Il décide de consulter un médecin car son oreille le démange: le jeune homme de 20 ans découvre une araignée vivante à l’intérieur !

B9719456705z 1 20190503084447 000 gk7dh5avk 1 0

 

Source : https://www.e-zapping.ovh

 

Consulté par un jeune homme de 20 ans, un médecin a fait une découverte peu ragoûtante dans l’oreille de son patient.

Ce qui est arrivé à ce jeune Chinois de 20 ans est le cauchemar de tout arachnophobe. Sentant que son oreille le démange depuis plusieurs jours, il se rend à l’hôpital de Yangzhou, pour consulter le docteur Zhang Pan. Au premier abord, celui ne distingue rien. Il décide alors d’utiliser une caméra minuscule, pour voir plus loin dans le conduit auditif.

Il fait alors une découverte incroyable. Dans l’oreille de son patient, Zhang Pan trouve une araignée vivante, qui a même fait de l’oreille du jeune homme son nid, puisqu’elle a commencé à y tisser sa toile.

Ses premières tentatives pour l’attraper et la faire sortir sont infructueuses, l’animal étant le plus vif. Le médecin décide alors d’injecter une solution saline dans l’oreille de son patient, pour forcer l’araignée à sortir.

 

En conclusion, Zhang Pan a tenu à rappeler qu’en cas de démangeaisons répétées de ce type, il vaut toujours mieux consulter un médecin.

« J’ai voulu allumer mon joint avec le cierge Pascal » : une nonne responsable de l’incendie de Notre-Dame

Nonne soeur cannabis fumer 1200x500

 

Source : http://secretnews.fr

 

Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris lundi soir à l’encontre de Sœur Marie-Jeanne qui est en aveux. L’incendie qui a ravagé la toiture de la cathédrale Notre-Dame aurait démarré alors qu’elle tentait d’allumer un joint de cannabis.

« On était tous invités pour l’anniversaire du Père Jean qui fêtait ses 63 ans, et quand j’ai voulu allumer mon pétard je me suis rendue compte que j’avais laissé mon briquet dans ma chambre; c’est fou comme je suis distraite quand je suis bourrée » a expliqué sœur Marie-jeanne aux enquêteurs sur place. « Alors j’ai essayé d’allumer mon joint avec le cierge Pascal, mais il est tombé et le feu a démarré » raconte la coupable qui a néanmoins pris son courage à deux mains pour rhabiller les enfants de chœur et les aider à sortir de l’édifice en flammes.

 

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour « destruction involontaire par incendie et usage de stupéfiant ». Elle a été confiée à la Direction régionale de la police judiciaire.

La cabine téléphonique où l’on vient parler à ses morts

1280x680 maxnewsworldthree469159

 

Source : https://www.nouvelobs.com

 

Dans le nord-est du pays, à Otsuchi, village décimé par le tsunami en 2011, un homme a installé une cabine téléphonique reliée à nulle part… sauf peut-être à l’au-delà. Un drôle d’endroit devenu un lieu de pèlerinage pour les endeuillés.

Et soudain, elle m’est apparue. La cabine téléphonique : silhouette incongrue dans un jardin paisible et verdoyant. Sur les branches ondoyantes des cerisiers, les bourgeons étaient prêts à éclore, les pruniers en fleur faisaient des taches de feu, toutes roses, et, en contrebas, se dessinait la ligne bleue de la mer.

Cette mer qui en 2011, lors du tsunami, a englouti 20 000 habitants de la région du Tohoku, décimant la moitié du village d’Otsuchi et plongé les survivants dans le gouffre insondable du deuil.

Les murmures des fantômes de nos aimés

 

Depuis, ils sont venus, par milliers, et parfois de très loin, se recueillir dans cet étrange lieu, pour y déposer leur chagrin quelques instants. On l’appelle le kaze no denwa ou le « téléphone du vent ». Les fils du téléphone de la cabine ne sont en effet reliés à rien. Sauf au vide. Ou au vent, qui porte les soupirs des défunts, les murmures des fantômes de nos aimés et de nos disparus.

L’homme du téléphone, c’est lui : Itaru Sasaki, un septuagénaire au sourire sage et doux. Cette cabine, il l’avait construite dans son jardin, juste avant le tsunami, après la mort de son cousin à la suite d’un cancer.

Elle croit aller aux toilettes et ouvre l’issue de secours de l’avion

8090139 cf794ac6 8b6b 11e9 bcda 6bcc7588a8c7 1 1000x625

 

Source : http://www.leparisien.fr

 

L’appareil d’une compagnie pakistanaise, qui s’apprêtait à décoller de Manchester, a été retardé de plusieurs heures.

Petite méprise, grandes conséquences. Alors qu’elle croyait se rendre aux toilettes, une passagère d’un vol des Pakistan International Airlines (PIA) a ouvert par mégarde une issue de secours de l’appareil.

L’incident s’est déroulé vendredi soir, à 21h20. Le Boeing 777, qui assurait samedi le vol PK 702, était sur le point de décoller de l’aéroport de Manchester en direction d’Islamabad. Les portes étaient « armées », c’est-à-dire verrouillées, et un signal lumineux indiquait aux passagers d’attacher leurs ceintures, explique le quotidien britannique The Independant.

L’étourdie n’en a pas tenu compte et s’est levée pour aller aux WC à l’arrière de l’avion. C’est là qu’au lieu de pousser la bonne porte, elle aurait ouvert celle-d’à côté. On ignore pourquoi aucun membre du personnel navigant n’était assis près de cette issue de secours, comme c’est la règle au décollage et à l’atterrissage.

D’autres vols décalés

La passagère distraite aurait pu tomber sur le tarmac, mais son geste malencontreux a heureusement déclenché l’ouverture automatique et le gonflage des toboggans.

 

Tous les passagers ont dû être débarqués et leur vol a pu redécoller, mais le lendemain matin seulement, à 5 heures. Ce qui a obligé les autorités de l’aéroport de Manchester à décaler d’autres départs et arrivées.

La compagnie pakistanaise n’a finalement admis à bord du vol PK 702 que 38 personnes, toutes volontaires, car les systèmes d’évacuation avaient été désactivés. On ignore quelle a été l’ambiance à bord. Pour ne rien arranger, quand ces passagers sont arrivés à Islamabad, samedi à 16h10, heure locale, tous leurs bagages n’avaient pas suivi.

