Des clients d’un pub terrorisés par les fantômes qui y habitent

 

Des fantômes malveillants terrorisent les clients dans un pub vieux de 300 ans situé au bord d’un Loch en Écosse, selon le personnel de l’établissement.

Des témoins ont vu des portes qui s’ouvrent d’elles-mêmes, des objets en mouvement, des orbes. D’autres ont entendu des rires sinistres, ou ont subi d’étranges blessures. Ces événements inexpliqués se produisent essentiellement à la nuit tombée et ont terrifié celles et ceux qui ont eu le courage de séjourner au Drover’s Inn, à la pointe nord du Loch Lomond.

Les témoignages de ceux qui sont restés ou ont travaillé dans cet établissement qui se trouve au 18th Century Inn, et qui est l’un des plus anciens pubs d’Écosse, font partis de la légende locale.

Les marchands de bétail des Highlands ont longtemps utilisé ces locaux pour transporter leur bétail le long du loch jusqu’aux marchés des basses terres.

La plupart des décors et des meubles sont restés les mêmes et, si l’on en croit les contes, ses anciens habitants ne sont jamais vraiment partis. En effet, les clients se trouvant à l’intérieur ont affirmé être régulièrement dérangés et même « pincés » par des présences invisibles à la nuit tombée.

Les sons émis par ces fantômes sont si forts que les clients ont eu l’impression qu’il s’agissait de relations sexuelles.

« C’est un endroit effrayant la nuit », déclare Yvonne McStravick, 38 ans, responsable des réseaux sociaux sur ce lieu.

« J’ai dormi dans la chambre hantée et je n’ai pas dormi, mais une nuit, mon mari et moi étions dans la chambre équipée d’un jacuzzi. »

« Bizarrement, j’ai vraiment bien dormi, mais le matin, je me suis réveillée et j’étais couverte d’ecchymoses, mais l’histoire la plus drôle doit être celle d’un client qui s’est plaint d’avoir entendu des clients dans une pièce d’à côté avoir des relations intimes pendant plusieurs heures. »

Ces bruits étaient si forts que le couple n’a pas pu dormir, explique Yvonne.

« Ils ont même suggéré qu’il y avait plus de deux personnes dans la pièce », se souvient-elle. « La réception était très confuse quand ils ont vérifié le registre de l’établissement. En effet, il n’y avait pas d’autres clients dans cette partie de l’immeuble. Nous pensons donc que ce sont les fantômes qui devaient s’aimer. »

Christopher Higgins s’est rendu au Drover’s en 2016 avec son père et est convaincu que l’endroit est « plein d’activités paranormales », en particulier la chambre six où des événements étranges sont monnaie courante.

Il a déclaré : « L’une des filles résidait dans la chambre six. Je suis allée dans mes appartements, j’ai pris mon gros appareil photo et j’ai photographié quelques photos des orbes qui circulaient dans les airs. »

« Elle nous a demandé de nous montrer ‘ce que vous avez pris’ et juste à côté de moi, j’ai vu un enfant rire et je sais qu’il n’y avait aucun enfant dans le bar ce soir-là. »

« J’ai dit d’accord … nous avons un fantôme ici. Dès que j’ai ouvert la porte, je me suis figée et je ne pouvais plus bouger car il faisait terriblement froid. »

Colette Davies Hoskisson a elle-aussi résidé dans la chambre six il y a 20 ans et elle est convaincue qu’elle est hantée par un poltergeist.

Elle a déclaré : « Je suis restée dans cette chambre un peu avant sa rénovation et nous avons entendu des bruits toute la nuit. Notre porte a continué à s’ouvrir toute seule, même après avoir verrouillé le loquet. »

Collette a dit avoir également entendu cogner, alors « on a frappé sur le mur pour lui demander de s’arrêter, mais il n’y avait personne. »

Elle a ajouté : « C’est ça qui me fait paniquer, je peux le dire et je ne panique pas si facilement. Il s’agit toujours de la même chambre. J’y suis retournée des tonnes de fois pour dîner, mais pas pour y passer la nuit. »

Une autre fois, une femme a raconté que son partenaire s’était réveillé et qu’il se tenait debout au milieu de la nuit. Il lui reprochait d’avoir déplacé ‘de la monnaie sur sa table de nuit’.

Elle se rappelle : « Je lui ai dit que j’étais resté allongée ‘à côté de toi’ … notre chien était assis, regardant fixement la table de nuit … c’était une expérience étrange. »

Un autre client est convaincu que la chambre six est hantée par un enfant fantôme.

Elle a déclaré : « Pendant la nuit, tout le côté droit [de la pièce] est devenu vraiment très froid. »

« Nous avons lu qu’une petite fille s’était apparemment noyée dans le loch et qu’elle avait été amenée dans la chambre 6. Quand les clients éprouvent parfois un même sentiment de froid, c’est la fille qui se couche en votre compagnie. »

Le gérant actuel du bar, Ally Campbell, 21 ans, a déclaré qu’il entend souvent des bruits et des coups à la fin de la nuit lorsque tous les autres se sont couchés.

Il est convaincu que l’esprit est celui du vieux George, un habitué du Drovers, dont les cendres se trouvaient sur l’étagère du bar, avant d’être récemment été volées.

À plusieurs reprises, il l’a senti « présent à ses côtés » dans le bar, a-t-il déclaré. Une fois, des objets sont tombés mystérieusement sur le sol à la réception.

Il est convaincu que c’est le fantôme de George qui garde un œil sur son pub préféré.

Le Drover’s Inn est largement considéré comme l’un des hôtels les plus hantés du Royaume-Uni, et si l’on en croit ces récits sinistres, il mérite ce titre.

Source
https://www.dailystar.co.uk/news/weird-news/drinkers-terrorised-sex-mad-ghosts-20750466

Le fantôme d’une enfant filmé dans un pub

 

Le gérant d’un pub est convaincu que le terrifiant fantôme d’un enfant a été filmé par l’une de ses caméras de vidéosurveillance.

La vidéo, qui a été prise le mercredi 23 octobre 2019, nous montre une employée du Lamb and Lion, un pub situé à York, débarrasser les tables après le service du petit-déjeuner.

Soudain, une silhouette étrange apparaît dans le coin de la pièce. Ce fantôme semble se déplacer à travers la porte avant de disparaître.

Le directeur adjoint Lee Smith, âgé de 32 ans, a déclaré qu’il était revenu en état de choc après avoir remarqué la silhouette fantomatique alors qu’il vérifiait les images de la vidéosurveillance.

Les clients ont précédemment signalé des activités paranormales dans l’établissement. Certains ont notamment entendu un enfant en train de pleurer dans la pièce du dessus.

Lee soutient que les images ne sont pas montées et pense que même les plus fervents sceptiques pourraient être convaincus après les avoir visionnées.

Il a dit : « Molly [la femme visible sur les images] ne s’est rendu compte de rien, alors je l’ai appelée et elle est venue regarder les images. Elle était aussi surprise que moi. »

« Elle a dit qu’elle pensait que j’étais dans la pièce avec elle puisqu’elle sentait quelqu’un derrière elle. Je ne crois pas aux fantômes, mais cette vidéo est assez convaincante. »

« Beaucoup de gens disent que ce n’est que de la lumière qui jaillit à travers la fenêtre et quelqu’un a dit que c’était peut-être des toiles d’araignée, mais il n’y en a pas. »

« Cela ressemble à une petite fille vêtue d’une robe. C’était très étrange, surtout en cette périodede Halloween. Quelques autres collègues ont rapporté avoir observé des fantômes par le passé, alors peut-être que ce bâtiment est hanté. »

Le pub Lamb and Lion est composé de deux bâtiments classés au monument historique.

Deux des bâtiments étaient auparavant une maison et un magasin datant de 1840. Un autre était une maison construite en 1872, et était autrefois le Bootham Bar Hotel.

Le pub a posté la vidéo sur Facebook.

Sur Facebook, un internaute a commenté : « J’ai toujours pensé que cet endroit était hanté. »

« Quand je travaillais comme veilleur de nuit ici vers 2 h 30 ou 3 heures du matin, toutes les portes verrouillées s’ouvraient une à une. Cela arrivait une ou deux fois par nuit. »

Quelqu’un d’autre a écrit : « Cela m’intrigue toujours de voir comment les entités peuvent traverser des objets solides sans pour autant tomber à travers le plancher et être capables de se tenir sur un sol solide. »

Un troisième a suggéré : « On dirait que le pub devrait organiser un événement où les gens pourraient passer une nuit là-bas pour voir s’ils peuvent voir quelque chose. »

Voir la vidéo

Source
https://www.dailystar.co.uk/news/weird-news/ghost-little-girl-filmed-roaming-20757744,

Le fantôme de son défunt père apparaît sur son échographie

 

Une mère enceinte est convaincue que le fantôme de son défunt père a fait une apparition sur l’échographie.

Shantel Carrillo, qui habite à San Diego (en Californie), a déclaré que sur l’échographie de sa fille à naître, il était apparu le visage de son père Charles en train de bercer sa fille.

Elle a découvert que cette photo était étrangement semblable à une autre sur laquelle on peut voir son père décédé bercer sa propre fille aînée.

Carillo, qui a perdu son père en 2016, a comparé les deux clichés et ils sont très ressemblants. Elle n’a remarqué cette ressemblance frappante après qu’elle ait partagé la photo sur Facebook.

Elle a confié à CBS News 8 : « Les gens me disaient que c’était comme si quelqu’un embrassait mon bébé. »

« Les gens qui connaissaient mon père ont déclaré : ‘Ça ressemble à ton père, oh mon Dieu … ça ressemble à Chuck.’ J’ai commencé à le regarder, et j’ai trouvé une photo de mon père avec sa première fille et il faisait exactement la même chose. »

« C’est fou. »

Les sceptiques ont dit que la photo montrait probablement un simple reflet de la lumière, mais Carillo est ravie de cette photo et de la proximité apparente de son père avec sa petite-fille qu’il ne rencontrera, hélas, jamais.

Source
https://metro.co.uk/2019/11/25/pregnant-woman-convinced-can-see-ghost-late-dad-ultrasound-scan-11216845/

Le Mothman observé plusieurs fois à Chicago depuis 2017

 

En 2017, un Mothman, ou une créature semblable au Mothman, est apparue à Chicago, aux États-Unis. Depuis, elle paraît être constamment présente dans l’ensemble des États qui entourent le lac Michigan.

Les témoignages contemporains du Mothman ont lentement et régulièrement fait leur apparition. Il n’y a pas eu de pic d’observations. En octobre 2019 (il s’agirait du mois idéal pour apercevoir cette insaisissable créature), un grand humanoïde ailé a été observé à deux reprises à Rosemont, dans l’Illinois, dans la banlieue de Chicago.

La première observation s’est produite le 5 octobre 2019, près de l’aéroport international O’Hare de Chicago. Le témoin anonyme a rapporté son récit des événements à Lon Strickler, membre de Phantoms and Monsters. Le témoin avait initialement contacté le MUFON, mais il avait refusé de donner suite à l’enquêteur de cette organisation. En effet, il était inquiet que son anonymat ne soit pas respecté. Le témoin travaille probablement en tant que chauffer Uber ou pour une entreprise similaire. Il était stationné devant l’aéroport O’Hare lorsqu’il a vu la créature. Il a raconté :

« La rencontre a été très brève, mais j’ai réussi à bien regarder la créature. J’étais garé près d’un lampadaire. Cela me permet de me garer un peu mieux sur le bas-côté. Je cherchais des câbles de charge menant à la banquette arrière de la voiture, que mes passagers pouvaient utiliser lorsqu’ils sont dans la voiture. J’avais les vitres côté passager baissées pour reposer mon climatiseur. C’est alors que j’ai vu un mouvement. J’ai levé les yeux et j’ai vu la créature émerger des arbres. Elle était grande et mesurait environ six à sept pieds de haut. Elle avait un aspect humain, mais était presque entièrement noir. [Il] n’y avait pas de vraies caractéristiques sur cette chose. Elle semblait être juste de couleur noir et d’aspect solide. Ellea tourné la tête, a regardé et a balayé du regards les alentours.C‘est là que j’ai vuses yeux rouges brillants. Le reste de son corps était mince. Je me souviens avoir remarqué qu’elle ressemblait à une personne maigre et qu’elle était en quelque sorte replié sur elle-même, car ses bras étaient au niveau de ses genoux. Ses ailes étaient à peu près aussi larges [que] grandes, soit six à sept pieds de large. Celles-ci ressemblaient à des ailes de chauve-souris. Quand elle marchait, ellesemblait étrangement se dandiner, pas tellement comme un pingouin, mais comme le genre de foulée qu’un gros oiseau (comme un émeu) pourrait avoir. »

Le témoin a continué à dire qu’il y avait d’autres chauffeurs dans le coin. De ce fait, quelqu’un d’autre aurait pu l’avoir également vu. Le témoin a dit que la créature s’était envolée vers le sud et avait laissé, derrière elle, une forte odeur d’ammoniac.

