ai trouvé des vidéos qui ont été tournées en live ou un groupe de personnes nous fait visiter la forêt, par conséquent le réseau fonctionne, peut-être pas dans tous les recoins mais au moins une bonne partie. Ce que j’ai pu tirer de toutes ces vidéos, c’est déjà le nombre de déchets laissés par les promeneurs dans cette forêt, c’est inadmissible ! D’autre part une enquête menée par un enquêteur du paranormal assez connu ne présente rien de spécifique, oui de la peur est ressentie due au lieu, une forêt en pleine nuit peut représenter qu’un sentiment d’inquiétude même pour les plus aguerris d’entre nous.

Pour conclure les risques présents dûs aux crevasses, racines, mousses glissantes mais aussi de part la présence des animaux sauvages . En revanche concernant la présence d’esprits, de créatures, rien ne permet d’affirmer avec certitude la présence de tels phénomènes. En effet aucunes photos ou vidéos ne peuvent en donner la preuve suffisamment claire pour être formelle. En ce qui concerne les nombreux suicides, il faut savoir qu’aux Japon le suicide n’est pas aussi tabou que dans d’autre pays et fait partie intégrante de croyance (le fameux Hara-kiri). De plus avec les problèmes d’argent et de travail que rencontrent les habitants de ce pays il est normal qu’ils pensent au suicide et qui plus est dans cette forêt, car c’est le meilleur moyen de disparaître. Concernant les disparations, cette forêt est tout simplement apparentée à un labyrinthe avec ses dangers. Je vous laisse en juger avec la vidéo d’un enquêteur. Je l’ai choisie car derrière sont apparence comique, je trouve qu’il reste d’une neutralité à toutes épreuves et son coté rationnel analyse bien la « légende » de cette forêt.

La légende d’Incarville

Une église nommée Saint-Pierre dans une commune Française de l’Eure (région Normandie) entre Évreux et Rouen. Une architecture magnifique dont les nombreuses reconstructions en font une église avec une architecture qui n’est plus celle originale. Ces reconstruction sont dues soit à la guerre ou pour des aménagements.

Beaucoup d’articles sur internet en font un lieu hanté par l’esprit d’un Abbé, l’Abbé René Delamare, parfois aussi appelé Gilbert Delamare. Sa tombe se trouve par ailleurs dans l’enceinte de l’édifice.

L’abbé Delamare, a été curé de la paroisse de 1929 jusqu’à sa mort en 1948. Il était guérisseur, radiesthésiste (un procédé qui permet la détection de radiations).

Cette pratique lui a permis de procéder au forage d’un puits artésien en 1931 dans ça commune, celui-ci était d’une profondeur de 904 mètres.

Le forage de ce puits était basé uniquement sur un pressentiment de l’abbé, celui-ci pensait que du pétrole se trouvait non loin de l’église. Son pressentiment fut confirmé par un autre radiesthésiste de grande notoriété l’abbé Bouly, qui en utilisant un pendule confirma son hypothèse. Georges de Boisgelin conseiller général du canton de Beaumont-le-Roger finança les travaux de forage. D’après les renseignements de l’historien Pierre Molkhou, auteur du livre « Le reflet des jours sur le village d’Incarville ».

George de Boisgelin fit venir du matériel dont un derrick d’environ 20 mètres en bois qui permettrait le forage, ainsi que de la main d’œuvre. Lors des travaux un geyser de 300 mètres jaillit du sol, mais il ne s’agissait pas de pétrole mais d’eau.

Cela n’arrêta pas L’abbé Delamare, qui poursuivit ses recherches jusqu’à 904 mètres. Une fois de plus le résultat n’est pas ce qu’il attendait mais un autre geyser d’eau mais cette fois ci d’eau chaude (28 degrés. En effet, ce forage a permit d’atteindre une nappe phréatique formée par infiltration des eaux superficielles. Cette eau, réchauffée par contact géothermique, provient des régions limitrophes du bassin parisien et s’échappe du forage par un simple phénomène de vases communicants écrit Pierre Molkhou dans son livre.

 

Plus tard on attribua des propriété dermatologique à l’eau de la source qui servit de piscines publiques entre 1950 et 1960. Cette source fut rachetée en 1978 et fut utilisée pour l’élevage de poissons exotiques. De nos jours la source à était réhabilitée en canal qui s’évacue dans l’Eure.