Mike Tyson a voyagé dans une dimen­sion paral­lèle en fumant du venin de crapaud

56965636 2352912398324199 2942311275433465553 n 768x512

 

Crédits : Tyson Ranch/Insta­gram

Source : https://www.ulyces.co

 

Suite à l’en­re­gis­tre­ment du premier épisode de son nouveau podcast, Mike Tyson dit avoir voyagé dans une dimen­sion paral­lèle après avoir fumé du venin de crapaud, raconte GQ dans un portrait de l’an­cien boxeur paru le 10 juin 2019.

Iron Mike était alors accom­pa­gné du Dr. Gerry, de son vrai nom Gerardo Sando­val, un gyné­co­logue mexi­cain qui défend éper­du­ment l’uti­li­sa­tion de 5-Me0-DMT, molé­cule répu­tée comme la plus puis­sante des substances psycho­tropes. Le crapaud Bufo alva­rius, aussi appelé crapaud du désert de Sonora, sécrète ce liquide veni­meux lorsqu’il se sent attaqué pour repous­ser ses préda­teurs. Les cher­cheurs ont par la suite décou­vert qu’il était possible de traire ce venin qui ressemble à du lait, de le sécher et de le fumer. Ce qu’a fait Tyson.

 

Au début de son trip, Tyson raconte qu’il a eu l’im­pres­sion terrible qu’il allait mourir. « J’ai merdé. Je suis mort, c’est fini. J’ai pris cette drogue et ça m’a tué », se répé­tait-il déses­pé­ré­ment. Et puis les choses se sont calmées et l’ex-cham­pion du monde des poids lourds a commencé à planer jusqu’à atter­rir dans une autre dimen­sion. Il raconte avoir vu sa vie s’éti­rer à l’in­fini et d’in­nom­brables versions de lui-même, avant que n’ap­pa­raissent devant ses yeux hallu­ci­nés des symboles aztèques, d’étranges pyra­mides et « des gens qui sont morts ». « C’est comme si j’étais mort et revenu à la vie », confie Tyson.

En retrou­vant ses esprits aux côtés du Dr. Gerry, il était heureux et riait. Mais lorsqu’il est revenu dans le studio, il s’est mis à pleu­rer. L’ex­pé­rience, dit-il, l’a profon­dé­ment changé. Et ça se voit : c’est après ça qu’il a eu l’idée de construire un village-vacances pour fumeurs de weed. Il n’a plus refumé le crapaud depuis, mais il tire volon­tiers sur un pétard lorsqu’il raconte son histoire.

Ce laser détruit les cellules cancé­reuses dans le sang

Capture d ecran 2019 06 13 a 09 17 16 e1560410375779

 

Crédits : E.I. Galanzha

Source : https://www.ulyces.co

 

D’après une étude publiée dans la revue médi­cale Science Trans­la­tio­nal Medi­cine, des cher­cheurs de l’Uni­ver­sité d’Ar­kan­sas ont mis au point un nouveau laser capable de détec­ter les cellules cancé­reuses et de les détruire, rappor­tait le maga­zine IEEE Spec­trum le 12 juin 2019.

En opérant à l’ex­té­rieur de la peau, cet outil permet de tuer des cellules cancé­reuses avant qu’elles ne se propagent dans le corps par méta­stase. C’est la première cause de décès due au cancer. « L’uti­li­sa­tion du laser a révo­lu­tionné le diagnos­tic et le trai­te­ment des mala­dies », déclare Vladi­mir Zharov, l’au­teur de l’étude. Il explique que les premiers tests sont très promet­teurs : 96 % des cellules tumo­rales ont été détruites chez un patient.

Les cher­cheurs affirment que ce lasser a détecté les cellules chez 27 personnes sur 28 atteintes de cancer. Ils ne les ont toute­fois pas systé­ma­tique­ment toutes élimi­nées. Zharov et son équipe espèrent qu’il sera encore plus effi­cace lorsqu’ils augmen­te­ront sa puis­sance lors de futures études.

Célèbes, l’île où la mort n’est pas un adieu !

Sourire de mort 327887

 

PHOTOGRAPHIE DE BRIAN LEHMANN

Source : https://www.nationalgeographic.fr

 

Un membre de la famille ajuste les lunettes de Tappang Rara, décédé en 2006, à 65 ans.

Dans une région reculée d’Indonésie, les morts et leurs dépouilles font toujours partie de la famille. Et ils ont sans doute quelque chose à nous apprendre.

 

Defunt porte bonheur 327887

PHOTOGRAPHIE DE BRIAN LEHMANN

Debora Maupa est décédée en 2009, à 73 ans. Ses proches vérifient son corps. Un mort bien préservé (grâce à une solution aqueuse d’aldéhyde formique) est censé porter chance.

 

Seulement malade 327888

PHOTOGRAPHIE DE BRIAN LEHMANN

Près de Rantepao, sur l’île de Célèbres, ses sœurs et cousins entourent Syarhrini Tania Tiranda, morte la veille à 3 ans. Ils la touchent et lui parlent. Pour eux, elle n’est que to makuka’ – “malade”.

 

Presence continue 327882

PHOTOGRAPHIE DE BRIAN LEHMANN

 

Risma Paembonan apporte le dîner de sa belle-mère, décédée voilà deux semaines. L’ethnie toraja chérit le temps où les défunts restent chez eux. “Je ne suis pas triste, car elle est encore avec nous”, dit une autre femme au sujet de sa mère, à la maison plus d’un an après sa mort.

 

Un mort de premiere classe 327881

PHOTOGRAPHIE DE BRIAN LEHMANN

La famille de Pangkung Rante Rante met en place le corps de l’ancêtre, censé être décédé à l’âge de 115 ans, pour l’honorer. Une pratique rare, observée seulement par les familles des classes élevées.

 

Buffles sacrificiels 327885

PHOTOGRAPHIE DE BRIAN LEHMANN

Chez les Torajas, les buffles sont élevés pour le sacrifice. Les garçons (et parfois les filles) s’occupent d’eux avec affection et fierté. Les animaux sont tués d’un coup de machette sur la jugulaire lors de l’enterrement. Le prestige dépend du nombre de buffles sacrifiés.

 

Buffles sacrificiels 327886

PHOTOGRAPHIE DE BRIAN LEHMANN

 

Tini Patiung s’effondre au moment où un groupe d’hommes s’apprête à inhumer sa mère, Ester Patiung, décédée dix mois auparavant, à l’âge de 62 ans. Le corps est resté dans la maison familiale en attendant les décisions sur la cérémonie funéraire.