Le deuxième rapport a gracieusement été publié par Manuel Navarette de l’organisation « UFO Clearinghouse ». Il avait reçu le témoignage d’un homme qui avait vu la créature alors qu’il assistait à un mariage à l’hôtel Edward de Rosemont, dans l’Illinois, le 19 octobre 2019. Cet hôtel est à environ trois miles au nord de l’aéroport O’Hare. L’homme dit qu’il était sorti pour aller fumer une cigarette. Il avait traversé le parking quand il a entendu un cri qui ressemblait à la voix d’une femme. Il a allumé la lampe de son téléphone et a commencé à regarder autour de lui. Puis, à cet instant, la créature, a-t-il indiqué, a volé directement au-dessus de sa tête. Il a raconté :

« Cette chose mesurait au moins six pieds de haut et était noire et solide avec de grandes ailes. On aurait dit une chauve-souris de taille gigantesque volant au-dessus de moi. Elle était toute noire et elle est passée devant les lumières du parking et les lumières des alentours, y compris celles de la station-service de l’autre côté de la rue. Trois autres personnes l’ont vu également, dont un couple qui traversait le parking alors que je les entendais s’exclamer à ce sujet. Elle s’est envolé vers l’autoroute et la station-service BP. Pendant tout ce temps, elle hurlait fort et battait des ailes comme si elle essayait de prendre de la hauteur. Quand je l’ai perdu de vue, elle était à peu près à la hauteur du panneau d’affichage dans la rue. Elle continuait à hurler encore alors qu’elle s’éloignait. Maintenant, je sais que j’avais bu pendant le mariage et que j’étais un peu sous l’effet de l’alcool quand je suis sortie. Toutefois, j’étais aussi sobre qu’un chameau après avoir vu cette chose. Ce n’était pas naturel et c’était à peu près la chose la plus effrayante que j’ai jamais vue, mais je sais pertinemment que je l’ai vue et que d’autres personnes l’ont vue. »

Le témoin dit qu’il n’a pas remarqué les yeux rouges ou d’autres caractéristiques distinctives. Il souligne également que pendant qu’il buvait, il n’a pas été affecté d’aucune façon.

Le deuxième témoignage semble indiquer qu’il pourrait s’agir d’une fausse identification d’un grand oiseau ou de quelque chose d’autre de ce genre, mais dans le contexte du premier rapport et des nombreuses observations du Mothman survenues dans cette région depuis 2017, cela devient un peu plus intéressant. À ce stade, qu’il soit réel ou non, le Mothman a suffisamment pénétré dans l’inconscient collectif pour que nous puissions nous intéresser à cette affaire pendant encore très longtemps.

Source
https://mysteriousuniverse.org/2019/11/multiple-reports-of-winged-humanoid-in-illinois/

Un sosie de Michael Jackson relance les théories sur sa mort

 

Les fans de Michael Jackson sont convaincus que le roi de la pop est toujours en vie après la diffusion d’une surprenante vidéo sur Twitter.

L’imitateur de Jacko, Sergio Cortes, faisait la promotion d’un prochain concert à Pattaya, la capitale thaïlandaise du sexe, le 23 décembre 2019.

Le musicien espagnol possède une ressemblance incroyable avec MJ, arborant les mêmes mèches noires et traits du visage.

Sergio a déclaré : « Bonjour à tous les fans de Michael Jackson, venez me voir jouer à Hollywood Pattaya le 23 décembre. »

« Je vous aime les gars et j’aimerais vous voir là-bas. Je suis Sergio Cortes, à bientôt. »

Le court extrait a été visionné des milliers de fois et a provoqué une énorme réaction sur Internet.

Sur Twitter, un internaute a déclaré : « Je pensais en fait que c’était MJ. »

Un autre a demandé : « Michael Jackson est en vie de nouveau ? »

Un troisième a ajouté : « Michael Jackson est vivant ? Mais sous une autre identité ? »

La vidéo a même attiré l’attention de la légende du hip-hop Ludacris, qui a écrit : « C’est un imposteur de Michael Jackson qui nous provient de Thaïlande. »

Cortes s’est rendu célèbre il y a deux ans après qu’une image de lui soit apparue sur Twitter.

Les partisans de la théorie selon laquelle MJ est toujours vivant pensent qu’il pourrait véritablement s’agir du légendaire chanteur Américain.

En 2016, cette théorie avait connu un regain d’intérêt après que la fille de Roi de la Pop, Paris Jackson ait publié un selfie sur Instagram.

À première vue, c’était une photo banale de l’intérieur de sa voiture. Seulement, certains ont rapidement affirmé avoir aperçu une silhouette sombre sur le siège arrière qui ressemblait à Michael.

Sur YouTube, le théoricien beLIEve a publié la photo sur sa chaîne, avant de la modifier pour « éclaircir » l’arrière-plan. C’est là que le visage de MJ est apparu.

Jackson a été retrouvé mort dans un hôtel particulier de Los Angeles en 2009, à l’âge de 50 ans.

Il a eu une crise cardiaque après une surdose de propofol administrée par son médecin Conrad Murray, qui a ensuite passé deux ans en prison pour homicide involontaire.

Source
https://www.dailystar.co.uk/news/weird-news/michael-jackson-alive-conspiracy-erupts-20761113

Un poltergeist hante un pub londonien

 

Les employés d’un pub de Londres sont effrayés depuis que des événements fantomatiques ont été filmés à l’intérieur des lieux.

MEATmission, une filiale de la chaîne alimentaire populaire MEATliquor, basée à Hackney, a été inondée de rumeurs de « hantises » depuis son ouverture.

Une séquence prise par une caméra de vidéosurveillance a terrifié celles et ceux qui y travaillent.

Sur ces images, on peut voir Jess, le directeur général, assis à une table devant son ordinateur portable le 21 octobre 2019.

Personne d’autre ne semble se trouver dans la pièce mais soudainement, deux lumières se mettent à bouger au-dessus de sa tête.

Clairement épouvanté, Jess lève les yeux vers ce spectacle étrange avant que la vidéo ne prenne fin.

Une autre vidéo a été postée sur la page Facebook de MEATmission et est rapidement devenu virale.

Le directeur général a déclaré : « Je travaille ici depuis plus de quatre ans et il se passe toujours des choses étranges. »

« [Toutes les lumières] vacillent, les verres se brisent sans que personne ne les touche, les bouteilles de sauce tombent d’elles-mêmes et on y ressent parfois une sensation étrange. Avant, je mettais cela sur le compte de l’âge du bâtiment, mais maintenant, en voyant cela, je suis plutôt terrifié. »

L’équipe a commencé à fouiller dans l’histoire du bâtiment et a découvert qu’il s’agissait à l’origine d’une mission chrétienne qui a été bombardée pendant la Seconde Guerre mondiale.

Il a ensuite été reconstruit en 1952 avec des vitraux et un confessionnal.

Scott Collins – propriétaire de MEATmission – a également été témoin de ces événements effrayants.

Il a déclaré qu’il était sceptique face à ces histoires jusqu’à ce qu’il voit ces images.

« J’ai toujours pensé que c’était l’effet de drogues hallucinatoires », a-t-il déclaré.

« Après avoir vu les images de la vidéosurveillance, il se peut que je doive réduire ma consommation. »

« Tout cela est amusant, nous accueillons volontiers tous les chasseurs de fantômes. »

Voir la vidéo

Source
https://www.dailystar.co.uk/news/weird-news/worker-terrified-lights-move-inside-20758224,

Le mystère des oiseaux de la mort éthiopiens

 

Il y a plusieurs dizaines d’années, un explorateur africain aurait découvert des monstres menaçants buveurs de sangs connus sous le nom d’oiseaux de la mort. Ce témoignage est rare et surprenant et nous montre que, sur Terre, il existe de nombreuses créatures terrifiantes qui nous sont totalement méconnues.

Le cas plutôt effrayant et mystérieux de ce que l’on appelle désormais les « oiseaux de la mort » remonte au début des années 1930, quand un archéologue et anthropologue du nom de Byron Khun de Prorok se trouvait quelque part près de Nek’emte, dans la province de Welega de Ethiopie en expédition. Au cours de son excursion dans ce pays exotique et à l’époque peu exploré, Prorok s’est retrouvé en train de traverser une région connue sous le nom de Walaga, et c’est là qu’il aurait entendu parler pour la première fois de la mystérieuse « grotte du diable », supposée se trouver à proximité d’un endroit appelé Lekempt, où il séjournait. Selon les habitants du coin qui lui ont transmis cette information, les profondeurs de la grotte étaient parcourues par des esprits démoniaques, qui se présentaient sous la forme d’hommes hyènes, ainsi que de troupeaux de bêtes ailées assoiffées de sang, connus sous le nom de « oiseaux de la mort ». C’était un endroit que peu de gens osaient parcourir. En outre, ils étaient encore moins nombreux à s’en sortir vivants. Bien sûr, cela était suffisamment convaincant pour que Prorok soit obligé de le voir par lui-même.

Il a eu du mal à trouver quelqu’un qui était disposé à le guider vers la célèbre grotte, car la plupart des habitants étaient trop terrifiés pour s’approcher de celle-ci, mais il a finalement été capable de corrompre un guide suffisamment courageux ou avide pour l’emmener là-bas, dans le désert menant à cette grotte. Apparemment, Prorok espérait trouver d’anciennes peintures rupestres, mais on ne pouvait nier qu’il était également intrigué par les récits d’esprits et de monstres volants et sanguinaires. Ils s’approchèrent d’une falaise rocheuse où, en haut, il se trouvait cette grotte. Il ressentait un peu d’appréhension. Alors que Prorok s’apprêtait à gravir la pente en direction de l’endroit où son guide pointait du doigt, ce dernier refusa d’aller plus loin.

Prorok, qui ne se laissait pas déconcerter, monta seul sur cet escarpement rocheux et morne, armé d’un fusil et se préparant au pire. Il se trouva bientôt à l’entrée de la grotte, bloquée par plusieurs rochers peut-être placés par des habitants voulant sceller le mal qu’ils croyaient habiter là. Il fut capable de les pousser sur le côté avec beaucoup d’effort et de pénétrer dans les confins obscurs. Mais sa progression fut bientôt interrompu par la vue de plusieurs hyènes se faufilant dans l’obscurité. Plutôt que de s’attaquer à Prorok, il semblait que les animaux étaient terrifiés par quelque chose qui était caché dans l’obscurité et souhaitaient simplement s’échapper, mais l’explorateur surpris a néanmoins tiré sur les animaux alors qu’ils couraient. Quand il revint à la lumière du jour pour regarder les hyènes paniquées partir, il remarqua que quelques éleveurs de chèvres locaux s’étaient rassemblés autour de la base de la falaise par curiosité, et Prorok descendit pour voir ce qu’ils voulaient.

Selon son récit de voyage publié en 1933 sous le titre de Dead Men Do Tell Tales, les éleveurs de chèvres étaient émaciés et ressemblaient presque à des zombies. Ils n’avaient que la peau sur les os. Ils expliquaient que les oiseaux de la mort étaient bien réels et avaient tué et rendu malade de nombreuses personnes ainsi que leurs troupeaux à la nuit tombée. Les deux éleveurs de chèvres prièrent Prorok de ne pas poursuivre ses projets d’entrer dans la grotte, mais l’explorateur était déterminé de continuer sa mission et se dirigea vers l’entrée sombre de la grotte. En pénétrant une fois de plus dans les entrailles humides de la grotte, il entendit des milliers de battements d’ailes et vit des créatures exceptionnellement grandes, ressemblant à des chauves-souris, avec une envergure de 18 pouces, qui commencèrent à s’agglomérer autour de lui. Cette scène était suffisamment troublante pour que Prorok décide de sortir le plus promptement possible de là.