Les évènements paranormaux ont débuté en 1980 / 1990. Il se disait que des chuchotements se faisaient entendre dès lors que des visiteurs entraient dans l’église. Évidemment la légende se rependit et les habitants commencèrent à se prendre au jeu. La légende a duré un ans avant que le mystère ne soit résolut. En effet une chouette logée dans le clocher de l’église était à la base de ses bruits. Même si la réponse à ces chuchotements à été trouvée, il réside de nos jours encore quelques doutes et ce lieux est encore réputé hanté même si aucunes preuves, vidéos ou enquêtes n’a été réalisées.

La légende subsiste en raison peu-être de l’énorme investissement de l’Abbé Delamare pour celle ci mais aussi pour l’église. Même si durant les diverses guerres traversées et ses reconstructions, elle est toujours existante à ce jour.

Les suicidés de pont d’Overtoun

Les chiens qui se suicide au pont d’Overtoun

En 1859, James White achète des terrains aux alentours de Rutherglen une ville située dans sud est de Glasgow en Ecosse, par la suite celui-ci doublera la taille de ses terres. James White fera ensuite appel à un architecte pour réaliser les plans d’un manoir sur une colline surplombant le fleuve de Clyde dans la ville de Dumbaston en Écosse. Le but de se manoir est de lui offrir une paisible retraite. En 1884, James White meurt et son fils John reprend les rênes. A la mort de sa mère vers 1891, John s’installe définitivement dans le domaine. En 1892 John passe un accord avec le révérend local Dixon Swan, qui est un pasteur local mais aussi héritier des terres adjacentes de la ferme Garshake.

Il souhaite obtenir ces terres afin d’étendre son domaine en construisant un bâtiment à l’ouest qui sera nommé West Drive. Les ailes est et ouest du domaine son malheureusement séparées par une chute d’eau. Afin de permettre de rejoindre les deux côtés, une route et un pont seront construits. Ce pont permettra de rejoindre les deux rebords.

Le pont sera nommé Overtoun bridge (Le pont d’Overtoun). Ce pont conçu en 1950 et qui permet donc de franchir le fleuve Clyde qui sépare les deux rebords du château. L’histoire aurait pu s’arrêter là, sauf que des faits macabres ont eu lieu sur ce pont.

Depuis les années 1950 date de sa conception, ce pont fait l’objet de faits étranges. Des chiens se suicideraient du haut de ce pont. Nos amis canins sauteraient le parapet pour se jeter du haut de ce pont de 15 mètres. Est ce que les chiens se suicident volontairement ? Il est difficile de répondre mais d’après les professionnels il est improbable que ce soit le cas. Les chiens ne pourraient pas se suicider volontairement, il faudrait qu’un élément extérieur vienne les perturber (tout le monde a entendu parlés des chiens qui se laissent mourir suite à la mort de leurs maîtres). Tous les chiens qui passent par ce pont ne se suicident donc pas volontairement en revanche ils réagissent tous de manière étrange. Les chiens qui se suicident le plus sont des chiens donc les races font parties de ceux qui ont l’odorat le plus développé (golden retriever, labrador etc).

 

En revanche il n’y a pas que des phénomènes étranges du côté des animaux mais quelques uns concernent aussi les humains. En 1994 la popularité du pont d’Overtoun va de nouveau être relancée. Un résident du nom de Kévin Moy jeta son petit garçon du haut du pont affirmant que celui-ci était l’Anti-Christ, l’enfant mortellement blessé décédera le lendemain. Kévin Moy se rendra dans l’Overtoun house, se saisit d’un couteau de cuisine et tenta de s’ouvrir les veines. Il fut sauver et sera interné. Selon ses dires Satan aurais posé la marque du diable sur la tête de l’enfant.

Plusieurs témoignages confirment tous la même chose. Des chiens qui regardent par dessus le mûret et d’un seul coup se jettent par dessus pour finir en bas de celui-ci. En revanche tous les chiens n’en meurent pas, certains finissent handicapés, d’autres indemnes en revanche il faut préciser que certains d’entre eux après une première chutes, sont remontés sur le pont pour sauter une deuxième fois. L’ensemble de ces faits font que la popularité de ce lieu augmenta. Des protecteurs des animaux, des enquêteurs en phénomènes paranormaux virent sur les lieux. Malgré de nombreuses enquêtes et recherches aucune preuve ferme et définitive ne pu être établie et le mystère demeure toujours. Une tradition celte parle d’un lieu proche de « l’autre monde ». Peu-être y a t’il un rapport avec cette légende et les faits qui se sont produits sur ce pont.

D’après plusieurs professionnels, l’odeur de certains animaux serait la clef de ce mystère. En revanche rien ne permet de le prouver. Pour prouver cette théorie des chiens spécialisés dans la recherche, des chiens militaires ont quadrillé le secteur en bas du pont sans rien trouver, ni sentir et sans montrer le moindre signe étrange.