 

Reunion de famille 327880

PHOTOGRAPHIE DE BRIAN LEHMANN

Bartolomeus Bunga soulève le corps de sa mère, disparue en 2011, tandis que le petit-fils de la défunte lève gaiement les pouces. Plus de la moitié des Torajas vivant loin de leurs terres, les funérailles sont l’occasion de réunir la famille

Déclaré mort, ce bébé revient à la vie après les prières de sa mère

Bbe 725x375

 

Source : https://www.santeplusmag.com

 

Selon un rapport européen datant de 2013, la France a le taux de mortinatalité le plus élevé en Europe. Ainsi, avec un chiffre de 9,2 bébés morts nés pour 1000 naissances, le pays enregistre le plus mauvais score de tout le continent. La mort d’un bébé à la naissance est une triste réalité pour de nombreuses familles, plusieurs femmes se retrouvent alors mamans sans enfants et cela pèse lourdement sur leur santé physique et mentale.

Les causes de nombreuses mortinatalités demeurent méconnues. Les familles sombrant alors dans un deuil sans réponses à leurs questions. Néanmoins, dans certains cas et pour des raisons encore moins connues, quelques-uns de ces bébés reviennent à la vie. A l’instar de l’histoire de ce bébé « miraculé » relayée par nos confrères du New York Daily News.

Une respiration providentielle

Le bébé de Robin Cyr, 34 ans, pesait plus de 4 kilos et s’est retrouvé coincé, incapable de traverser la filière génitale correctement. Les médecins ont surveillé tout signe de vie pendant 25 minutes après sa naissance mais ne voyant aucune réaction, la petite fille a été déclarée morte par l’équipe de santé.

Déclaré mort, ce bébé revient à la vie après les prières de sa mère

Dévastée, Robin et sa tante ont commencé à prier pour le bébé. Quelques minutes après, une infirmière entra en courant dans la chambre annonçant à la famille que la petite fille s’est remise a respiré. Robin a déclaré à The guardian :

« Ma tante était présente et je sais que ses prières sont fortes et profondes. Quand elle a commencé à prier, mon bébé est revenu ».

Le médecin a qualifié cet évènement de « miraculeux » car il n’avait aucune explication logique à ce qui s’était passé. Il s’est simplement excusé auprès de Robin d’avoir « abandonné » son bébé et lui a expliqué qu’au moment où il s’est retourné, la petite fille respirait toute seule.

 

Déclaré mort, ce bébé revient à la vie après les prières de sa mère

Robin a appelé son bébé Mireya, qui vient du latin miracula et signifie miracle. Elle se rétablit tout doucement dans une unité de soins intensifs néonatals et avec son petit corps grassouillet et sa chevelure noire ressemble à n’importe quel bébé en bonne santé.

 

Mireya a mené le plus dur combat de sa vie pendant ses 30 premières minutes d’existence. Un examen dans le but de déterminer les causes de cette résurrection est en cours mais Robin connaît déjà la réponse. Pour elle, ce n’est autre que la « main de Dieu » qui est responsable de ce miracle !

Mortinatalité : des parents privés du bonheur de découvrir leur enfant

Selon l’OMS, la mortinatalité concerne les bébés qui naissent sans aucun signe de vie à partir de la 28ème semaine de grossesse. Ainsi, 2,6 millions de naissance dans le monde sont concernés par cette tragédie, avec plus de 7178 bébés morts nés par jour.

Lorsque cela arrive, les familles n’ont, dans la plupart des cas, jamais d’explication quant aux causes de la mort. Une étude a révélé qu’environ un quart des mortinatalités n’avait aucune raison possible connue. Néanmoins, voici les raisons les plus courantes pouvant entrainer une mort du nourrisson après 20 semaines de grossesse :

·       Anomalies chromosomiques et congénitales : Responsables de la majorité des fausses couches, elles peuvent également accroitre le risque de mort à la naissance. Les anomalies chromosomiques sont généralement détectées à la conception. Les anomalies congénitales sont quant à elles généralement causées par des influences environnementales durant la grossesse.

·       Un retard de croissance intra-utérin : Dans ce cas, le bébé est beaucoup plus petit qu’il ne devrait par rapport au nombre de semaines de grossesse. Cela entraine la mort à la naissance ou un risque élevé de mort subite du nourrisson en raison du manque de nutriments importants. La prééclampsie, l’hypertension artérielle causée par la grossesse ou le tabagisme pendant la grossesse sont des facteurs de risques déterminants d’un retard de croissance intra-utérin.

·       Décollement placentaire : C’est une infection qui provoque un décollement du placenta de la paroi utérine alors que le bébé est encore dans l’utérus. Cela peut être le résultat de certains problèmes de santé de la maman, de traumatismes à l’abdomen en fin de grossesse ou du tabagisme pendant la grossesse.

 

Infections : Certaines infections bactériennes ou virales, notamment les maladies sexuellement transmissibles, peuvent augmenter considérablement le risque de mortinatalité.

De manière générale, pour préserver le bien-être du bébé à venir, il convient de respecter certaines recommandations (zéro alcool et tabac pendant la grossesse, cuisson des aliments…) et d’adapter son mode de vie (alimentation saine, activité physique douce, relaxation) à la grossesse. De même, un suivi régulier de la conception/grossesse jusqu’à la naissance par un gynécologue est essentiel.

Allemagne : un conducteur sauvé par le « Saint-Esprit »

Allemagne un conducteur sauve par le saint esprit 20190601 0750 f2a5d9 0 1x

Source : https://www.lci.fr

 

LES INSOLITES DE LITZLER – Un conducteur allemand a pu échapper à une amende de 105 euros, grâce au flash d’un radar.​

 

La colombe incarne la paix, mais également le « Saint-Esprit ». Selon certains, ce dernier a justement voulu se manifester en Allemagne pour protéger un conducteur. Il a effectivement eu de la chance, car un flash de radar avait pris la forme d’une colombe blanche pour lui cacher le visage. La police allemande avait décidé de ne pas lui envoyer d’amende. « Nous avons compris ce que voulait dire ce signe divin, et nous allons laisser le conducteur en paix pour cette fois », a-t-elle affirmé. 

Ce samedi 1er juin 2019, Florian Litzler dans sa chronique « Les insolites du web », nous parle de la chance d’un conducteur allemand. Cette chronique a été diffusée dans La Matinale Week-End du 01/06/2019 présentée par Christophe Moulin sur LCI.

Capsules funéraires: devenez un arbre après votre mort !

Biodegradable burial pod memory forest capsula mundi 9 e1425105102414

 

Source : https://www.sain-et-naturel.com

 

i la tradition nous accoutume au cercueil de bois ou, au contraire, à la crémation, il existe peu d’originalité en la matière. Il est cependant courant de planter un arbre en la mémoire d’un être important. Mais que diriez-vous si l’on vous disait votre corps pourrait servir d’engrais à un arbre après votre mort? Grâce aux capsules funéraires c’est désormais possible. Et si on pouvait « devenir » cet arbre ?