L’explorateur redescendit la falaise à l’endroit où les éleveurs de chèvres étaient toujours rassemblés et sembla surpris qu’il s’en soit sorti vivant. Ils lui dirent que ce qu’il avait vu là-dedans avait été l’ignoble oiseau de la mort. Selon eux, ces créatures sortaient de la grotte la nuit pour se nourrir de leur bétail et aspirer tout leur sang. Elles s’attaquaient même aux êtres humains. En effet, ils ont dit que c’était à cause des morsures de ces créatures qu’ils avaient perdu leur santé et leur vitalité. Les habitants lui montrèrent la myriade de blessures par piqûre sur leurs bras squelettiques pour le prouver. Les éleveurs de chèvres ont ensuite emmené le curieux Prorok dans leur village, où il a vu que beaucoup d’habitants et même les anciens étaient tous aussi malades et squelettiques. Beaucoup d’entre eux avaient des chiffons de sangs enveloppés sur leurs plaies, et ils lui montrèrent également des carcasses de chèvres qui avaient été vidés de leur sang par les terribles oiseaux de la mort. C’était tout ce que faisaient les oiseaux de la mort, disaient-ils, et c’était bien la raison pour laquelle ils avaient bloqué la grotte avec des rochers.

Après cela, on ignore ce qui s’est passé en ce qui concerne les oiseaux de la mort, car c’est la seule mention qui en est faite dans les registres de Prorok et ils ne sont signalés nulle part ailleurs, ce qui nous laisse nous demander ce que ces animaux auraient pu être. Ce cas a été couvert par le livre du cryptozoologue Karl Shuker, intitulé The Beasts That Hide From Man. Il a avancé certaines hypothèses. Pour lui, il pouvait s’agir d’une créature buveuse de sang comme la chauve-souris vampire. Seulement, nous savons que les trois espèces connues de ces types de chauves-souris ne se trouvent qu’au Mexique, en Amérique centrale et en Amérique du Sud, ce qui signifie qu’il s’agirait d’une découverte tout à fait unique en Ethiopie. Shuker nous explique :

« En ce qui concerne l’oiseau mort éthiopien, tout cela signifie que toute chauve-souris qui se nourrit exclusivement ou même principalement de sang est une espèce très modifiée, rigoureusement adaptée à un tel mode de vie – plutôt qu’une simple espèce opportuniste locale qui a changé (par un ensemble de circonstances inhabituelles) son régime alimentaire normal pour mener une existence sanguinivore. En d’autres termes, si le récit de De Prorok est véridique, alors l’oiseau mort doit sûrement être une espèce nouvelle pour la science. Après tout, il n’y a actuellement aucune espèce connue de chauve-souris de l’Ancien Monde qui soit une buveuse de sang attestée. C’est donc clairement une réponse plausible au mystère de l’oiseau de la mort. »

Shuker avance également l’idée que les symptômes physiques des villageois, semblables à ceux des spectres, pourraient être dus à une maladie transmise par une chauve-souris, dans les fèces ou dans les poux ou les tiques des animaux. Il concède même que cette histoire pourrait tirer son origine des superstitions ou de mythes de l’Afrique. Il est également tout à fait possible qu’il s’agisse d’un récit exagéré raconté par Prorok pour pimenter les choses. Cela n’aurait certainement pas été la première fois qu’un explorateur racontait des récits spectaculaires. Shuker poursuit :

« Il est donc évident que le cas de l’oiseau de la mort et des bergers blessés est loin d’être aussi simple qu’elle semblait à première vue et peut impliquer plus d’une solution. Il convient également de noter que de Prorok était célèbre pour exagérerde manière flagrante ses récits et pour son imagination. Il n’est donc pas évident de voir si son témoignage concernant sa visite et ses expériences vécues dans la Grotte du diable peut être pris pour un fait. Un aspect évident de ce cas est toutefois la nécessité de prélever un spécimen d’oiseau mort et de l’étudier formellement. Ce n’est qu’alors que la résolution de cette énigme cryptozoologique mystifiante et macabre pourra être finalement réalisée. Cependant, étant donné le climat politique toujours incertain associé à l’Éthiopie à l’époque moderne, cette tâche est peu probable. Jusque-là, le secret de cette créature prétendument mortelle et non identifiée restera aussi sombre et impénétrable que la grotte sinistre d’où ses monstres ailés sortiraient chaque nuit pour exécuter leurs viles abominations sur les campements de bergers condamnés et sans défenses. »

Alors, que sont les oiseaux mortels décrits par Prorok ? S’agit-il d’une nouvelle sorte de chauve-souris vampire ou de quelque chose d’autre ? Était-ce seulement une superstition et une légende, ou quelque chose de surnaturel ? Personne ne le sait vraiment et il n’y a pas grand chose dans ce témoignage historique qui nous permet de le savoir. L’histoire des oiseaux de la mort d’Éthiopie reste une énigme et une curiosité historique cryptozoologique relativement peu connue.

Source
https://mysteriousuniverse.org/2019/11/the-mystery-of-the-ethiopian-death-birds/,

Deux structures extraterrestres trouvées sur une lune de Jupiter

 

Le 16 novembre 2019, l’ufologue Scott C. Waring a découvert deux structures extraterrestres sur l’une des lunes de Jupiter, en analysant des photos visibles sur le site Internet de la NASA.

Il explique :

« J’ai trouvé ces structures en regardant une photo de la NASA de la lune Io. Il s’agitd’une lune de Jupiter. Il y a deux structures principales qui sont visibles. L’une est une structure en forme de cuvette géante qui mesure plus de 50 km de diamètre ! L’autre est une grande structure construite dans le sol qui mesure plus de 100 km. Ce sont des méga structures et seule une ancienne espèce intelligente serait capable de construire de tels bâtiments. »

Source la photo

Source
https://www.etdatabase.com/2019/11/mega-structures-found-on-jupiter-moon.html?m=1

Ils ont créé des embryons hybrides mouton-humain !

Embryon

Une équipe de chercheurs annonce avoir créé des embryons hybrides mouton-humain qui pourraient un jour représenter l’avenir du don d’organes. Les résultats ont été présentés lors de la réunion annuelle de l’Association américaine pour l’avancement des sciences à Austin, au Texas.

En introduisant des cellules souches humaines dans des embryons de moutons, des scientifiques ont réussi il y a quelques jours à créer le premier organisme mouton-homme interspécifique. Ce dernier présente une créature hybride qui compte plus de 99 % de mouton, et 1 % d’humain. « La contribution des cellules humaines est très faible », note Hiro Nakauchi, biologiste spécialiste des cellules souches à l’Université de Stanford. Il a précisé en ce sens qu’environ une cellule sur 10 000 dans les embryons de mouton est humaine.

 

 

 

La recherche s’appuie ici sur des expériences antérieures menées par une partie de la même équipe qui développaient il y a quelque mois avec succès des cellules humaines dans des embryons de porc en phase précoce, créant ainsi des hybrides porc-humain que les chercheurs avaient décrits comme des « chimères interspécifiques » (entre espèces différentes). Ces expériences, qui divisent encore la communauté scientifique, pourraient un jour offrir une solution unique aux milliers de personnes qui patientent sur les listes d’attente pour des organes.

L’approche est ici différente de la xénotransplantation, dans laquelle un organe appartenant à une autre espèce est transplanté chez l’homme. Si elle se présente comme une alternative pour s’attaquer à la pénurie d’organes, les problèmes de rejets demeurent encore. « Même aujourd’hui, les organes les mieux adaptés, sauf s’ils proviennent de jumeaux identiques, ne durent pas très longtemps car le système immunitaire les attaque continuellement », explique le biologiste Pablo Ross, de l’Université de Californie à Davis (États-Unis). Ces organes produits dans les chimères interspécifiques pourraient être – à l’avenir – un moyen de produire suffisamment d’organes pour répondre à la demande de greffes, par exemple en transplantant un pancréas hybridé, d’un mouton ou d’un cochon, à un patient désespéré.

Pour que la greffe fonctionne, les chercheurs pensent qu’au moins 1 % des cellules de l’embryon devraient être humaines – ce qui signifie que ces premières étapes démontrées chez le mouton sont encore très préliminaires. Bien sûr, augmenter le ratio humain augmente inévitablement les scrupules éthiques sur le genre de créature obtenue, et ce dans le seul but de faire en sorte que ses organes essentiels soient récoltés. « Toutes ces approches sont controversées, et aucune d’entre elles n’est parfaite », note Pablo Ross, « mais elles offrent de l’espoir aux personnes qui meurent au quotidien »« Nous devons explorer toutes les alternatives possibles pour fournir des organes aux personnes malades. »

Ces quatre personnes se sont réveillées après leur “mort”

Morgue

Il arrive parfois que certaines personnes se “réveillent” après que leur mort ait été déclarée. Résultant souvent d’une négligence médicale, les cas sont rares mais il existent. Certaines histoires finissent bien, quand d’autres se terminent en tragédie. En voici quatre :

Gonzalo Montoya Jiménez, détenu dans une prison espagnole, avait été déclaré officiellement mort par trois docteurs différents. Le jeune homme de 29 ans s’est pourtant réveillé le 8 janvier dernier à l’Institut médico-légal d’Oviedo, juste avant son autopsie. Trois médecins avaient pourtant confirmé son décès, soulignant une absence de signes vitaux et constatant également des signes de cyanose – une décoloration violacée de la peau due à une mauvaise circulation ou un manque d’oxygène – en plus de la rigidité cadavérique du patient. Il pourrait finalement s’agir d’un cas de catalepsie, autrement dit un état physique transitoire caractérisé par une rigidité des muscles du visage, du tronc et des membres, qui restent figés dans leur attitude d’origine.

 

Notons également le cas de Walter Williams, originaire de Lexington (Mississippi) qui en 2014 s’était réveillé aux pompes funèbres après avoir été déclaré mort. Installé dans sa housse mortuaire, prêt à être embaumé, il avait alors essayé d’en sortir. Les médecins avaient estimé qu’un mélange de médicaments pourrait avoir provoqué l’absence de signes vitaux. L’homme âgé de 78 ans est finalement décédé deux semaines jour pour jour après sa funèbre mésaventure.

Mais ils ne sont pas les seuls. Sur la table d’autopsie, un homme de 45 ans nommé Prakash s’est soudainement mis à respirer devant le personnel de la morgue. Retrouvé inconscient en octobre 2015 par la police dans un arrêt de bus, le sans-abri avait été déclaré mort par l’un des médecins de l’hôpital de la ville indienne de Mumbai. Il avait ensuite directement été envoyé à la morgue, contrairement au protocole habituel qui impose de garder le corps du patient pendant au moins deux heures en salle de traumatologie. Lors d’une conférence de presse, l’un des médecins avait expliqué que des vers recouvraient pourtant son visage et ses oreilles, signe «d’un corps en décomposition laissé dehors depuis plusieurs jours». Tout avait également été vérifié : pouls, rythme cardiaque, respiration.

Enfin, évoquons la terrible histoire de cette petite fille de 3 ans déclarée cliniquement morte, qui en 2014 s’est réveillée lors de son service funéraire dans une église à Aurora, aux Philippines. Une séquence vidéo  nous montre les parents de la fillette l’enlevant de son cercueil en bois, alors que les personnes en deuil semblent être en état d’agitation. Selon The Philipinne Star, la fillette avait été victime d’une fièvre, et ses parents l’auraient alors transportée à l’hôpital. Quelques heures plus tard, la petite fille a ensuite été plongée dans un coma qui a camouflé ses signes vitaux. Elle fut ainsi déclarée morte. Malheureusement, la jeune fille se serait finalement éteinte – définitivement cette fois-ci – seulement quelques heures seulement après s’être “réveillée” à ses funérailles.