Pour finir, après quelques recherches, je n’ai pas pu trouver de nouvelles victimes de nos jours (ce qui ne signifie pas qu’il n’y en ait pas). En revanche les dernières nouvelles que j’ai pu avoir disent que ce mystère dure toujours et qu’aucune explication valable n’a pas été trouvée. Beaucoup de personnes pensent à la présence d’un fantôme à cause de la réaction des chiens qui pour certains fixent des directions du pont ou encore refusent d’y monter.

Pourquoi les scientifiques refusent-ils d’étudier les OVNI ?

« Les scientifiques aiment bien avoir l’initiative des questions. Lorsqu’un phénomène se produit en dehors de toute initiative de leur part, n’importe où, n’importe comment, devant n’importe qui, ils n’aiment pas ça du tout ; parce qu’à priori, ils sont dans la même position que n’importe qui, ils n’ont pas d’approche qui les spécifierait.(…)
Et à ce moment-là, ils tendent à disqualifier le phénomène, ils tendent à disqualifier les témoins et à mettre l’ensemble sous le signe de la croyance.
Et à ce moment-là, eux, deviendront les non-croyants, ceux qui rappellent les vertus de la rationalité scientifique. » (…)
« Il y a donc quelque chose de pathologique, à mon sens, car évidemment beaucoup de phénomènes nous posent problème sans que les scientifiques aient pris la moindre initiative.
C’est donc une très mauvaise habitude qui se révèle notamment autour du phénomène OVNI et qui met en danger les relations démocratiques entre science et société. »

On peut avancer plusieurs explications quant au refus de la plupart des scientifiques d’investiguer le domaine des Phénomènes Aériens Non Identifiés.

  • La plus simpliste des attitudes consiste à nier l’ensemble des phénomènes, les OVNI n’existent pas donc il n’y a rien à étudier !

    Cette position, pour le moins contraire à l’éthique scientifique, est de moins en moins tenable. De plus, c’est faire injure aux millions de témoins qui, de bonne foi, ont depuis plus de 50 ans rapporté d’étranges phénomènes, même si beaucoup d’entre eux peuvent recevoir une explication cohérente avec nos connaissances actuelles. Il n’en reste pas moins quelques cas inexpliqués qui méritent une étude approfondie.

  • Les scientifiques se heurtent à un obstacle inhabituel, il leur faut apprendre à partir des témoignages issus de tous les milieux et de l’ensemble de la planète.

    Ils ne sont ni formés ni préparés à cela, et l’étude de témoignages cadre plus avec les sciences humaines qu’avec les sciences dites dures ou exactes.

    C’est pourtant à partir des témoignages que les scientifiques ont fait quelques découvertes intéressantes comme par exemple les météoritesla foudre en boule et les farfadets.

  • Les scientifiques apprennent à partir de leurs instruments dans leurs laboratoires , avec leurs méthodes même quand il s’agit d’étudier l’univers lui-même.
    Le phénomène OVNI est un phénomène dont ils n’ont pas eu l’initiative et ils n’ont pas encore inventé la méthode pour l’étudier.

  • Une autre difficulté est d’obtenir des données brutes d’un phénomène rare et fugitif.

    Telle que s’est construite la science moderne, on ne peut définir une théorie quelconque sans données. Or, l’une des caractéristiques les plus troublante du phénomène OVNI, est que même s’il se produit par vagues, personne ne peut prévoir où et quand se produira la prochaine apparition et donc aucune mesure directe n’est possible.

  • Très tôt, dans la jeune histoire de l’ufologie, au sein même des plus hautes autorités de l’état américain, un lien entre les OVNI et les « Extraterrestres » a été établi. Pour les scientifiques, ce lien crée un blocage qui les empêche d’accorder toute leur attention au phénomène. Pour eux, ce lien ne constitue qu’une chaîne d’hypothèses trop improbables et invérifiables.
    Pour que ces OVNI-là existent, il faudrait

    • qu’il existe des vies extraterrestres ailleurs dans l’univers,
    • que ces formes de vie soient similaires à la nôtre,
    • qu’elles aient atteint un développement technologique leur permettant les voyages interstellaires,
    • etc. etc…
  • Ce lien fait que le phénomène dépasse le simple cadre de la science et a des implications fortes sur l’ensemble de la société, des religions, des sécurités nationales, etc., des domaines qui n’entrent ni dans les compétences ni dans les prérogatives des scientifiques.