Anna Citelli et Raoul Bretzel on développé un cercueil biologique et biodégradable.

Celui-ci prend la forme d’un œuf géant qui servirait de graine pour une nouvelle vie : un arbre. Une fois enterré, un plant d’arbre serait placé par dessus pour puiser ses ressources dans celui ou celle qui aura fait le choix de donner un nouveau sens à son dernier voyage.

capsules funéraires

Les concepteurs tiennent à ne pas en rester au stade conceptuel. Ils projettent de créer le premier cimetière d’arbres plutôt que les habituelles rangées de tombes. Objectif : que la mort des Hommes, comme celle de toutes choses, puisse créer de nouvelles vies, plutôt que d’abattre des arbres pour enterrer des cercueils. On ne viendrait plus se recueillir devant une pierre, mais devant un arbre, au cœur d’une forêt sacrée, qu’il faudrait éventuellement entretenir et aimer.

Anna Citelli et Raoul Bretzel, deux designers italiens, ont créé les Capsula Mundi. C’est un conteneur en forme d’œuf, fabriqué avec un matériau moderne, du bio-plastique à base d’amidon, dans lequel on place le corps dans une position fœtale. Ensuite, on plante un arbre ou une graine sur l’œuf qui se nourrit par le corps en dessous. L’arbre est choisi lorsque la personne est vivante, les parents et les amis s’en occupent lorsque la mort survient. Grâce aux capsules funéraires, un cimetière ne sera plus rempli de pierres tombales et deviendra une forêt sacrée.

capsules funéraires
Selon leur site web :

 

« Capsula Mundi permet de planter un arbre de plus. En plantant des arbres les uns à côté des autres, cela permet de créer une forêt au fil du temps. Les gens pourront se promener au milieu de ces arbres, en souvenir de leurs proches. »

La maladie du cerf zombie transmissible à l’homme ?

Mettent garde contre propagation virus zombie chez cerfs craignent contagieux humains 1020x534

Source : https://www.ouest-france.fr

 

Elle décime les troupeaux de chevreuils et de cerfs au Canada et aux États-Unis. La maladie débilitante chronique (MDC) des cervidés est connue depuis les années 1960, mais est toujours incurable. Des chercheurs canadiens craignent la transmission à l’homme.

La maladie débilitante chronique, qu’est-ce que c’est ?

Outre-Atlantique, on parle de « zombie deer disease » (maladie du cerf zombie). La maladie débilitante chronique (MDC) des cervidés touche principalement les cervidés d’Amérique du Nord, les cerfs de Virginie, les cerfs mulets (ou hémione), les élans et les rennes.

 

Elle a été observée pour la première fois aux États-Unis, en 1967, dans le Colorado. Puis elle s’est propagée dans 23 autres États américains et dans deux provinces canadiennes, l’Alberta et la Saskatchewan. En 2016, elle a été détectée en Europe pour la première fois chez des rennes et des élans, en Norvège.

En Europe, la maladie débilitante chronique a été détectée pour la première fois en 2016, en Norvège. Le gouvernement a décidé d’abattre une harde de 2 000 bêtes sauvages pour éradiquer l’épidémie. (Photo : Pixabay)

Il s’agit d’une maladie dégénérative mortelle du système nerveux central des cervidés, de la même famille (encéphalopathie spongiforme transmissible), que la maladie dite de la vache folle, la tremblante du mouton et la maladie de Creutzfeldt-Jakob. La MDC est causée par un prion qui dérive d’une protéine naturellement présente dans l’organisme des mammifères, qui peut se replier et changer de forme devenant ainsi nocive. Les prions sains sont contaminés et leur « accumulation provoque l’éclatement des cellules nerveuses », explique le gouvernement du Québec, sur son site dédié aux forêts, à la faune et aux parcs.

 

Comment se transmet-elle ?

Le procédé de transmission de la MDC n’est pas certain. « Les contacts entre animaux malades et sains sont probablement contagieux mais la voie réelle n’est pas connue. La salive comme les fèces doivent jouer un rôle et donc la voie orale doit représenter la voie de contamination la plus habituelle », écrit François Moutou de l’Unité d’Épidémiologie, Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa Lerpaz), dans un article sur la maladie dans la revue scientifique Virologie, en 2005.

D’autant plus que le prion est présent dans les selles, l’urine, la salive et le sang des animaux atteints. Très résistant, le prion contagieux et peut rester actif plusieurs années dans l’environnement.

Quand la maladie touche des troupeaux et non plus des animaux sauvages, l’éleveur doit abattre la totalité de ses bêtes.

Comment se manifeste-t-elle ?

Les animaux infectés ne présentent pas immédiatement de signes visibles de la maladie. Ils surviennent entre 18 et 48 mois après l’infection. Les animaux perdent du poids et leur comportement change.

« On note une baisse de la vigilance, moins d’interactions sociales de la part des animaux malades, des phases d’hyperexcitabilité, des comportements stéréotypés, une hyperesthésie et une baisse de la vue », signale François Moutou. Les animaux tremblent, bavent, mangent tout le temps mais perdent du poids. D’où le surnom de cerf zombie. La maladie est incurable et aucun vaccin n’existe pour la prévenir.

 

Les animaux infectés bavent, tremblent sur leurs pattes, baissent leur vigilance. (Photo : Pixabay)

 

Y’a-t-il un risque pour les humains ?

Jusqu’à maintenant, il n’y a pas eu de cas d’êtres humains touchés par cette maladie. Mais une équipe de chercheurs de l’université de Calgary (Canada), avec des scientifiques de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (Acia), a peut-être découvert une mauvaise nouvelle. Ils ont présenté les résultats préliminaires de leur étude commencée en 2009 et selon eux, la MDC peut infecter les personnes qui mangent des cervidés porteurs de ce prion.

Ces scientifiques ont mené des tests sur des macaques (les singes qui présentent le plus de similitudes avec les êtres humains) et ont constaté que les primates contractaient la maladie après avoir mangé régulièrement de la viande infectée. Pas tous, 5 des 18 animaux exposés à la maladie ont révélé des signes de transmission. « L’approche la plus prudente est de considérer que la MDC a le potentiel pour infecter les hommes », note l’Agence dans un communiqué de presse.

Des chercheurs de l’université de Calgary travaillent depuis 2009 sur la question de la transmission de cette maladie à l’homme. (Photo : Pixnio)

D’après les estimations de l’Alliance for Public Wildlife, un organisme canadien qui défend la conservation de la faune nord-américaine, entre 7 000 et 15 000 animaux infectés seraient consommés chaque année par des familles de chasseurs au Canada. Et les quantités augmentent de 20 % chaque année.