Un drone a découvert un peuple inconnu en Amazonie

Drone

Les autorités brésiliennes ont rapporté l’existence d’un peuple inconnu, dont des images inédites ont été capturées par un drone à la frontière entre le Pérou et le Brésil.

Une vidéo inédite tournée en 2017 (visible en fin d’article) a été récemment publiée par la Fondation nationale de l’Indien (Funai) créée en 1967, dont la mission est de protéger la vie, la terre et les droits fondamentaux des peuples autochtones du Brésil. Il faut savoir que ces peuples disparaissent progressivement sous la pression des industriels et à cause de la déforestation. Les images montrent quelques personnes semblant vivre au beau milieu de la végétation luxuriante.

La vidéo a été tournée dans la vallée du Javari, une zone très difficile d’accès située le sud-est de l’Amazonas, le plus grand État du Brésil qui se trouve dans le nord-ouest du pays. Dans cette zone, plusieurs expéditions ont été organisées par la Funai, qui a recueilli de nombreuses preuves de l’existence de peuples isolés, comme l’explique un communiqué  publié le 21 août 2018.

Pour se rendre sur le lieu de la découverte, les membres de la Funai – accompagnés d’une équipe de policiers – ont dû parcourir pas moins de 180 km de chemins en empruntant parfois le réseau fluvial, ainsi que 120 km de plus dans la jungle dense. Les membres de l’expédition ont par ailleurs reçu l’aide du peuple Kanamari, très familiers de la région et ont même rencontré des braconniers sur leur chemin dont ils ont pu libérer les animaux capturés.

De manière générale, la Funai a connaissance de 19 tribus isolées, dont 8 ont déjà été contactées. Pour les autres, les preuves attestant de leur existence sont incarnées par des découvertes d’objets (haches artisanales, canoës, huttes, etc.). La Funai a également indiqué l’existence de 107 signalements de présence de peuples isolés au Brésil. Toujours selon la fondation, il existe au Brésil 305 ethnies regroupant 800 000 indigènes parlant 274 langues différentes !

 

Sources : Sciences et Avenir – France Info

[Vidéo] Apocalypse : vivez la fin du monde en réalité virtuelle !

Cwcxdkdwgaawg b 750x424

 

Source : https://sciencepost.fr

 

La fin du monde vous fait fantasmer ? Il est désormais possible d’assister à la fin du monde en réalité virtuelle sur Oculus Rift et HTC Vive. Le slogan de ce jeu est sans équivoque : « tout le monde meurt », alors accrochez-vous !

DEFCON VR est un nouveau jeu disponible gratuitement sur la plateforme Steamdepuis le 15 février. Il s’agit tout simplement la version VR d’un jeu sorti sur PC en 2006 qui tient son nom du système d’alerte des forces américaines DEFCON dont le niveau va de 5 (synonyme de paix) à 1, niveau d’alerte maximal indiquant une guerre sur le territoire national.

Ce logiciel « jouant sur les aspects fascinants du jeu psychologique caractérise les guerres nucléaires stratégiques » affichait seulement des cartes sur lesquelles se déroulaient les actions. Avec DEFCON VR, le joueur est au cœur de l’action. Il est présent dans la salle de contrôle dans laquelle les décisions sont prises. Lugubres escaliers en métal, cartes stratégiques de la planète, globe holographique rotatif et écran de statistiques composent cette nouvelle version donnant à première vue une autre dimension au jeu.

 

Cependant, cette version VR comporte un énorme défaut : l’impossibilité de prendre des décisions comme dans la version classique du jeu. En effet, le joueur est seulement autorisé à être le spectateur inactif d’une apocalypse nucléaire, « piégé » dans cette salle de contrôle macabre. Au mieux, il est possible de manipuler divers objets comme des chaises et des écrans d’ordinateur que vous pourrez jeter contre les murs, mais rien de bien utile malheureusement !

Ainsi, cela réduit fortement l’intérêt de cette version, mais selon le site Motherboard, DEFCON VR « est sans doute la scène d’apocalypse la plus réaliste de toute l’histoire du jeu vidéo ».

10 signes que la mort approche

Deathbed

 

Source : https://www.santenatureinnovation.com

 

La mort, autrefois omniprésente, est aujourd’hui cachée. Plus de 80 % des décès ont lieu à l’hôpital. Elle est loin l’époque où l’on veillait les morts chez soi, où tous les proches, voire tous les habitants du quartier, étaient invités à venir lui rendre un dernier hommage et où l’on voyait régulièrement passer dans les rues la procession de personnes endeuillées suivant un corbillard.

La conséquence est que la plupart d’entre nous n’avons plus aucune familiarité avec la mort. Nous ne savons plus à quoi elle ressemble. Nous ne savons plus comment nous comporter.

Nul ne connaît le jour, ni l’heure de la mort, et c’est la raison pour laquelle mieux vaut se tenir prêt.

Alors voici les dix signes que la mort approche, et ce qu’il convient alors de faire.

Perte d’appétit

Lorsque la mort approche, les besoins énergétiques diminuent. La personne commence à résister ou refuser de manger et de boire, et n’accepte que de petites quantité de nourritures fades (bouillie de céréale par exemple). La viande, difficile à digérer, est refusée en premier. A l’approche de la mort, la personne peut devenir incapable d’avaler.

Comment réagir : ne pas nourrir de force, respecter les signes donnés par la personne, même si vous pouvez être bouleversé et inquiet de cette perte d’intérêt pour la nourriture. Proposer régulièrement des petits bout de sorbet ou de glace, ou une gorgée d’eau. Passez une serviette humidifiée et chaude autour de la bouche et appliquez un baume pour les lèvres pour qu’elles restent humides et ne fassent pas mal.

Fatigue et sommeil excessifs

La personne dort la plupart du jour et de la nuit tandis que sont métabolisme ralentit, et que la faible prise de nourriture et de boisson contribuent à la déshydratation. Il devient difficile de la réveiller. La fatigue et si forte que la personne n’arrive plus à suivre ce qui se passe directement autour d’elle.

Comment réagir : laissez la personne dormir. Evitez de la réveiller brutalement. Partez du principe que tout ce que vous dites peut être entendu, car l’ouïe continue à fonctionner, même lorsque la personne est inconsciente, et même dans le coma.

Affaiblissement

Le manque de nourriture et la fatigue affaiblissent la personne au point qu’elle peut devenir incapable de lever la tête, ou même d’aspirer dans une paille.

Comment réagir : concentrez-vous sur le confort de la personne.

Confusion mentale

Les organes commencent à ne plus fonctionner, y compris le cerveau. Peu de maladies provoquent une hyper-acuité (niveau élevé de conscience) lorsque la fin approche. En général, les mourants ne savent plus précisément où ils sont ni qui est dans la pièce, parlent et répondent moins souvent, s’adressent à des personnes que les autres ne voient pas, peuvent paraître dire des choses insensées, s’agiter et fouiller dans leurs draps.

Comment réagir : restez calme et rassurant. Parlez à la personne doucement et expliquez-lui qui vous êtes lorsque vous approchez.

Respiration laborieuse

La respiration devient irrégulière, difficile. Vous pouvez entendre une forme distinctive de respiration appelée respiration de Cheyne-Stokes (RCS) : une fo rte et profonde inhalation suivie d’une pause qui peut durer de cinq secondes à une minute complète, avant une forte reprise de la respiration puis de nouveau un épuisement. C’est ce qu’on appelle aussi « l’apnée du sommeil », qui est provoquée par des variations de pression artérielle et de concentration du sang en dioxyde de carbone.
Les poumons et la gorge peuvent aussi produire des sécrétions excessives qui créent de forts bruits d’inspirations et d’expirations qu’on appelle le « râle ».

Comment réagir : l’apnée et le râle peuvent être inquiétants pour les personnes présentes, mais le mourant n’est pas conscient de ces modifications de sa respiration. Encore une fois, concentrez-vous sur le confort de la personne. Les positions qui peuvent aider sont la tête légèrement relevée sur un oreiller, assoir la personne en la tenant bien avec des coussins et un dossier solide, ou la coucher légèrement inclinée sur le flanc. Humectez la bouche avec une serviette humide, éventuellement un brumisateur et mettez du baume sur les lèvres.
S’il y a beaucoup d’écoulements de la bouche et du nez, essuyez délicatement sans chercher à moucher la personne. Restez calmement auprès de la personne, tenez lui la main ou parlez lui doucement.

Signes mort 690x350

 

Isolement social

Au fur et à mesure que le corps s’arrête de fonctionner, la personne mourante perd de l’intérêt pour les personnes qui l’entourent. Elle peut arrêter de parler, marmonner de façon inintelligible, arrêter de répondre aux question, ou simplement tourner le dos.
Quelques jours avant de se couper de son environnement, la personne peut parfois surprendre ses proches par une dernière effusion de joie et d’affection, qui peut durer moins d’une heure et jusqu’à une journée entière.

Comment réagir : soyez conscient qu’il s’agit d’une partie normale du processus de mort, qui n’a rien à voir avec la relation que vous aviez avec la personne. Maintenez une présence physique en touchant la personne et en continuant à parler, si vous vous sentez de le faire, sans demander quoi que ce soit en retour. Profitez immédiatement d’un moment de lucidité s’il se produit, parce qu’il s’évanouira rapidement.

Ralentissement des mictions (urine)

Le faible volume de boisson et la baisse de la pression sanguine contribue à réduire l’activité des reins. L’urine devient très concentrée, brunâtre, rougeâtre ou couleur de thé. Il peut aussi y avoir une perte de contrôle des sphincters à l’approche de la mort.

Comment réagir : le personnel hospitalier peut parfois décider qu’un cathéter (une sonde) est nécessaire, sauf dans les dernières heures de la vie. L’arrêt de la fonction rénale augmente les toxines dans le sang et peut contribuer à provoquer un coma paisible avant la mort. Mettez une alaise sur le matelas en changeant les draps.

Pieds et chevilles qui enflent

Lorsque le fonctionnement des reins ralentit, les liquides peuvent s’accumuler dans le corps, en particulier dans les zones éloignées du cœur comme les pieds et les chevilles. Ces zones, ainsi que les mains et le visage, peuvent gonfler.

Comment réagir : en général, aucun traitement particulier (comme des diurétiques) n’est donné lorsque ces gonflements sont liés à l’agonie. Il s’agit d’une conséquence, et non d’une cause, de l’approche de la mort.

Extrémités froides

Dans les heures ou les minutes avant la mort, la circulation sanguine se retire de la périphérie du corps pour se concentrer sur les organes vitaux. Pendant que cela se produit, les mains, les doigts, les pieds et les orteils deviennent froids. Les ongles peuvent paraître pâles ou bleutés.

Comment réagir : une couverture chaude peut maintenir le confort de la personne, et la maintenir consciente. La personne peut se plaindre du poids de ce qui la couvre donc ne la serrez pas trop.

Veines marbrées

La peau qui avait été uniformément pâle ou cendrée développe un modèle distinctif de marbrures violacées/rouges bleue, qui est l’un des signes que la mort est imminente. C’est le résultat du ralentissement de la circulation sanguine. On voit d’abord ces marbrures apparaître sur la plante des pieds.

Comment réagir : il n’y a rien de particulier à faire.

 

NB : Les signes de la mort énumérés ci-dessus décrivent un processus de mort naturelle. Ils peuvent varier d’une personne à l’autre. Si une personne est maintenue en vie artificiellement (respirateur, tube d’alimentation), le processus de la mort peut être différent.

Connaître ces différents signes peut aider à traverser ce douloureux moment sans être plus désemparé encore qu’on ne l’est déjà.

[Vidéo] Une mère en deuil a visité la tombe de son fils, elle a reçu un signe qu’elle ne pouvait pas ignorer

B9dc6e78d944fbb28de43a492b2a53d2 500x1

 

Source : https://www.apost.com

 

Ce qui se passe quand on meurt est un mystère pour beaucoup de gens. Même si quelqu’un a des opinions religieuses, il ne peut pas être sûr de la vie après la mort. C’est l’un des plus grands mystères de l’existence humaine. Presque toutes les religions ont leurs propres idées sur ce qui se passe quand on meurt. Certaines religions sont extrêmement différentes, d’autres sont semblables entre elles.