  • Une grande partie de la recherche en astronomie est axée sur la recherche des planètes extra-solaires, l’exobiologie, etc.
    Si les OVNI existent et sont dirigés par des extraterrestes qui nous rendent visite, « quid des recherches actuelles » ?

    Devant l’énorme difficulté qu’éprouvent les scientifiques pour financer leurs recherches, ils préfèrent rejeter le phénomène et continuer « sereinement » leur petit bonhomme de chemin.

  • Enfin ce n’est pas un sujet à la mode et même si en privé beaucoup de scientifiques s’interessent au phénomène et suivent son actualité, très peu parmi eux osent aborder le sujet en public. Car, comme l’ensemble des phénomènes paranormaux, le sujet ne fait pas sérieux, on a peur du ridicule.

    Il faut dire qu’il y a tout un aspect folklore, mythe qui s’est greffé sur les OVNI et de nombreux canulars médiatiquement tapageurs ont régulièrement discrédité l’ensemble du phénomène. De ce fait, les scientifiques ont peur de se brûler les ailes et d’anéantir brutalement l’ensemble de leur carrière et donc leur gagne-pain.


Pour renverser cette regrettable tendance, en attendant que l’ufologie ne devienne une science à part entière, il faudrait que les ufologues cessent leurs querelles intestines qui ne font qu’accentuer le côté ridicule des OVNI.
Ensuite il faut s’attacher à rassembler un ensemble consistant d’évidences incontestables pour démontrer la validité de l’étude des Phénomènes Aériens Non identifiés.
Cette tâche ne pourra s’effectuer qu’au sein d’organismes officiels au travers d’enquêtes rigoureuses qui ne pourront prêter le flanc à la critique des plus sceptiques, dans le respect des lois garantissant l’anonymat des témoins acceptant de déposer un rapport officiel.
Tant que le phénomène ne jouira pas d’une reconnaissance unanime, si cet anonymat n’est pas respecté, on se coupera d’une importante source d’information car un grand nombre de personnes refusent encore et toujours de témoigner par peur du ridicule et des éventuelles conséquences privées ou professionnelles qui pourraient en découler.

DOCUMENTAIRE PARANORMAL : LES HISTOIRES LES PLUS ETRANGES!

DOCUMENTAIRE 2017 Fantome Esprit Maison hantée paranormal youtube Etrange phénomènes paranormaux histoire vraie paranormal 2017 paranormal video paranormal film paranormal youtubeur paranormal ovni Extraterrestre zone 51 ovni 2017 ovni france 2017 ovni youtube ovnis preuves ovni nasa ovni japon inexpliqué revue mystères inexpliqués de l’histoire inexpliqué paranormal phénomène inexpliqué 2017 faits inexpliqués paranormal chose inexpliqué sur terre révélatons Patrouille Arte HD Spécial Investigation 2017 enquete exclusive 2017 enquete exclusive choc enquete enquete d’action enquete d’action 2017 zone interdite 2017 enquête exclusive enquête exclusive 2017 reportage hd reportage 2017 enquete d’actualité documentaire enquête d’action enquête capital m6 2017 enquete reportage 2017 enquete exclusive enquetes exclusives 2017 enquete criminelle enquete 2017 enquete exclusive 2017 enquete exclusive 2018 90 minutes enquete 2017 90 minutes enquete enquete d’action 2017 reportage 2017 enquete exclusive enquete exclusive 2017 90 minutes enquete 2017 reportage choc enquete d’action enquete d’actualité enquête exclusive enquête exclusive 2017 documentaire 2017 enquête d’action 2017 reportage police 2017 enquête d’action enquete reportage enquete exclusive 2017 enquete exclusive 2018 enquete exclusive reportage 2017 enquête exclusive 2017 90 minutes enquete 2017 enquete exclusive 2017 enquête exclusive tellement vrai 2017 reportage enquete enquete d’action 2017 enquete d’action reportage 2017 enquete exclusive documentaire 2017 enquete exclusive maroc enquetes exclusives 2017 90 minutes enquete enquete exclusive 2018 documentaire choc documentaire reportage enquete exclusive 2017 reportage enquete exclusive enquete d’actualité criminel Guerre daesh

Les orbes

Orbes

Les orbes sont à l’origine d’une croyance populaire célèbre qui dit que les orbes sont des « esprits » au même titre que les fantômes.

 

Ayant surtout émergé dans les années 90 avec la popularisation des caméras digitales, cette croyance court encore aujourd’hui à tel point que des sites internet tentent de référencer les dates et lieux où de telles photographies ont été prises.