Les experts conseillent aux chasseurs qui capturent des cervidés dans les zones où la maladie est présente, de faire tester la viande avant de la consommer (une politique déjà existante dans les deux provinces canadiennes touchées), et d’étendre les tests aux élevages. L’étude de l’Acia doit se poursuivre au moins jusqu’en 2019.

Selon la croyance, il existe 4 étapes dans le processus de la mort

Etapes dans le processus de la mort 2

 

Image crédit : Shutterstock

Source : https://www.espritsciencemetaphysiques.com

 

Le processus de la mort se déroule en 4 étapes.

Saviez-vous que toutes ces étapes dépendent de l’éducation spirituelle de la personne?

Voici les étapes qui ont lieu lorsqu’une personne décède.

Les 4 étapes dans le processus de la mort :

La première étape est lorsque l’Ange de la Mort vient recueillir notre âme et cela arrive pendant le processus de défaillance du corps. Cet Ange de la Mort est connu sous différents noms dans différentes cultures. Le rôle de cet Ange de la Mort est de séparer notre âme de notre corps.

Ainsi, notre corps est laissé sans vie à la fin du voyage corporel. L’Ange nous tire dans un tunnel de lumière qui nous fait complètement oublier notre passé et ce qui nous est arrivé dans le passé. Après cela, un sentiment paix, de satisfaction nous envahit pendant que nous voyons une tache de lumière très brillante et cet endroit devient de plus en plus grand.

La deuxième étape se produit quand nous atteignons notre destination où l’Ange de la mort nous emmène. Il renonce à ses devoirs et nous faisons face à la lumière incroyablement brillante qui se trouve devant nous. Dans cette lumière, nous voyons le Dieu dans lequel nous avons foi. Ce Dieu nous accueille dans le royaume de la lumière et de la paix.

La troisième étape de la mort est celle qui concerne l’examen et l’évaluation. À ce stade, toutes les actions auxquelles nous nous sommes adonnés, dans notre vie, passent au scanner.

Bien que ce processus se déroule en un instant, il nous indique quel type d’énergie nous avons pu créer au cours de notre vie; que ce soit à propos de l’amour, de la jalousie ou de la cupidité, peu importe. Cette étape permet à l’âme de réaliser les erreurs qui ont été commises.

 

La quatrième étape est l’étape durant laquelle nous apprenons les leçons que nous étions supposés apprendre au cours de notre voyage de la vie. Nous décidons de ces leçons par nous-mêmes avec une honnêteté absolue et sans aucun jugement. Après cette étape, le processus de «recyclage» de notre âme a lieu et nous sommes renvoyés pour vivre une nouvelle vie avec de nouveaux parents et de nouveaux environnements.

Ce processus est différent pour tout le monde parce que nous sommes tous sur des plans différents d’expérience spirituelle. Mais la chose commune à propos de ce processus est qu’il est rempli d’amour et de gratitude. Il nous donne la paix et la satisfaction et rend notre âme humble et guide notre être. Pour presque tout le monde, ce processus est positif mais si ce processus est négatif pour quelqu’un, il peut plaider auprès de Dieu et Dieu le conduira sûrement à la lumière du bonheur et de la consolation.

Ce que vous devez toujours retenir de l’idée de la mort, c’est que vous ne devez pas avoir peur. Nous allons tous mourir un jour et l’inévitabilité de ce processus est obsédante et pourtant il doit nous rendre humble. Nous devons nous livrer à des actions positives tout au long de notre vie afin que ce processus soit facile et que nous puissions trouver la paix.

Alors, soyez heureux et détendez-vous!

LES CHATS ET LES CHIENS PEUVENT-ILS VOIR LES ESPRITS? ( LA SCIENCE CONFIRME QU’ILS PEUVENT VOIR DES FRÉQUENCES QUE NOUS NE VOYONS PAS )

Ob 82b261 virdvac80f1smolqu4sccccmy7i 630x420

 

Source : https://www.conscience-et-eveil-spirituel.com

 

On croyait autrefois que tous les mammifères avaient des yeux semblables aux hommes, incapables de voir les rayons UV, mais des preuves scientifiques suggèrent que de nombreux animaux en sont capables.

Les chats et les chiens peuvent-ils voir les esprits ?

Une étude réalisée  il y a quelques années par des biologistes à l’université de la ville de Londres, au Royaume-Uni, a fourni des preuves de ce différentiel entre espèces.

Selon Pet MD :

« Avez-vous déjà cru que votre chat ou chien observait quelque chose que vous ne voyez pas ? Eh bien, vous avez raison, selon une nouvelle étude. On pense que les chats, les chiens et les autres mammifères voient dans la lumière ultraviolette, ce qui ouvre un monde totalement différent de celui que l’on connait, explique l’étude.

La lumière UV est la longueur d’onde au-delà de la lumière visible du rouge au violet que les humains peuvent voir. Les humains ont une cornée qui empêche les UV d’atteindre la rétine. On pensait auparavant que la plupart des mammifères avaient des cornées similaires aux humains.

Les scientifiques ont étudié les cornées de mammifères morts, y compris les chats, les chiens, les singes, les pandas, les hérissons et les furets. En recherchant la quantité de lumière qui passe à travers la cornée pour atteindre la rétine, ils ont conclu que certains mammifères peuvent réellement voir les rayons UV, contrairement à ce que l’on croyait auparavant. »

Cependant, je crois qu’il y a quelque chose de plus à ce phénomène qui se penche sur le domaine métaphysique.

Ma jeune sœur et moi avons eu des expériences où nos chats voient des choses qui ne sont pas là. Ils battent l’air avec leurs pattes, observent attentivement le vide, suivent on ne sait quoi du regard pendant plusieurs secondes et font des bruits étranges.

 

Le moment le plus intense qui s’est passé était juste après la mort de mon grand-père. Notre chat nommé Double Stuff battait l’air, miaulait très étrangement et poursuivait quelque chose dans la pièce, essayant de sauter dans l’air, en regardant cette chose au plafond.

C’était presque comme si un esprit ou une entité flottait au plafond et seul le chat pouvait le voir.

Il n’y avait pas de lumière UV différente dans ma chambre quand le chat l’a fait : alors, pourquoi essayait-il de chercher des choses invisibles à ce moment-là ?

Ensuite, il y a quelques semaines, ma sœur a vécu une expérience bizarre où elle ressentait la présence de personnes, un phénomène généralement signalé par des personnes qui souffrent de paralysie du sommeil.