Lorsqu’un proche meurt, surtout si cela se produit de façon inattendue, les gens se tourneront vers la religion pour justifier la mort. C’est ainsi que de nombreuses personnes font face à des décès inattendus. Les gens voient souvent des signes qui leur indiquent que leurs proches sont toujours avec eux.

Pour beaucoup de gens, ces signes sont impossibles à considérer comme une coïncidence. Les gens croient vraiment que leurs proches leur tendent la main depuis l’au-delà.

Marie Robinson, de Waterlooville, en Angleterre, en visitant la tombe de son fils décédé, a vu elle-même l’un de ces signes. C’était le 1er avril 2017 quand quelque chose d’incroyable est arrivé à Marie.

53599afda2424982a27eb62f151df0b0 500x1

 

Jack, l’enfant de Marie, est mort trois ans auparavant à cause d’une tumeur au cerveau. Jack n’avait que quatre ans lorsqu’il est décédé. Le décès d’un si jeune membre de la famille était une épreuve pour Marie et sa famille. C’était particulièrement dur pour le frère jumeau de Jack, Liam.

Le 1er avril 2017 était l’anniversaire de la mort de Jack. Marie a décidé que ce serait le bon moment pour visiter la tombe de Jack. Avant de sortir de sa voiture, Marie a demandé à son fils de lui montrer un signe.

C’est exactement ce qu’elle a reçu

B9dc6e78d944fbb28de43a492b2a53d2 500x1

Marie a été submergée d’émotions en s’approchant de la tombe. C’était difficile pour elle de croire que son fils était parti depuis si longtemps. C’est alors qu’un petit rouge-gorge s’est approché de Marie et s’est perché sur sa jambe. Selon Marie, le rouge-gorge a refusé de la laisser seule. Marie n’avait pas peur du rouge-gorge, cependant, et le rouge-gorge ne semblait pas perturbé par la présence de Marie.

Le rouge-gorge s’est même approché de son épaule et a grignoté Marie. C’était particulièrement émouvant pour Marie, car lorsque ses jumeaux étaient encore tout petits, elle les emmenait observer les rouge-gorge. Elle a pris l’approche du rouge-gorge comme un signe de son fils décédé. Ce n’est pas la première fois qu’elle rencontre un rouge-gorge depuis la mort de Jack.

Elle a aussi vu un rouge-gorge la regarder dans son propre jardin. Marie a filmé l’interaction avec le rouge-gorge sur son téléphone et l’a partagé sur les réseaux sociaux. Tu peux voir la vidéo ci-dessous.

Des morgues surchargées : un camion réfrigéré renfermant près de 300 cadavres a été découvert !


Source : https://www.lapresse.ca

Un camion réfrigéré avec près de 300 cadavres à bord, déménageant de quartier pauvre en quartier pauvre au fil des plaintes des habitants sur l’odeur et les mouches l’entourant… La criminalité au Mexique est telle que les morgues débordent.

Le procureur régional pour la ville de Guadalajara et le médecin légiste en chef, confrontés à l’accumulation de cadavres de victimes de meurtres – que la loi interdit d’incinérer – n’avaient trouvé que cette solution face à une morgue débordante.

Après la publication de vidéos montrant ce camion chargé de 273 corps, et l’indignation qui a suivi, ils ont tous deux été limogés par les autorités locales.

La morgue de Guadalajara, deuxième ville du Mexique, déborde en effet et, en attendant l’ouverture d’un site qui permettra d’enterrer 800 personnes, des corps de trop avaient été placés dans ce camion, qui a été garé sur un terrain vague d’un quartier pauvre de la ville.

Quand les habitants se sont plaints de l’odeur pestilentielle et des nombreuses mouches attirées par le camion, celui-ci a été déménagé vers un autre quartier pauvre, dont les habitants ont à leur tour protesté.

Le camion a alors été conduit vers des installations appartenant à la justice, dans le centre de la ville.

Mais entre-temps les médias ont publié des images du camion ouvert, avec ses piles de corps dans des sacs noirs.

Jeudi, les autorités ont annoncé la construction d’une nouvelle morgue d’une capacité de plus de 300 places. Ce nouveau site «aura une capacité d’accueil de plus de 300 corps afin que ne se renouvelle pas cette situation regrettable», a déclaré le gouverneur de l’État de Jalisco, Aristoteles Sandoval, lors d’une conférence de presse.

Les autorités ont également indiqué chercher de la place dans les cimetières de la ville pour enterrer les 273 corps du camion réfrigéré. Au fur et à mesure que des places seront disponibles dans les cimetières, «l’inhumation avec toutes les procédures adéquates» commencera, a assuré M. Sandoval.

Depuis que le gouvernement a déployé l’armée pour combattre les puissants cartels de la drogue en 2006, le Mexique a enregistré plus de 200 000 morts violentes, dont 28 700 l’an dernier, un record.

On retrouve régulièrement des fosses communes contenant des dizaines, parfois des centaines de corps, et plusieurs autres États ont également des problèmes de places dans les morgues.

Le Suaire de Turin : authentique ou canular ?

Le Suaire de Turin est un tissu de lin que certains croient avoir été utilisé pour recouvrir le corps de Jésus-Christ après sa mort. Les récits des disciples de Jésus enveloppant son corps d’un voile de lin sont mentionnés dans les quatre évangiles (Matthieu 27:59, Marc 15:46, Luc 23:53, Jean 19:40). Le linceul, mentionné la première fois hors évangiles en 1357, mesure environ 4m47 de long sur 1m13 de large. On l’appelle aussi le Linceul de Turin tout simplement parce qu’il réside en permanence dans la ville de Turin, en Italie, bien qu’il soit régulièrement exposé ailleurs.

 

Le linceul porte des marquages qui semblent être les traces d’un homme crucifié. Apparemment, le tissu a été replié sur le corps, une moitié au-dessus de l’homme, l’autre moitié au-dessous. Les blessures de l’homme correspondent aux blessures infligées à Jésus pendant la torture qu’il a endurée avant sa crucifixion, c’est pourquoi on l’associe à Jésus.

Sur ce tissu, il semble y avoir des blessures autour de la ligne des cheveux, correspondant à la description biblique de la couronne d’épines, plusieurs petites blessures en forme de lignes s’étendent des épaules jusqu’aux jambes inférieures, correspondant à la description de sa torture au fouet et aussi une blessure au niveau de la poitrine, qui correspond à la description de la blessure « perçante » infligée à Jésus peu après sa mort.

Que pensent les scientifiques et chercheurs du suaire de Turin ? Ça dépend à qui vous demandez, car en effet ce sujet est l’un des plus discutés et controversés autour des reliques du Christ.

Alors, certains experts considèrent le suaire de Turin comme étant authentique, tandis que d’autres le considèrent comme un canular assez sophistiqué. Quelques-uns ont même prétendu que le linceul n’était jamais destiné à être plus qu’une œuvre d’art. Cependant, cette explication semble peu probable en raison de la conception unique du linceul, un style qui n’avait jamais été observé dans aucune œuvre d’art majeure antérieure. Ce fait amène la plupart des experts à conclure que le linceul est soit authentique, soit délibérément conçu pour avoir l’air authentique.

La principale critique contre l’authenticité du linceul est basée sur des tests de datation au carbone. Les tests démontrent que le linceul n’a pas plus de 700 ans d’âge, donnant son origine au cours des années 1300, le rendant beaucoup trop jeune pour avoir été le vêtement funéraire de Jésus.

Malgré cela, d’autres chercheurs suggèrent que cette date pourrait être faussée parce que les fibres du linceul sont souillées par des bactéries et des champignons microscopiques, qui se sont développés pendant ces dernières centaines d’années. Ils pensent que la présence de ces microbes rajeunit le test du linceul d’au moins mille ans, et ce n’est peut-être pas totalement faux. Il y a cependant, un grand nombre de scientifiques qui considèrent que ces deux arguments sont sans objet à cause de ce qu’ils prétendent être un manque de fiabilité dans la méthode qu’est la datation au carbone.

Les sceptiques du linceul accusent également que les traits faciaux et corporels de l’homme ont des proportions assez étranges. Cependant, d’autres experts soutiennent que beaucoup de gens ont certaines caractéristiques physiques qui sont disproportionnées, ou que le tissu est en cause.

Il y a littéralement des dizaines d’arguments pour et contre l’authenticité du suaire de Turin. Ces affirmations contradictoires peuvent amener l’observateur occasionnel à conclure qu’il existe une impasse scientifique concernant le linceul, et cela semble être le cas.

Aussi et malheureusement, lorsqu’on lui présente des opinions opposées dans un débat sur le christianisme, l’observateur occasionnel (majoritairement non-croyant) a tendance à accepter le point de vue non-chrétien parce qu’il croit qu’il est moins influencé par la religion, et donc plus scientifique.

Cependant, il est souvent le cas que les érudits non-chrétiens cherchent à réfuter le point de vue chrétien aussi ardemment que les érudits chrétiens cherchent à le soutenir. Une boucle qui se boucle pas…

Le point de vue non-chrétien est donc souvent très biaisé. Un exemple parfait est la découverte récente d’une ancienne boîte d’os gravée du message suivant en araméen : Jacques, fils de Joseph, frère de Jésus. Lorsque la nouvelle de cette découverte a été rendue publique, certains chercheurs, cherchant à minimiser l’historicité de la foi chrétienne, ont déclaré que la boîte était un canular avant même de l’avoir vue et analysée.

Aujourd’hui, la réalité est que personne ne peut affirmer avec certitude si le suaire de Turin est authentique ou un canular. Le mieux que nous puissions faire, c’est d’analyser toute les informations et ensuite décider pour nous-mêmes.
 

Image

 

6 phénomènes paranormaux des plus incroyables!!

Para 1

 6. L’exorcisme d’Anneliese Michelle

Anneliese Michel est née le 21 septembre 1952 en Allemagne de l’Ouest dans une famille chrétienne très unie. Vers l’âge de seize ans, Anneliese a été diagnostiquée comme souffrant d’épilepsie. Son état s’est aggravé à partir de ce moment-là. En 1970, après sa troisième crise, on lui a prescrit une combinaison de médicaments, certains incluant des antipsychotiques parce qu’elle se plaignait de voir des visages démoniaques.

En 1972, elle explique entendre des voix qui lui disaient qu’elle était « damnée » et qu’elle allait « pourrir en enfer ». Son aversion pour les symboles religieux et les lieux autrefois réconfortants s’est transformée en révulsion et, à cette occasion, la famille a commencé à considérer qu’Anneliese était possédée. En 1975, sa famille obtint l’approbation pour un exorcisme, stoppa toutes les interventions médicales et s’appuya uniquement sur des exorcismes pour chasser les démons d’Anneliese.

Contrairement aux films basés sur cette affaire, il n’ y a pas de fin heureuse ici. Après près de 70 exorcismes, Anneliese mourra de malnutrition et de négligence.

En savoir plus avec l’article dédié : Le véritable exorcisme d’Anneliese Michel

5. Réincarnation de Satnam Singhs

Taranjit Singh est né dans le village d’Alluna Miana près de Payal à Ludhiana, en Inde. À l’âge de 2 ans, il déclare se souvenir de sa vie antérieure. Il explique que dans cette ancienne vie, il avait déjà (donc appris à) roulé à bicyclette pour rentrer de l’école avec un ami, alors qu’il avait été heurté par un scooter et qu’il était mort suite à des blessures à la tête le lendemain. Au fur et à mesure que l’enquête se poursuivait, bon nombre des allégations de Singh se sont avérées vraies.

4. Annabelle la Poupée

Alors sujet de nombreuses émissions télévisées, de quelques films et culte dans le monde paranormal, Annabelle est une poupée censée être possédée par un démon. Les faits semblent indiquer que c’est le cas dans la vraie vie.

On suppose que la poupée a été acheté en 1970 dans un magasin d’occasion comme un cadeau assez inoffensif. Elle a été donnée à une étudiante infirmière nommée Donna qui a découvert peu de temps après l’avoir eue, que la poupée se déplaçait de temps en temps toute seule. Plus troublant encore, s’il était laissé seul, il serait trouvé dans différentes parties de la maison.