Le défunt s’invite au bâptême

Fantome1

Le fantôme de son mari est apparu en pleine cérémonie.

Une quinquagénaire britannique affirme que son défunt mari a assisté au baptême de sa petite fille. Celle-ci dévoile une photo sur laquelle le fantôme aurait été aperçu.

Heather Sewell, une grand-mère de 50 ans, a fait ces étranges confidences à la presse britannique. Selon elle, Terry, son époux qui s’était suicidé 17 ans plus tôt, était présent au baptême de sa petite-fille Mia Bella-Kennett.

Après avoir visionné les photos de la cérémonie prises par son fils Jamie, un DJ de 29 ans, et aperçu une étrange forme sur le devant de l’autel, Heather est certaine qu’il s’agit du fantôme de son défunt mari.

Un couple croise un homme terrifiant aux abords d’une forêt

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est kkk-1.png.

Le mardi 24 juillet 2018, à la nuit tombée, un jeune couple a fait une rencontre surnaturel. Alors qu’ils roulaient sur une route peu éclairé, ils ont croisé un homme autant effrayant qu’étrange. Ce soir-là, Corentin et Amandine arrivaient dans la forêt de Mormal, dans le nord de la France. Ils racontent : « On adore aller voir le gibier. En plus, il fait chaud, c’était l’occasion de se rafraîchir. » Après avoir emprunté la route de Landrecies, ils ont aperçu une forme étrange. Corentin explique : L’inconnu s’est alors placé en plein milieu de la route obligeant le conducteur à ralentir. Ce dernier a fait des appels de phare. L’homme a fini par se ranger sur le côté. Alors qu’ils passaient juste devant lui, il les a fixé du regard : « Il avait vraiment un regard méchant, on aurait dit qu’il était possédé. Quand on l’a doublé, il s’est arrêté et nous a regardés jusqu’à ce qu’on ne le voit plus. » Plus loin, ils ont croisé un cycliste et ont prévenu celui-ci de la présence de cet homme terrifiant…

Découverte de la sépulture d’un VAMPIRE !

13164 ngsversion 1421960648786 adapt 1900 1

 

PHOTOGRAPHIE DE NATIONAL GEOGRAPHIC CHANNEL

Source : https://www.nationalgeographic.fr

 

Le crâne du « vampire de Venise », retrouvé en 2009 dans une tombe de pestiférés à Venise, avait lui-aussi une pierre placée dans sa mâchoire.

La tombe a été mise au jour par des archéologues de l’Université de l’Arizona dans un cimetière surnommé « La Necropoli dei Bambini », le cimetière des enfants. Le défunt, dont le squelette a été retrouvé avec une pierre dans la bouche, était à un enfant de 10 ans.

UN RITUEL CONTRE LE PALUDISME

Le « Cimetière des enfants » a été construit au 5e siècle dans la région de Lugnano in Tevernia, alors ravagée par une épidémie de paludisme. Découvert en 1987, il fait depuis l’objet de fouilles archéologiques. Pour David Soren, chercheur à l’Université d’Arizona et responsable des travaux, cette découverte est « sinistre et étrange » : si le sexe de l’enfant n’a pas pu être déterminé, il est, du haut de ses 10 ans, le plus vieux squelette jamais retrouvé dans ce cimetière (les restes habituellement retrouvés étant ceux de nourrissons). Le mort présentait des abcès aux dents, symptôme du paludisme.

 

Selon les archéologues, la pierre placée dans sa bouche au moment de l’enterrement a été un moyen pour les habitants « d’enfermer le mal » et d’empêcher que l’enfant ne revienne à la vie pour propager le paludisme. Des analyses ont été réalisées sur 50 autres squelettes de ce cimetière et ont montré que tous étaient décédés du paludisme. Aucun n’a cependant été enterré de cette façon. L’exploration du site pourrait permettre de mieux comprendre l’épidémie qui a décimé la région il y a 1 500 ans. « Les morts ne s’enterrent pas eux-mêmes. La façon dont les gens traitent les morts nous en dit beaucoup sur leurs croyances et leurs espoirs » a indiqué Jordan Wilson, chercheur sur le site, à nos confrères du Washington Post. « Effrayés par toutes ces morts qu’ils ne pouvaient expliquer, les habitants de la cité ont peut-être eu recours à la sorcellerie » poursuit David Soren.