Lorsqu’elle a vu ces entités dans la maison la nuit, le chat a commencé à s’agiter étrangement et semblait effrayé. Il a miaulé et fait les mêmes choses étranges que parfois.

Pensez-vous que d’autres entités existent autour de nous, tout comme les rayons ultraviolets existent autour de nous et nous ne pouvons pas percevoir et que seuls certains animaux sont conscients d’eux ?

Perpignan: Le marabout jugé pour excès de vitesse explique être possédé par l’esprit de Schumi

5cee837df14937704d8b46d0

Le palais de justice de Perpignan — Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse

Source : https://www.20minutes.fr

 

« Parfois, je suis habité par certaines personnalités  ». Le 18 septembre, à Banyuls-sur-Mer, c’est « Michael Schumacher qui [l’avait obligé] à conduire (…) Alors je conduis comme un fou mais ce n’est pas de ma faute ». Jugé par le tribunal correctionnel dePerpignan, un Africain de 47 ans a évoqué son activité devant les juges pour justifier sa conduite en excès de vitesse et sa consommation de cannabis, relate L’Indépendant.

La drogue, il l’avait achetée à La Jonquera, de l’autre côté de la frontière espagnole, pour sa propre consommation : « 40 à 50 joints par jour », reprend le quotidien. Une consommation qu’il juge nécessaire pour communiquer avec les esprits. Ses incantations ne sont pas restées vaines : le tribunal l’a condamné à huit mois de prison avec sursis, contre huit mois ferme requis par le procureur de la République.

 

Ce Japo­nais arrêté ivre au volant affirme que son corps produit de l’al­cool à son insu

Drinjap

 

Source : https://www.ulyces.co

 

À Itami, au Japon, un véhi­cule a percuté un feu dans la soirée du 22 mai. Arrêté pour conduite en état d’ivresse, son conduc­teur a expliqué aux poli­ciers que son corps produit de l’al­cool sans qu’il n’en boive une goutte, rapporte le quoti­dien Kobe Shim­bun.

L’homme de 28 ans souffre du syndrome d’auto-bras­se­rie, égale­ment appelé syndrome de fermen­ta­tion intes­ti­nale, une mala­die diges­tive très rare. « Lorsque je suis nerveux, mon corps produit de l’al­cool » a déclaré l’élec­tri­cien aux poli­ciers, qui l’ont tout de même arrêté. Les personnes atteintes de cette mala­die souffrent de taux anor­ma­le­ment élevés de levure dans leur esto­mac, qui conver­tissent le sucre et autres glucides en alcool.

Une gigantesque araignée mange un opossum dans la maison de ce couple Australien

1560851414 1

 

Source : https://www.foozine.com

 

Ils ont eu la peur de leur vie en voyant la grosse bête et on comprend pourquoi en voyant ces photos…

araignée opossum

La Dolophones est un genre d’araignée trouvée principalement en Australie et en Océanie, elles sont connues pour leur capacité à se fondre parfaitement dans leur environnement pendant la journée en s’enroulant autour des rameaux ou en s’aplatissant contre l’écorce des arbres. Les femelles mesurent généralement environ 9 mm de longueur et les mâles sont plus petits à environ 5-6 mm. Malgré qu’elles soient très effrayantes, leur venin ne semble pas nocif pour les humains. 

Par Foozine, le 28 Juin 2018, dans insolite

De l’eau bénite larguée d’un avion pour exorciser une ville !

7797882926 un helicpotere largue de l eau en suede le 17 juillet 2018 illustration

 

Source : https://www.rtl.fr

 

Aux grands maux, les grands remèdes. La ville de Buenaventura (Colombie) connait une recrudescence d’assassinats. Pour y remédier, l’évêque du lieu, Monseigneur Rubén Darío Jaramillo Montoya, veut exorciser la ville. Depuis un hélicoptère de la Marine nationale dont il a le soutien, il envisage de jeter de l’eau bénite en grande quantité pour « chasser les démons », selon la radio locale Blu Radio, reprise par l’agence Fides.

« Nous voulons faire un tour de Buenaventura dans les airs, et l’asperger d’eau bénite pour voir si nous exorciserions soudainement ces démons qui détruisent le port, pour que la bénédiction de Dieu vienne et retire tout ce mal qui envahit nos rues« , a précisé Monseigneur Jaramillo Montoya.

 

Cet bénédiction est prévue pour la mi-juillet, à l’occasion des festivités de la Saint-Bonaventure (15 juillet), patron du lieu. En amont de l’aspersion, des images saintes du Docteur de l’Église, célèbre notamment pour ses écrits sur la sainteté, devraient être distribuées dans la ville pour inviter les habitants à la prière.

La mâchoire brisée et plusieurs dents cassées après l’explosion de sa cigarette électronique

B9720006082z 1 20190620141037 000 g52dsvfa3 1 0

 

Source : https://www.foozine.com

 

Austin Adams avait décidé d’arrêter de fumer. Pour l’aider dans ce long combat, l’adolescent de 17 ans du Nevada s’est fait offrir une cigarette électronique par sa mère. Sauf qu’en mars 2018, celle-ci lui a explosé en pleine bouche, la faute à la pile de l’appareil qui avait surchauffé.

Il a immédiatement été emmené dans le seul établissement de la région capable de supporter sa blessure par explosion, ainsi que les graves brûlures. Austin a été pris en charge par le chirurgienne Katie Russell ‘Il a dû subir une réduction ouverte et une fixation interne de la fracture, une extraction dentaire et un débridement de tissu dévitalisé’ explique t-elle.

explosion cigarette électronique

 

Le jeune homme a eu la mâchoire fermée pendant six semaines, le limitant à un régime composé d’aliments liquides et en purée.

explosion cigarette électronique

Ce n’est pas le premier accident survenu à cause d’une cigarette électronique. Un homme est décédé l’année dernière en Floride après l’explosion de sa vapotte, d’autres personnes ont été blessées.

Henrietta Lacks, la patiente immortelle qui « vit » encore 66 ans après sa mort

Une henrietta lacks

 

Source : https://www.maxisciences.com

 

Vous ne connaissez peut-être pas Henrietta Lacks, et pourtant, elle est l’une des femmes qui a le plus contribué à la recherche scientifique grâce à ses cellules très spéciales… devenues immortelles. Voici son histoire.

 

Henrietta Lacks naît il y a plus de 97 ans en Virginie du Sud. Cette cultivatrice de tabac, morte d’un cancer de l’utérus en 1951 à l’âge de 31 ans, a contribué sans même le savoir à l’une des plus grandes découvertes médicales de l’histoire : en effet, une part d’elle vit encore, 66 ans après sa mort, sous la forme de cellules utilisées en recherche dans le monde entier.