Les pires événements ont commencé après que les gens aient commencé à douter qu’Annabelle puisse faire quoi que ce soit. La première victime présumée était un ami de Lou. après avoir exprimé son doute sur elle, Lou s’est réveillé d’un terrible cauchemar au sentiment qu’il s’étouffait. Réveillant ceci, Lou regarda vers le bas pour trouver Annabelle rampant sur sa jambe. Par la suite, Lou a été attaqué par une force invisible qui a laissé sept griffes distinctes sur sa poitrine.

3. L’homme lézard du marais de Scape Ore

Une vidéo fait mention de la première rencontre enregistrée avec un homme lézard du marais de Scape Ore, où la voiture de Christopher Davis aurait été attaquée par celui-ci. Mais l’histoire ne se résume pas à une seule rencontre. Pendant plusieurs mois après la rencontre de Davis, d’autres faits dans les marécages de Bishopville ont été trouvés avec des marques de griffes et de morsures. De plus et selon des traces trouvées ici et là, le FBI, classera les empreintes d’inclassables.

2. Le Chupacabra

Vous avez probablement entendu parler du Chupacabra : ce monstre d’Amérique latine qui a été vu pour la première fois en 1995 à Porto Rico. Au fil du temps, les observations se sont répandues à travers toute l’Amérique latine et dans le sud-ouest américain.

Mais, certaines des histoires du Chupacabra se sont déformées avec le temps. À l’origine, la créature était un monstre de type vampire suçant du sang, assez grand avec des pointes sur le dos et avec les yeux rouges et brillants. Au fil du temps (sûrement avec la science), l’apparence de la bête a muté et est devenue celle d’un chien sauvage ou d’un coyote atteint d’une maladie de la peau.

En savoir plus avec l’article dédié : Le Chupacabra
En réalité, il était plus probable que la poupée soit la marionnette d’un démon qui d’une poupée qui représente l’innocence.

En savoir plus avec l’article dédié : La vraie histoire d’Annabelle, du film “The Conjuring”

1. Le fantôme de Greeenbrier

Zona est née et a grandi dans le comté de Greenbrier, aux USA en 1896. Elle est tombée amoureuse de façon romantique avec un forgeron qui venait d’emménager dans la même ville : Edward Stribbling Trout Shue. Bien que Zona ait déjà eu un enfant hors mariage, ses deux enfants ne vivaient plus avec. Cependant, la mère de Zona avait des mauvais pressentiments à propos du mari de sa fille.

Tout semblait aller bien, jusqu’ à ce qu’un jour, quelques mois plus tard, un garçon de courses que Shue avait envoyé chez lui, découvrit Zona au bas de l’escalier, morte.

Dès lors, le comportement de Shue est devenu étrange. Il a méticuleusement gardé le corps, plus particulièrement en faisant en sorte que le corps soir « remis en place ». Un médecin est venu pour déterminer la mort de Zona, mais il n’a pas été en mesure d’inspecter complètement son corps. C’est pourquoi sa cause initiale de décès a été citée comme cause naturelle.

Quelque temps après, la mère de Zona, Mary Jane Heaster, déclare avoir reçu la visite du fantôme de sa fille. Le fantôme de Zona a raconté comment elle avait vraiment été tuée et qui l’avait fait. Mary a alors été alors convaincue que Shue, le mari de sa fille, était à blâmer. En utilisant le témoignage du fantôme de sa fille, elle a réussi à faire exhumer le corps de sa fille et procéder à une véritable autopsie. Cette fois, il a été révélé qu’elle avait bel et bien été assassinée. Shue a été arrêté en 1897, jugé et finalement reconnu coupable du meurtre de zona Heaster et condamné à la prison à vie. Sa punition sera cependant écourtée car il mourra en 1900 de l’une des épidémies qui se propagèrent dans la prison.

https://www.hellystar.com

Au Pérou, le mystère des huacas continue de déranger


Sous le plus grand parc animalier du Pérou, se cachait des huacas, des sites religieux péruviens découverts par des scientifiques. A l’intérieur ? Des cadavres de chiens sacrifiés avec des corps humains.

Corde au cou, le chien porte encore des poils. Pourtant, il est mort depuis 1000 ans. Des chercheurs péruviens ont découvert sous le principal parc zoologique du Pérou des huacas, de vastes constructions en adobe (torchis à base de terre argileuse) qui étaient sous l’ère préhispanique des sites religieux ou funéraires. A l’intérieur de ces 54 lieux de cultes : les dépouilles de dix chiens, deux cuys (espèce locale de cochon d’Inde) et un humain, découvertes dans ce parc surnommé «Parc des légendes» fondé en 1964.


Le chien faisait-il partie du rite funéraire ?
«Nous avons trouvé des chiens qui ont été pendus, avec la corde encore au cou. Certains ont des coupures, ils ont été égorgés. Clairement, ces animaux ont été sacrifiés et enterrés comme s’ils étaient en train de dormir», explique à l’AFP Lucenida Carrion Sotelo, responsable de la direction archéologique du parc animalier. Elle avance une hypothèse : «Pour les peuples Ychsma, sacrifier un chien faisait probablement partie du rite funéraire d’un guerrier».

Les premières analyses montrent que les chiens retrouvés appartiennent à la même espèce, avec un poids de 7 à 20 kilos. Le plus petit mesure 40 à 50 centimètres, son pelage est court avec une tache sur la poitrine. «Ces chiens, selon nos recherches, datent d’il y a 1000 ans. Mais les datations postérieures nous diront vraiment avec exactitude si cela correspond bien», souligne la chercheuse.

Fait étonnant: «tous ont leur pelage». Une découverte précieuse pour les chercheurs, qui permettra de déterminer les types de chiens qui vivaient à l’époque pré-inca et inca, leur provenance et le but dans lequel on les élevait.

Les chercheurs manquent de fonds pour continuer les fouilles
Jusqu’à présent, les scientifiques connaissaient le canis familiaris, ou chien péruvien sans pelage, apparu vers l’an 300 et représenté comme animal de compagnie par les Incas sur leurs céramiques. En 2001, le Pérou l’a déclaré Patrimoine de la Nation.

Dans l’une des huacas ont été déterrés en 2014 les restes d’un homme et d’une femme qui, âgée de 25 à 30 ans au moment de sa mort, portait 17 tatouages de poissons sur un bras. «Les archéologues ont réussi à reconstituer une grande partie des restes: il semble que ces personnes ont été une offrande à la construction de l’édifice» de la huaca, un centre administratif cérémonial, explique Lucenida Carrion Sotelo.

Les chercheurs du Parc des légendes manquent de fonds publics pour poursuivre leurs fouilles. Ils en appellent désormais aux contributions d’universités ou d’institutions étrangères pour percer un peu plus le mystère de ces huacas.

source : Paris match

5 photos paranormales expliquées par la sience

5 photos paranormales expliquees

Depuis longtemps, de nombreux clichés “paranormaux” fleurissent sur la toile. Cependant, après examen, beaucoup d’entre eux sont expliqués, du moins en partie…

N°5 : Les rods

Les rods, également appelés tiges volantes, sont d’étranges petites créatures volantes découvertes dans les années 1990, et qui ont longtemps semé la psychose. Aperçues, photographiées, et filmées dans le monde entier, ces créatures sont invisibles à l’œil nu. Si beaucoup pensaient avoir affaire à de petits êtres extraterrestres, il n’en n’est rien. En effet, certains affirment qu’en réduisant la vitesse de lecture des vidéos, et avec un œil attentif, ces bêtes se révèlent être rien de plus que de simples papillons de nuit.

Les Rods

N° 4 : Le monstre de Montauk

Fin juillet 2008, sur la plage de Ditch Plains, près de Montauk, à New York, une créature étrange au bec de dinosaure est retrouvée échouée par des promeneurs. Si la bête ne ressemble à première vue à rien de connu, son origine est longtemps restée une énigme pour un grand nombre de la population. Cependant, selon les déclarations d’un zoologiste, la bête serait rien de plus qu’un raton-laveur en phase de décomposition.

Le monstre de Montauk

N°3 : L’alien d’Irkoutsk

Réalisée par deux hommes à Irkoutsk en Russie, cette photo, tirée d’une vidéo, a longtemps déchaîné les passions, et pour cause; un extraterrestre aurait été filmé sans vie dans la neige. Si cette découverte aurait pu avoir un gout de révolution, malheureusement, l’histoire s’est avérée être trop belle pour être vraie. L’extraterrestre est en réalité un grossier canular, conçu grâce à une carcasse et de la peau de poulet.

L'alien d'Irkoutsk

N°2 : George Adamski et le Vénusien

En novembre 1952, Georges Adamski déclare avoir été contacté par un être extraterrestre venu de Vénus, prénommé Orthon. Pour appuyer son récit, l’homme affirme avoir photographié la soucoupe volante du Vénusien à l’aide d’un télescope. Cependant, comme dans de nombreux cas, le cliché s’est révélé être faux, et c’est en 2012, que Joël Carpenter a mis à jour cette supercherie. Georges Adamski se serait servi d’un abat-jour en porcelaine et de trois balles de ping-pong pour confectionner sa soucoupe volante.

George Adamski et le Vénusien

N°1 : Colin Evans

En 1937, Colin Evans, un médium du XXe siècle, est photographié lors d’une séance de lévitation. Si l’homme déclare avoir ce don si particulier, il n’en n’est rien. En effet, Evans aurait mis en place un système de déclenchement d’un appareil photo qu’il tenait dans sa main, lui permettant ainsi de sauter dans les airs, avant de déclencher l’appareil.

Colin Evans

Source : Itek

Près de Rouen, elle conserve son fils mort dans sa baignoire pendant six ans

Cela fait apparemment six ans que l’homme, dont le corps retrouvé vendredi après-midi par les sapeurs-pompiers à Mont-Saint-Aignan, était mort. C’est en tout cas ce qu’a indiqué une octogénaire, au domicile de laquelle il a été découvert. En précisant qu’il s’agissait de son fils.

Les sapeurs-pompiers intervenaient dans sa maison située avenue Gallieni sur demande du centre communal d’action sociale, qui n’avait plus de nouvelles depuis un moment de cette femme, âgée de 82 ans. Les pompiers ont pénétré dans la maison en cassant le carreau d’une fenêtre du premier étage vers 16 h. « Tous les volets étaient toujours clos, ils sont passés par la seule fenêtre où un volet était mal fermé » explique un voisin qui a vu l’intervention, mais ignorait qu’un corps avait été découvert.

En effectuant leur reconnaissance, ils ont trouvé un corps momifié dans la baignoire d’une salle de bain au premier étage. Au rez-de-chaussée, ils ont retrouvé la femme allongée par terre dans l’entrée. Elle souffrait de déshydratation.

ELLE VIVAIT SEULE ET ISOLÉE

Elle a été transférée au CHU. Entre temps, elle a expliqué que son fils était mort depuis six ans. À cette époque, il aurait eu 51 ans. Depuis cette date, elle s’en occupait encore en lui faisant un brin de toilette. La veuve aurait aussi indiqué qu’elle lui enfilait quelques vêtements. « On ne l’avait pas vu depuis des années. On pensait qu’il était parti continuer sa vie ailleurs. On se demandait s’il n’était pas autiste ou quelque chose », raconte une famille du voisinage. Avant, on les voyait tous les deux quand ils sortaient pour aller faire leurs courses. Lui marchait à quinze mètres derrière elle. Depuis on la voyait faire la même chose, mais seule ». « On voyait qu’elle n’avait plus toute sa tête, elle parlait à voix haute toute seule » poursuit la famille, étonnée par la nouvelle. « Elle ne sortait que pour ses courses, sinon elle vivait seule, elle n’ouvrait à personne. Les livreurs nous laissaient des paquets. On sonnait chez elle, elle ouvrait à peine la porte, prenait le paquet et refermait aussitôt ».

Une autopsie est prévue la semaine prochaine afin de tenter de déterminer les causes et la date de la mort.

Cette illusion d’optique permet de déterminer votre âge

Illusion op

Une illusion d’optique, connue de tous, permettrait selon des professeurs, de déterminer l’âge approximative d’une personne. Explications…

L’une des illusions d’optique les plus connues au monde est sans doute ce dessin séculaire. Sur cette image, selon différentes personnes, une jeune femme ou une vieille dame peut être observée.