Omposite buried body

UNE PRATIQUE COURANTE

Ce n’est pas la première fois que de tels rituels sont observés. Dans l’Antiquité, les pratiques superstitieuses étaient monnaie courante dans les campagnes italiennes pour écarter la maladie et Lugnano n’est pas le premier site à présenter des « sépultures vampires ». En 2007, des fouilles entreprises dans un cimetière de pestiférés du 16e siècle, dans la lagune de Venise, avaient livré les vestiges d’une femme âgée d’une soixantaine d’années, avec une brique dans la bouche. Elle est aujourd’hui célèbre sous le nom de « vampire de Venise ». 

 

En Angleterre également, à Stanwick, une sépulture datant de l’époque romaine avait été dégagée en 1991 et révélé la présence d’une pierre plate dans la bouche d’un mort.

Les animaux faisaient également partie des rituels superstitieux en Italie. En 1996, David Soren pointait dans un rapport qu’aux côtés des restes de nombreux enfants retrouvés dans le cimetière de Lugnano se trouvaient des dépouilles de chiots de moins de 6 mois, à qui il manquait soit la tête, soit les crocs. L’archéologue explique que les chiots occupaient une place importante dans le folklore romain et que les rituels les concernant étaient nombreux. De la même manière, après des études dans une villa romaine antique, les équipes de l’Université d’Arizona et de Stanford en Californie étaient tombées sur des tranchées dans lesquelles se mêlaient tout un bestiaire et des restes de nourrissons : des serres de corbeaux, des os de crapauds et des chaudrons remplis de cendres et de chiots sacrifiés.

Les archéologues retourneront à Lugnano à l’été 2019 pour achever l’étude du « cimetière des enfants ».

Autostoppeuses fantômes, apparitions routières…

 

Il est recensé en France 297 apparitions régulières de ces spectres exclusivement féminins, qui hantent certaines de nos routes. De nombreux témoignages s’accumulent au sein de nos commissariats faisant face à un phénomène certes pas nouveau.
 

L’histoire étrange, mais bien réelle se répète encore et encore, à l’infini : Voici le « portrait-robot » le plus répandu de nos âmes voyageuses : il s’agit donc d’autostoppeuses silencieuses, le plus souvent vêtues de blanc (ce qui leur vaut leur appellation légitime et familière). Elles sont accostées aux abords d’une ville par les automobilistes-témoins : ces « Dames Blanches » comme on les nomme couramment, formulent clairement leur destination, puis se murent dans un silence inquiétant avant, au détour d’un virage dangereux, de se volatiliser du véhicule samaritain, laissant un témoin plutôt éberlué qui se rappellera durant longtemps de ce mystérieux passage.

 

Témoignage d’une errance…

 

Certains, comme le cas de Michel P., auront toujours en mémoire le souvenir de cette rencontre énigmatique qui fait souvent froid dans le dos ! C’est en 1979 que Michel fait route vers Limoges un soir d’hiver et qu’il distingue en plein virage une forme blanche près d’une discothèque : Abordant une jeune femme d’environ une vingtaine d’années, notre témoin très naturellement lui demande où souhaite-t-elle aller à une heure si tardive : « A Limoges, chez des amis si ça ne vous ennuie pas, ne vous en faites pas je me débrouillerai là-bas… »

 

Jusqu’ici, rien de bien invraisemblable pour Michel P. La jeune auto-stoppeuse prend donc place à l’avant tout naturellement. L’automobiliste témoignera du profond mutisme de la jeune fille qui semble tout droit sortir d’un film des années sixties, de par la robe qu’elle porte… La route se poursuit ainsi tranquillement jusqu’à l’approche d’un autre virage, au Pont de la révolution : c’est à ce moment précis que notre jeune passagère semble effrayée soudain, lançant plaintivement à Michel de négocier prudemment ce fameux virage, ce qu’il fait bien évidemment… Soudain, un cri déchire la nuit, faisant sursauter l’automobiliste qui en tournant la tête vers son étrange passagère, s’aperçoit que celle-ci s’est en quelque sorte « dissoute dans l’atmosphère » !

 

C’est en stoppant tout net son véhicule et animé d’un sentiment de stupeur et de terreur que Michel P. constate en descendant que, décidément, il ne reste que le brouillard d’une glaciale nuit hivernale : il est tout seul…

 

Pas un seul témoin ne pourra attester de sa bonne fois. Mais Michel ne se désarme pas, il compte bien témoigner de son étrange et sinistre aventure. Arrivé à Limoges il fait sa déposition à la gendarmerie où on lui confirme qu’il n’est pas le seul à avoir fait la rencontre nocturne d’une auto-stoppeuse fantôme !