Une découverte inattendue

En 1951, Lacks se rendit à l’hôpital Johns Hopkins pour une intervention sur une tumeur fulgurante. À l’époque, cet hôpital était le seul à proximité à accepter de traiter les patients afro-américains, et lors de l’opération, le chirurgien préleva un morceau de tumeur sur Henrietta sans l’en informer. Dans les années 1950, les chercheurs tentaient désespérément de maintenir en vie des cellules humaines en culture à des fins expérimentales.

Le chirurgien d’Henrietta confia le morceau de tissu à un spécialiste, qui s’aperçut alors que ces cellules possédaient une particularité incroyable. Tandis que les cellules se divisent en moyenne 40 fois au cours de leur brève vie, celles d’Henrietta continuaient de se diviser indéfiniment, sans signe de ralentissement. C’est ainsi qu’elles devinrent la toute première lignée cellulaire : un groupe de cellules qu’il est possible de cultiver et de préserver indéfiniment.

Cette lignée cellulaire permet d’expérimenter sur des cellules sans avoir à effectuer de prélèvement sur un être humain en vie. Chez Lacks, elle est due à une mutation naturelle que nous expliquerons plus loin, tandis que d’autres sont artificiellement créées en laboratoire. Aujourd’hui, les cellules de Lacks (baptisées HeLa) ont plus de 66 ans et continuent de se développer. Avec plus de 50 millions de tonnes produites, on pourrait faire trois fois le tour de la Terre avec.

Ces cellules ont permis à des générations de scientifiques de faire de nombreuses expérimentations sur des cellules vivantes. Bien qu’elles soient cancéreuses et génétiquement différentes de cellules humaines typiques, les HeLa se comportent comme des cellules normales sous bien des aspects. Elles sont donc très utiles pour étudier les bactéries, les hormones et en particulier, les virus.

201705 omag lybl lacks old image 949x534

 

Un héritage inestimable

Depuis le début du 20ème siècle, les chercheurs se succédaient pour tenter de trouver un vaccin à la poliomyélite. De nombreuses études avaient été menées sur des singes rhésus, mais il devint rapidement difficile de se procurer suffisamment de spécimens. Toutefois, grâce aux cellules HeLa, Jonas Salk parvint à concevoir un vaccin dans les années 50, qui, à la suite de quelques perfectionnements, contribuera à une réduction drastique des cas de polio dans le monde.

Les cellules HeLa ont été évoquées dans des dizaines de milliers d’articles et utilisées à d’innombrables occasions, depuis la recherche de traitements contre la maladie de Parkinson, l’herpès ou certains cancers à l’étude du clonage, de la génétique et de l’effet des radiations. Néanmoins, jusqu’à peu, nul n’arrivait à dire comment ces cellules pouvaient continuer de se diviser inlassablement. Ce n’est qu’en 2013 qu’une équipe de l’Université de Washington a trouvé une réponse.

Dans leur étude publiée dans la revue Nature, les chercheurs ont montré qu’une partie du génome du virus HPV lié au cancer s’est combiné avec celui de Henrietta. Le virus, qui contenait ses propres gènes cancérigènes, s’est rapproché des gènes cancérigènes de Lacks (ces gènes mutent en cancer s’ils sont modifiés). La proximité de ces gènes les a alors amenés à se stimuler mutuellement et à potentialiser leurs effets, déclenchant cette multiplication effrénée chez les cellules d’Henrietta.

L’utilisation des cellules de Lacks a fait polémique durant des années. L’obtention de l’accord des patients pour le prélèvement de tissus n’était pas vraiment de mise à l’époque d’Henrietta, et sa famille n’avait jamais été consultée pour l’utilisation de ces cellules. De nombreux pseudonymes avaient été donnés à la patiente pour cacher son identité, mais lorsque celle-ci fut révélée dans les années 70, ses proches obtinrent un droit de regard sur la publication de futures recherches, au terme d’un long combat. 

Tina a passé 27 minutes en état de mort clinique: au réveil, elle écrit ces mots pour décrire ce qu’elle a vu (photos)

7205760

©Instagram @madiejohnson

Source : https://www.rtl.be

 

 

Que se passe-t-il après la mort? Les expériences de mort imminente fascinent et ce nouveau témoignage ne fait pas exception à la règle. Tina Hines, une Américaine, a subi un arrêt cardiaque alors qu’elle était avec son mari Brian à Phoenix, dans l’Arizona.

Cette mère de quatre enfants a dû être réanimée 6 fois, et s’est retrouvée en état de mort clinique durant 27 minutes, peut-on lire dans le tabloïd britannique The Sun. Lorsque son cœur a repris, elle n’était pas en mesure de parler car elle était intubée. Mais selon le témoignage de sa famille, elle a fait des gestes, pour demander à ce qu’on lui tende de quoi écrire. Elle a alors gribouillé « It’s real » (« C’est réel », « Cela existe ») dans un carnet.


©Instagram ©madiejohnson


©Instagram ©madiejohnson
 

Lorsque sa famille lui a demandé de quoi elle parlait, Tina a pointé le ciel. La dame faisait référence… au paradis. Elle assure l’avoir entrevu alors qu’elle était entre la vie et la mort.

Tina, qui est croyante, raconte avoir vu Jésus, entouré de couleurs radiantes. « C’était si réel, les couleurs étaient si vibrantes », a-t-elle confié à un média local, cité par The Sun.

 


©Instagram ©madiejohnson 

Les médias relatent ce témoignage, récolté suite à l’hospitalisation de Tina en février 2018, en raison d’une publication sur Instagram. Madie, la nièce de Tina, a choisi de se faire tatouer les mots que sa tante a écrits lorsqu’elle est revenue à la vie

Ces cham­pi­gnons hallu­ci­no­gènes trans­forment les cigales en machines sexuelles


Crédits : Ryan Glenn

Source : https://www.ulyces.co

Dans une étude publiée par la revue Science Direct le 24 juin 2019, une équipe de cher­cheurs améri­cains analyse les effets des cham­pi­gnons hallu­ci­no­gènes sur une popu­la­tion de cigales. En infec­tant un insecte, l’en­to­moph­tho­ra­lean provoque la désin­té­gra­tion de ses organes géni­taux et l’en­traîne dans une quête effré­née de rela­tions sexuelles, rapporte The Sun.