Si l’illusion d’optique diverge d’une personne à l’autre, deux professeurs de psychologie de l’Université Flinders affirment que l’âge serait la cause.

Pour tirer leur conclusion, les deux hommes ont montré l’image à 393 participants âgés de 16 à 68 ans, et leur ont demandé ce qu’ils pouvaient voir. L’étude visait à déterminer si l’âge des participants affectaient ce qu’ils pouvaient voir.

Illusion d’optique, l’incidence de l’âge sur ce que nous voyons

 

Et de manière surprenante, les résultats indiquent que plus la personne est jeune, plus il y a de chance de voir une jeune femme dans l’image. Au contraire, plus l’observateur est âgé, plus la tendance à voir une vieille femme est grande.

Toutefois, il était possible que les participants observent les deux visages. L’étude s’est donc concentrée sur laquelle des deux interprétations chaque participant a vu dans la première demi-seconde.

Mike Nicholls, un professeur participant à l’étude déclare : « Ce que nous avons découvert, c’est que les jeunes avaient tendance à voir la jeune femme sur l’image; tandis que les personnes âgées avaient tendance à voir la vieille dame ».

Et vous, dites-nous en commentaire qui de la jeune femme ou de la vieille dame vous est apparue en premier. Dites-nous également si vous voyez les deux figures ou une seule.

Voyez-vous une jeune femme ou une vieille dame ?

Source : Lad Bible

Une mystérieuse silhouette scrute sa maison à travers la fenêtre

 

Une personne anonyme a partagé une extraordinaire histoire qui lui est arrivée. Habituellement, elle ne croit pas aux fantômes ni à quoi que ce soit d’autre. Cependant, cette nuit-là, les choses étaient clairement différentes pour elle.

Il faisait de plus en plus sombre et le temps était plutôt nuageux. Elle a expliqué que son chien n’était pas très loin ce soir-là. Le mari de cette femme travaillait tard le soir et effectuait son quart de travail.

Le couple vit dans une maison un peu éloignée. Il s’agit de la dernière habitation située sur une route de campagne à l’extérieur d’Altor, en Pennsylvanie. Elle se trouve à environ une heure de route de Philadelphie.

Elle s’apprêtait à se coucher pour la nuit après s’être préparée à aller au lit. C’était tard dans la soirée. Parfois, son chien (un golden retriever) restait dans la même pièce qu’elle.

Ce n’est que quelques minutes plus tard, après qu’elle se soit couchée, qu’elle a entendu un coup qui semblait venir de l’extérieur. Au début, elle pensait que ce bruit était plus léger qu’il n’y paraissait. En outre, il semblait qu’il allait bientôt pleuvoir. Elle trébucha et se dirigea finalement vers le salon. C’est là qu’elle remarqua quelque chose d’inexplicable.

Elle fut choquée de regarder et de voir ce qui ressemblait à une silhouette se tenant près d’une des fenêtres. Il semble qu’il y avait une femme qui scrutait l’intérieur de leur maison. C’était vraiment bizarre et elle se demandait alors si c’était quelqu’un qui avait besoin d’aide ou pire, quelqu’un qui voulait s’introduire chez elle par effraction.

Elle se souvenait que son mari possédait une arme de poing qu’il avait caché dans leur chambre. Hélas, elle ne parvenait pas à la retrouver. Cependant, elle attrapa un couteau de cuisine et s’approcha rapidement vers la fenêtre.

Elle jeta un coup d’œil par le judas de la porte d’entrée et ne vit rien. Lentement, elle ouvrit la porte et regarda un instant à l’extérieur. Son chien commença à aboyer, alors qu’elle tourna au coin de la maison où le mystérieux personnage était apparu.

Il n’y avait aucune trace de personne autour. Ils ne vivent pas très loin du désert. De ce fait, même un sprinter olympique ne pourrait pas aller aussi loin si vite pour disparaître de la sorte. Pour elle, il semblait que cette silhouette avait littéralement disparu, comme si elle s’était évaporée.

Tout cela n’avait vraiment pas de sens. Elle se demanda ensuite s’il s’agissait ou non d’une sorte de fantôme ou de quelque chose d’autre. C’était la seule chose explication possible.

Elle a mentionné que son chien avait couru un peu autour de la maison avant de revenir. Pour elle, il semblait que son chien avait remarqué quelque chose d’inhabituel cette nuit-là.

À sa connaissance, personne n’est jamais mort là où elle habite. Était-ce une sorte de hantise ? Ou quelque chose d’autre s’est-il présenté cette nuit-là ?

Terrifiée, elle était sans doute heureuse de voir son mari revenir plus tard dans la nuit.

Source
https://www.freaklore.com/there-was-something-outside-my-window,

Phénomènes paranormaux sur une autoroute en Angleterre

Voiture 1

En Angleterre, l’autoroute M6 déroute de nombreux automobilistes. Entre accidents mortels, et histoires de fantômes, cette portion de route a acquis le statut d’être hanté…

Située en Angleterre entre les kilomètres 16 à 19, cette portion de route de l’autoroute M6 a connu tant d’accidents et de récits paranormaux que certains l’ont appelé le Triangle des Bermudes de Cheshire.

En plus d’être une portion de route particulièrement dangereuse, ce tronçon est également le théâtre d’observations étranges de soldats romains, d’auto-stoppeurs fantômes et de mystérieux véhicules.

Autoroute M6, Mike Brooker à la recherches des fantômes

Mike Brooker, un médium Anglais, enquête depuis des années sur les histoires et phénomènes paranormaux de l’autoroute M6. Il déclare :

«J’enquête actuellement sur cette portion de l’autoroute. J’ai besoin que les gens me fournissent des preuves, des observations ou d’expériences étranges».

 

«Aujourd’hui, je me penche sur la théorie selon laquelle les Saxons sont liés à ces phénomènes paranormaux. Des rapports font état d’un ancien cimetière romain sous les voies, mais également d’un lieu d’affrontement historique entre les armées Écossaise et Anglaise ».

«Il y a tellement de possibilités et d’explications qu’il faut continuer à creuser ».

Alors que les autorités routières Anglaises ont pris des mesures drastiques pour empêcher de nouveaux accidents, Brooker reste catégorique; tous les problèmes ne sont pas seulement d’ordres naturels. Il conclut :

«À ce jour, aucune explication rationnelle n’a été fournie. Les accidents se produisent toujours et doivent cesser. Les explications naturelles telles que les explosions de pneus, les défaillances mécaniques, ou les conducteurs distraits ne peuvent pas tout expliquer. C’est certain qu’il se produit quelque chose d’Inexplicable sur cette autoroute M6 ».

Source : Cheshire Live

Hitler est-il devenu un dictateur sanguinaire à cause de l’hypnose ?

 

Adolf Hitler aurait développé un complexe de supériorité après avoir été médicalement traité par un hypnotiseur pour une commotion cérébral.

Alors qu’il était un vétéran de guerre à la dérive, Hitler est devenu un dictateur égocentrique qui croyait posséder le pouvoir divin après avoir reçu un traitement promulgué par deux hypnotiseurs.

Le Dr David Lewis, neuropsychologue et auteur, présente sa surprenante théorie dans son livre intitulé Triumph of the Will?.

Il affirme que le Dr Edmund Robert Forster, psychothérapeute, et le mystique Erik Jan Hanussen, ont tous deux faussé l’esprit d’Hitler et l’ont transformé en un dictateur diabolique qui commettrait un génocide.

On prétend que le futur Fuhrer a été transformé en monstre alors qu’il subissait un traitement pour une commotion cérébrale et une perte de vue à la fin de la Première Guerre mondiale.

Le Dr Lewis a déclaré au journal Daily Star Online : « Nous ne pouvons pas nier que le traitement initial promulgué par Forster et la ‘thérapie’ ultérieure de Hanussen ont créé un monstre. »

Hitler a été aveuglé par une attaque au gaz britannique au cours des derniers jours de la Première Guerre mondiale, en octobre 1918.

Hitler, 29 ans, avait été hospitalisé à Pasewalk, en Allemagne, où les médecins ont découvert que sa cécité était due à une dépression nerveuse.

Puis, pendant qu’il se remettait, il a subi une seconde cécité lorsqu’il a appris la défaite de l’Allemagne face aux Forces de l’Entente.

Le Dr Lewis affirme ensuite que Hitler a été traité par le Dr Forster pour hystérie.

Il a expliqué dans son livre que le Dr Forster a puisé dans le complexe de Dieu déjà florissant d’Hitler pour remédier à sa cécité – un traitement aux conséquences imprévues et terrifiantes.

Dans son livre, le Dr Lewis raconte que le Dr Forster a fait asseoir Hitler pour une séance d’hypnothérapie – un traitement considéré comme extrêmement peu orthodoxe.

Pour surmonter son aveuglement psychologique, son thérapeute a décidé de puiser dans son « désir d’être comme un Dieu ».

Le médecin a fait asseoir Hitler devant deux bougies et, en utilisant l’hypnose, il a réussi à faire croire à Hitler que son sens du devoir divin et du devoir envers l’Allemagne lui échappait.

On rapporte que le Dr Forster a écrit dans son journal cette nuit-là qu’il avait « joué avec le destin, joué à Dieu et restauré la vue et le sommeil d’un insomniaque aveugle ».

Le livre prétend cependant que ce traitement a implanté la suggestion hypnotique dans la tête de Hitler selon laquelle « chaque pas qu’il a franchi depuis lors était dicté par un pouvoir surnaturel ».

Hitler est finalement sorti de l’hôpital, mais on sait qu’il a été dégoûté par la capitulation de l’Allemagne face à la Grande-Bretagne, la France et les États-Unis.

L’homme qui avait rêvé d’être un artiste avant la guerre et qui vivait comme un vagabond, s’est engagé dans la politique.

Il a rejoint les groupes politiques qui ont été les précurseurs du nazisme et a été impliqué dans son premier coup d’État manqué à Munich en 1923.

En prison pour cela, il a écrit Mein Kampf. Après sa libération, il a été le fer de lance du mouvement nazi – capitalisant sur la dissidence dans l’Allemagne d’après-guerre.

Le Dr Lewis affirme ensuite qu’il a rencontré un deuxième hypnotiseur puissant – Erik Jan Hanussen.

Hanussen était connu comme un artiste et charlatan. Il s’était fait connaître comme hypnotiseur, mentaliste, astrologue, et un magnat des médias.

On pense qu’il a rencontré Hitler vers 1930 et l’hypnotiseur a contribué à nourrir l’illusion des nazis.

« Hanussen a utilisé l’hypnose pour renforcer encore la conviction déjà forte d’Hitler en son propre destin divin, en lui enseignant les techniques d’auto-hypnose afin qu’il puisse rapidement et facilement se mettre en transe », écrit le Dr Lewis.

« Il a flatté l’esprit superstitieux de Hitler en lui fournissant, à travers les pages de ses journaux et magazines, des prédictions astrologiques positives. »

Le publiciste est également connu pour avoir enseigné à Hitler le sens du spectacle et comment avoir du charisme, compétences qu’il avait utilisées pour créer le Troisième Reich.

Le Dr Lewis a déclaré : « Nous pouvons accepter l’idée que la perception d’Hitler d’une mission divine de changer son pays était une conséquence involontaire de l’hypnotisme visant à lui rendre la vue, mais nous ne pouvons pas non plus nier que le traitement initial par Forster et la ‘thérapie’ ultérieure de Hanussen ontcontribué à créer un monstre. »

« Beaucoup ne peuvent tout simplement pas comprendre comment un homme a pu se tenir devant des foules en se montrant aussi convaincants, en criant et agitant ses bras de manière presque robotique tout en incitant les autres à devenir des machines à tuer. »

« Maintenant, nous sommes convaincus qu’il s’agissait d’hypnotisme. »

Il a ajouté : « C’est une façon totalement différente d’aborder l’étrange personnage qu’était Hitler et de répondre aux questions sur la façon dont les nazis ont transformé de prétendus bons jeunes Allemands en assassins. »

« Lorsque vous examinez les choses sous l’angle de l’hypnotisme, comme le fait ce livre à travers de nombreux documents et éléments de preuve inédits, cela commence à avoir un sens. »

« Il est maintenant temps que nous entendions parler de cette histoire et des deux professionnels de la santé mentale responsables. »

Source
https://www.dailystar.co.uk/news/weird-news/adolf-hitlersent-mad-god-complex-20719176

Nicolas Fraisse, l’homme qui sort de son corps à volonté

Decorporation

Nicolas Fraisse, 34 ans, pratique la «décorporation» depuis son enfance. Il s’extrait de son corps avec sa conscience et y revient avec des informations très précises. Deux chercheurs genevois ont testé ses incroyables capacités.
 