 

Plusieurs cas ont en effet été déjà signalés de nombreuses fois au fameux Pont de la révolution, qui fut témoin de la mort d’une jeune femme, accidentée en voiture 20 ans plus tôt… Michel P. ressent sans doute à ce moment-là un profond soulagement : ainsi, d’autres automobilistes ont vécu comme lui cet étrange épisode fantomatique, ce qui ne l’empêche pas d’être bouleversé, on le comprend, par cette rencontre fort singulière.

 

Quelles sont les motivations des entités routières ?

 

Des hypothèses ne manquent pas de jaillir au coeur des esprits : quel rôle semble être rejoué incessamment par ces fameuses « Dames Blanches » ? Est-ce un rôle protecteur et bienveillant afin d’anticiper et éviter les accidents de la route ? Où bien incarnent-elles des âmes vengeresses errant sur terre pour au contraire entraîner dans la mort de pauvres automobilistes serviables n’ayant apparemment rien à voir avec leur destin funeste ?

 

Tous les témoins semblent se rejoindre pour confirmer l’attitude au demeurant sympathique de ces jeunes âmes errantes sur les routes de France. Avouons qu’il est plutôt difficile de contredire tous ces témoignages plus solides les uns que les autres !

 

Les psychologues réagissent aux faits en avançant la thèse des visions épileptiques, ou même d’hallucinations collectives quand les témoins sont nombreux. En ce cas, comment expliquer d’éventuelles « preuves matérielles » constatées en certains cas ?

 

Quant aux sociologues, il serait tout juste question de légendes urbaines pour attester du phénomène au sein de nos ères contemporaines. Mais qui dit « légendes » révèle un mythe de source populaire intégré aux traditions : ce qui fait de lui en l’occurrence, une croyance non constatée par le biais d’un témoignage où tout paraît concorder ! Ce qui réfute alors cette dernière hypothèse, décidément moins fondée, surtout au regard des nombreux témoins du phénomène…

 

Un scénario récurrent

 

Toujours ou presque le scénario similaire : une jeune femme accidentée quelques années auparavant se plante au beau milieu d’un virage qui a fait sa perte, ou bien près d’un carrefour non moins dangereux, pousse un cri puis disparaît de leur siège passager.

 

Certaines de ces âmes en détresse s’agitent et semblent incontrôlables quand le lieu funeste apparaît : c’est ainsi le cas d’une auto-stoppeuse fantôme régulière du Calvados, décédée au croisement près de la forêt de Cerisy.

 

Cette âme en peine semble très persuasive et se manifeste toujours par temps pluvieux ce qui rappelle immanquablement un décor de film d’horreur !

 

Plusieurs habitants du village confirment de cette apparition insistante. Il s’agit apparemment d’une jeune fille de moins de 20 ans, qui éternellement rejoue la scène de son propre drame depuis 1960 ! Celle-ci compte bien se faire « entendre » afin que la signalisation soit respectée, puis comme les autres elle disparaît sa mission accomplie…

 

On pourrait ainsi se dire que les mystérieuses « Dames Blanches » sont bénéfiques en cas d’automobilistes imprudents : leur seule apparition serait sans doute un électrochoc pour bon nombre d’insouciants de la route.

 

Preuves matérielles et tactiles

 

D’autres cas d’apparitions encore plus troublants, cette fois marquées par la disparition d’objets. Il s’agit ici d’une matérialisation de dame blanche prise en stop dans le département de l’Isère, par un médecin grenoblois :

 

C’est donc en 1977, par une pluie battante que notre témoin pris en charge une jeune femme vêtue de blanc et peu volubile apparaissant régulièrement sur la N90 à Chapareillan. La jeune apparition désirait aller tout simplement chez ses parents. Arrivée à la hauteur du Pont aux furets, elle démontra des signes d’agitation non dissimulés s’estompant passé le danger, ce qui veut dire que notre « heureux » témoin eut le privilège, si l’on peut dire, d’une apparition plus longue. Un peu plus loin, nos compagnons de route arrivent alors devant une maison que l’inconnue déclare être celle de ses parents. Comme la pluie se fait plus battante, notre charmant médecin prête son parapluie toujours sans savoir ce qu’il va se produire. La jeune femme prend l’objet puit s’éloigne sous les yeux de l’automobiliste, entre bien dans la maison en question pour ne jamais plus en ressortir. Croyant à un oubli de sa part, notre témoin rejoint la fameuse demeure pensant ainsi récupérer son bien. Mais ce n’est pas une jeune femme qui lui ouvrit tardivement cette nuit-là :

 

Stupéfait, notre homme découvre qu’il s’agit d’un couple de quinquagénaires ayant perdu leur fille unique dans un accident de moto, devinez où… au Pont du furet, bien entendu ! Effectivement les pauvres gens dont on imagine l’émotion, confirment dès la description du médecin qu’il s’agit bien de leur fille disparue…

 

Certains témoins automobilistes pris d’ardeurs soudaines pour leur « apparition  » déclarent que le contact avec la peau de l’inconnue semblait incroyablement glacial, mais bien palpable malgré le manque réactif de la passagère fantôme qui n’oublie jamais sa mission préventive (ou vengeresse ?).

 

En effet, ces êtres spectraux semblent se matérialiser tout comme nous autres humains. D’apparence humaine, ils sont dotés de parole, mais non loquaces pour autant, vêtus le plus fréquemment de blanc bien qu’il existe également certaines apparitions dotées de ce qui semble être du cuir (pour les accidentées de moto surtout ).

 

Le mystère reste hélas entier bien que les témoignages sont légion sur une bonne partie de la France.

 

Source

 

Diablus

En Colère, Une Femme Coupe Le Pénis D’un Homme Pour Ne L’avoir Pas Regardé Dans Les Yeux Pendant L’acte Sexuel !

En colere une femme coupe le penis dun homme pour ne lavoir pas regarde dans les yeux pendant lacte sexuel

 

Source : http://delatartiflette.info

 

Une femme de Scootsdale en Arizona a été arrêtée après avoir coupé dans un accès de fureur, le pénis de son partenaire. Shania Jones, 34 ans, a expliqué qu’elle est devenue folle lorsque l’homme, Bruce  Fox, a refusé de la regarder dans les yeux pendant les rapports sexuels. Fox est actuellement en soins intensifs à l’hôpital Scottsdale, où il espère s’en remettre.

L’attaque a eu lieu dans la maison de Fox jeudi dernier. D’après lui, ils étaient tous les deux en train d’avoir des relations sexuelles quand soudain, Jones se leva, saisit un couteau de cuisine et coupa le bout de son pénis. Ensuite, elle s’est enfuit laissant l’homme seul couché sur le lit et saignant abondamment. Les urgences ont été appelées sur les lieux, et heureusement pour Fox, ils sont parvenus à endiguer le flux de sang avant qu’il ne perde connaissance.

En colere une femme coupe le penis dun homme pour ne lavoir pas regarde dans les yeux pendant lacte sexuel 1

 

Le lieutenant Mike Alvarez a déclaré aux journalistes :

« Une femme a été arrêtée à son domicile le 1er Septembre 2016, après avoir été accusée par un homme d’avoir coupé une partie de ses organes génitaux lors des rapports sexuels. Après l’interrogatoire, la femme a admis son crime, affirmant qu’elle a perdu son sang-froid après que l’homme ait refusé de la regarder dans les yeux. Elle a été accusée d’agression avec une arme mortelle et une caution de 15 000 dollars a été fixée. »

Jones comparaîtra devant le tribunal le jeudi où elle devrait plaider coupable. Elle en a pour jusqu’à 8 ans de prison.

Michigan : le visage de Jésus apparaît sur un pierogi

Dans le Nord des Etats-Unis, le visage de Jésus-Christ est apparu sur un toast brûlé. Il s’agissait plus précisément d’un pierogi, un plat typique d’origine polonaise.
Plusieurs membres d’une église du Michigan, l’Eglise de Saint André Bessette située à Ecorse (dans le comté de Wayne), ont avoué avoir été « choqués » après que le visage poilu de Jésus ait été découvert dans un snack local. Depuis ce « Saint pierogi » est conservé congelé jusqu’à ce que les responsable de l’église ne décide de sa signification et donc de son sort.
Robert Heller, président du Festival de l’Eglise de Saint André Bressette, raconte :
« J’étais dans un restaurant de tacos, et ils sont venus vers moi et m’ont dit : ‘Jésus aime la cuisine polonaise plus que la nourriture mexicaine’, et j’ai demandé pourquoi. Je l’ai regardé et j’ai vu le visage de Notre Seigneur. »
Il poursuit :
« J’étais choqué. Je l’ai regardé, et vous pouvez certainement voir le visage de Jésus. »
En regardant ce petit toast, il est difficile de dire s’il s’agit effectivement du visage de Jésus. En effet, comme l’a fait remarquer le site Internet « Metro.co.uk », cette forme pourrait tout aussi bien ressembler à Charles Manson …
Source
http://metro.co.uk/2015/04/15/jesus-gets-bored-of-toast-appears-in-a-polish-dumpling-5151237/