Mike Horn arpente les étendues sauvages, Colomb a découvert l’Amérique, lui parcourt les confins de la conscience au même titre que ces deux explorateurs. Mais ce grand brun a beau avoir un physique taillé pour le mouvement, c’est en restant sur place qu’il découvre de nouveaux horizons. Tout comme Marc Auburn, Nicolas Fraisse est un habitué des OBE (out-of-body experiences), un phénomène de «décorporation» que l’on peut rapprocher des fameuses NDE, ces sorties du corps à l’approche de la mort.
 

Sortir de son corps est d’ailleurs devenu presque aussi naturel pour ce trentenaire que respirer ou dormir. «Je croyais que tout le monde avait cette capacité», sourit-il. Gosse, il allait vérifier le menu de la cantine pour ses copains ou décrivait à l’un d’entre eux son anniversaire auquel il n’avait pu participer, content encore de constater en rentrant de l’école que son père avait bien réparé le mur du jardin comme il l’avait vu durant son OBE.

 

«Autant de preuves que je n’étais pas sujet à des hallucinations», précise-t-il lors de notre rencontre à Genève. Aujourd’hui, ses proches en profitent un peu: contrôler à l’avance que le resto n’est pas bondé, retrouver un portable égaré… Lui-même en fait un usage très pratique dans sa profession d’infirmier: «Je n’ai pas besoin de me rendre dans les chambres des patients pour savoir si tout va bien!»
 

Voyage dans le cosmos
 

Vous l’avez peut-être vu chez Thierry Ardisson en compagnie de Sylvie Dethiollaz et de Claude Charles Fourrier, deux chercheurs genevois qui viennent de lui consacrer un livre*. Dix ans que cette docteur en biologie moléculaire et ce psychothérapeute se penchent sur ses extraordinaires capacités.
 

Même si, à l’Institut suisse des sciences noétiques (Issnoé), c’est leur quotidien de rencontrer des personnes dotées de dons hors du commun. Avec Nicolas, c’était encore différent: «Ce qui nous a tout de suite plu, c’est son côté très rationnel. Il se remet en question en permanence. Très peu de nos sujets ont autant de capacités et la faculté de bien les vivre! Sans oublier l’humour.»
 

Nicolas Fraisse peut réaliser des OBE, « out of body experience », « sortir de son corps » et se déplacer dans l’espace. Ici à l’institut suisse des sciences noétiques, à Genève, avec les chercheurs Sylvie Dethiollaz et Claude Charles Fourrier qui ont étudié ce phénomène.
 

Sa grand-mère avait des dons similaires mais, à la maison, le sujet était un peu tabou, raconte Nicolas. «Tout comme mon homosexualité.» Sa rencontre avec Sylvie et Claude Charles, devenus des amis, lui a permis de mieux comprendre et surtout d’utiliser ses pouvoirs.
 

Qui sont allés en grandissant, jusqu’à atteindre des décorporations qui semblent du domaine de la science-fiction. Comme cet épisode où Nicolas intègre le corps d’un inconnu, d’un animal ou d’un végétal, ses «sorties» dans le cosmos, sa rencontre avec une entité lumineuse qu’il se refuse à appeler Dieu: «Certains évoquent des guides, des anges, d’autres me disent que je suis un chaman, mais je ne veux pas me laisser contenir dans une interprétation, j’aurais l’impression de me limiter, de m’enfermer.»
 

Etre enfermé, c’est ce qu’il ressent lorsqu’il réintègre son corps perçu alors «comme une prison». Lorsqu’il se décorpore, il n’a d’ailleurs plus la sensation d’avoir un corps ni la moindre influence sur la matière, les scènes sont comme agrandies.

 

En 2012, lors d’un 36.9°, les journalistes de la RTS l’ont testé à son insu, lui demandant de se rendre dans une boulangerie repérée à l’avance où ils avaient placé un observateur. Nicolas a décrit le nombre de clients, divers détails allant jusqu’aux boucles d’oreilles de la vendeuse.Aujourd’hui, le Lyonnais se refuse à ce genre de démonstration pour les médias. «Je ne suis pas une bête de foire.» Et puis il faut que certaines conditions psychologiques soient réalisées pour que ça marche, notent ses deux mentors.Sylvie Dethiollaz et Claude Charles Fourrier peuvent en témoigner à travers les nombreux tests auxquels Nicolas a accepté de se soumettre, une fois par mois, pendant près de dix ans. Un exemple: dans une pièce fermée à clé sous contrôle d’huissier, une image est projetée. Nicolas devra se décorporer pour en prendre connaissance.
 

On lui présente ensuite une série de 20 images dans laquelle il doit reconnaître l’image de la pièce voisine. Mathématiquement, le candidat a 5% de chances de tomber juste par hasard. C’est un sans-faute pour Nicolas, qui possède également un don de médium. Testé sur cette dernière capacité, en 2013, toujours sous contrôle d’huissier, il récolte 79 bonnes réponses sur 100. «La probabilité que le hasard en soit à l’origine était de 1 sur 69 milliards de milliards de milliards», relève la chercheuse genevoise.Des résultats qui ont interpellé Jacques Neirynck, professeur honoraire à l’EPFL, présent lors d’un test. «Tout ce que je peux vous dire, nous confiera-t-il au téléphone, c’est qu’il s’agit pour moi d’un phénomène totalement inexplicable.»
 

OBE pour tous
 

«Tout l’édifice des neuro­sciences est bâti sur le dogme affirmant que la conscience est produite par le cerveau. Accepter de reconnaître qu’elle peut se délocaliser, c’est faire voler en éclats ce dogme et cela remet en cause toute notre conception de l’humain, de la vie, de la mort…» Sylvie Dethiollaz, qui a abandonné ses premières amours en biologie moléculaire pour les phénomènes d’états modifiés de conscience, reconnaît qu’il est bien difficile de s’affranchir de ce paradigme dominant: «Les physiciens ou les théoriciens de l’atome sont plus ouverts à nos démarches, ils ont souvent plus d’humilité et moins de certitudes.»

 

Nicolas Fraisse peut réaliser des OBE, « out of body experience », « sortir de son corps » et se déplacer dans l’espace. Ici à l’institut suisse des sciences noétiques, à Genève, avec les chercheurs Sylvie Dethiollaz et Claude Charles Fourrier qui ont étudié ce phénomène.
 

Nicolas est persuadé que nous sommes tous capables de faire des OBE. «Pour la plupart des gens, c’est le mental qui bloque!» assure-t-il. Un constat partagé par Louis Nahum, l’un des deux neuropsychologues qui ont pratiqué des électroencéphalogrammes sur lui. Démontrant que certaines parties de son cerveau étaient «déconnectées» durant une OBE. Le scientifique, qui a longtemps travaillé aux HUG, est persuadé que, d’ici à quelques années, l’indépendance de la conscience par rapport au cerveau sera scientifiquement démontrable. «La prochaine étape serait de pouvoir mesurer si sa conscience, lors d’une OBE, génère un éventuel champ magnétique.» A noter que Nicolas maigrit de 45 grammes durant ses balades hors de son corps. Le poids de la conscience, de l’âme? s’interrogent les chercheurs dans leur livre.
 

Bien sûr, ce don a bouleversé sa vision du monde. «Je ne peux plus traiter un malade de la même façon sachant que sa conscience est indépendante de son corps.» Lui, il quitte son corps dès qu’il s’ennuie dans une conversation. «Tout à coup il n’est plus là, note Claude Charles Fourrier. S’il fait une véritable OBE, il est comme une coquille vide en face de nous. Par contre, il est capable aussi de simple visualisation à distance, dans ce cas il peut continuer normalement ce qu’il fait.» La tête de sa collègue quand, pendant ses vacances, Nicolas l’appelle pour lui dire de poster la lettre urgente sur le bureau qu’elle a oublié d’envoyer! Un don à double tranchant. Surprendre son petit ami en plein adultère n’est pas l’expérience la plus enthousiasmante qui soit. Surtout quand on reste un spectateur invisible.
 

Nicolas nous l’assure la main sur le cœur: il s’impose un vrai code de conduite. «Je ne supporterais pas de faire aux autres ce que je n’aimerais pas qu’on me fasse.» Non, il ne se décorpore ni dans les douches ni dans les chambres à coucher de ses voisins.

 

Utilité militaire
 

Longtemps, Nicolas Fraisse a souhaité demeurer incognito. S’il accepte aujourd’hui cette soudaine notoriété, qui lui vaut des milliers d’abonnés sur Facebook, c’est pour endosser en quelque sorte le rôle de porte-parole de tous ceux qui possèdent des capacités paranormales mais n’ont peut-être pas la solidité psychique ni le modus operandi pour vivre avec. Sur le plateau de Salut les Terriens!, Laurent Baffie lui a demandé si des services secrets l’avaient déjà contacté. Utilisés à des fins militaires, il est vrai que ses pouvoirs lui assureraient un statut d’agent très, très spécial.
 

«Si j’étais approché par la DGSE, je n’irais pas le crier sur les toits. Mais je n’ai aucune envie de travailler pour une quelconque puissance.» Ni pour la police. Ne comptez pas sur lui pour résoudre les grandes énigmes du siècle.
 

Lorsqu’il prend ses distances… faites ceci !Pourquoi Prend-il Ses Distances?
 

Nicolas Fraisse peut quitter son corps mais garde malgré tout les pieds sur terre. Il n’a pas envie de finir comme un rat de laboratoire que les facultés de neurobiologie se disputeraient, même s’il espère que la science finira bientôt par admettre qu’il n’est pas à ranger dans la case «cerveau dérangé». On prend congé de lui en se demandant tout de même si ce joyeux luron ne va pas venir se pencher à notre insu sur notre épaule lorsque nous serons en train d’écrire cet article.

 

«Voyage aux confins de la conscience», Editions Guy Trédaniel.

www.issnoe.com

De mystérieux crop circles apparaissent à San José de Tapia

 

Des habitants de la communauté de San José de Tapia, à Veracruz (au Mexique) ont affirmé que des événements surnaturels s’étaient produits dans la région.

Plusieurs hectares de champs de canne à sucre situés dans le lieu-dit La Pochota ont été complètement écrasé par quelque chose de mystérieux. Selon les habitants, aucun être humain ne pourrait avoir fait cela. Certains sont persuadés que les OVNI sont les seuls coupables de ce désastre.

Ce fait est, jusqu’à présent, considéré comme quelque chose de très étrange. Les plants qui ont été étrangement pliés sont situés entre des routes de terre qui font communiquer la route nationale Córdoba-Naranjal et le lieu-dit La Pochota.

Les habitants ont rapporté que trois jours auparavant, dans la zone où les plants ont été retrouvés complètement endommagés, des lumières inexpliquées avaient été aperçues dans le ciel et visibles de près.

Les crop circles sont des dessins circulaires réalisés lorsque des plants sont inexplicablement pliés ou brûlés. La plupart du temps, ces phénomènes se produisent dans des champs de céréales, telles que le blé ou le maïs.

Les ufologues attribuent ces phénomènes paranormaux à l’intervention d’êtres extraterrestres, et liés à l’activité OVNI.

Cependant, il n’existe aucune preuve confirmant cette hypothèse. Ces dernières années, il a été démontré que certaines personnes s’étaient amusées à créer ce genre de motifs dans des champs.

Dans ce cas présent, aucune trace d’être humain ou d’introduction de matériels permettant d’effectuer ce genre de motif n’a été retrouvé. Plus surprenant encore, certains plants sont coupés avec une perfection difficilement explicables.

Source
https://www.diariodemorelos.com/noticias/supuesto-avistamiento-de-ovnis-y-marcas-en-pastizales-inquieta-habitantes-de-comunidad-de-veracruz,