À partir du moment où elles sont conta­mi­nées par des spores, les cigales sont victimes d’un agent patho­gène baptisé masso­spora cita­dina, qui se déve­loppe dans leur corps. Comme s’il cher­chait à étendre son infec­tion, le cham­pi­gnon pousse alors les mâles à battre les ailes à la manière des femelles, ce qui attire d’autres insectes. Même si leurs corps se décom­pose, et que les parties géni­tales et l’ab­do­men finissent par tomber, les malades deviennent de véri­table machines sexuelles.



Ces obser­va­tions donnent des idées aux scien­ti­fiques.« Nous pensons que ces décou­vertes susci­te­ront un regain d’in­té­rêt pour les cham­pi­gnons et leurs effets secon­daires sur le plan phar­ma­co­lo­gique », a déclaré Matt Kasson, de la West Virgi­nia Univer­sity. « Cela pour­rait nous permettre de trou­ver de nouveaux médi­ca­ments. »

Des dizaines d’oiseaux tombent du ciel le bec et les yeux en sang !


Source : https://www.ayoyemonde.com

Environ 60 oiseaux sont « tombés du ciel » le bec et les yeux en sang, mercredi, dans le sud de l’Australie.

Les oiseaux étaient en grande partie des Cacatoès nasique, une espèce protégée.

Des 60 oiseaux découverts, 58 sont décédés et n’ont pas pu être sauvés par les vétérinaires.

« Les oiseaux n’étaient plus capables de voler et ils étaient coucher au sol, agonisant de douleur. Plusieurs oiseaux saignaient du bec et des yeux », a raconté Sarah King, la fondatrice d’un refuge pour animaux de la région, qui a vu les oiseaux.

Elle a dit que c’était une véritable scène de film d’horreur. Des enfants qui étaient dans le secteur ont vu les oiseaux mourir dans d’atroces douleurs et ont été traumatisés par la scène.

Selon toute vraisemblance, les oiseaux auraient été empoisonnés.

« Nous avons immédiatement pensé à un empoisonnement », a expliqué Sarah King, ajoutant que ce n’est pas la première fois qu’une situation du genre se produit.



Le gouvernement n’a pas confirmé ou démenti la possibilité d’un empoisonnement pour le moment. Toutefois, des tests seront menés afin de mieux comprendre ce qui est arrivé et s’assurer que ce drame n’est pas lié à une maladie.

S’il s’agit d’un empoisonnement, la personne responsable s’expose à une peine de prison.

9 personnes qui souffraient d’anomalies physiques rares et étranges

8712578785746

 

Source : https://buzzly.fr

 

Il y a ceux qui sont gâtés par la nature, et qui se plaignent, et puis il y a les autres, considérés comme des « bêtes de foire », ou des « erreurs de la nature » (vous m’excuserez des termes) qui ont du faire avec des handicaps, malformations ou autres déréglements génétiques. 

Habitués à fréquenter les cirques (nous sommes au 19ème siècle), accusés, moqués, montrés du doigt, ces hommes et ces femmes ne se sont pourtant jamais plaints et ont essayé, tant bien que mal, de vivre une vie « normale », malgré tout : 

Ella Haper (1870–1921?), aussi connue sous le nom de « fille chameau », préférant marcher à quatre pattes

Ella Harper, née à HendersonvilleTennessee, souffrait d’une maladie orthopédique rare et étrange. Ses genoux étaient pliés vers l’arrière, l’obligeant à se pencher vers l’avant, se laissant ainsi tomber pour marcher à quatre pattes. Aujourd’hui, cette maladie est plus connue sous le nom de « recurvatum« , mais à l’époque, la jeune fille était tout simplement considérée comme la « fille chameau », se pavanant dans des cirques dont elle était la « vedette ».

En 1886, âgée de 16 ans, Ella décida de tout plaquer pour aller à l’école. Nous n’avons plus d’informations à son sujet à compter de cette année.

 

 

L’enfant à tête de lion

Stephan Bibrowsky est né en Pologne en 1890 de parents normaux. Il souffrait d’hypertrichosis, une maladie génétique rare qui couvre le corps entier d’un manteau épais de poils. Stephan était toujours bien habillé pour prouver que malgré son handicap, il était une personne instruite (il parlait cinq langues). Seulement 50 cas ont été découvert.

 

Fannie Mills, au connue sous le nom de « The Ohio Bigfoot Lady »

Fannie, née en 1859, souffrait de la maladie de Milfroy, faisant ainsi gonfler ses jambes et ses pieds. Son papa (à l’époque) a décidé d’offrir 5 000 $ + une ferme à quiconque voudrait prendre sa fille pour épouse. Fannie était une jeune fille plutôt futée, et a tout de même reçu pas mal de demandes en mariage émanant de tout le pays (même si la plupart des prétendants n’étaient que des chercheurs d’or … )

 

 

Maurice Tillet, également connu sous le nom de « L’Ange français »

Maurice Tillet était un catcheur professionnel qui souffrait d’acromégalie depuis l’âge de 20 ans, une maladie rare dont la particularité est de faire grossir les os. Bien qu’il souhaitait devenir poète ou acteur, son physique a mis fin à ses rêves. Lasse d’être tout le temps l’objet de moqueries, il s’enfuit aux États-Unis où il commence une carrière de catcheur, métier beaucoup plus adapté à son physique selon lui

Le personnage de Shrek aurait été inspiré par Maurice, mais l’info n’a jamais été confirmée par Dreamworks

 

Frank Lentini, également connu sous le nom de « The Great Lentini »

Francesco Lentini est né en 1889 sur l’île italienne de Sicile. Il avait la particularité de posséder une troisième jambe, non pas là ou l’on pourrait penser, car elle sortait de son dos, rattachée à sa colonne vertébrale. Cette malformation est le fruit d’un jumeau parasite qui s’est arrêté de grandir dans le ventre de la mère. Issu d’une famille de 12 enfants, Francesco fut abandonné par ses parents, car rejeté et traité de monstre. Recueilli dans un pensionnat jusqu’à ses 8 ans, il est ensuite parti aux États-Unis où il a travaillé dans un cirque, avant de rencontrer l’amour et d’avoir quatre enfants en bonne santé. Bravo champion.

 

Jean Libbera, deux corps pour le prix d’un

Italien né à Rome en 1884, Jean est le quatrième enfant d’une famille qui en compte treize. Il fut rapidement « repéré » pour « travailler » dans des cirques européens puis américains. Il sillonna avec son frère jumeau, Jacques, un jumeau parasite rattaché à sa poitrine. Bigre …

 

Martin Laurello – Le Hibou Humain

Martin Laurello est né à Nuremburg, en Allemagne autour de 1886. Il avait la particularité de tourner sa tête à 360°.

 

Myrte Corbin – La dame à quatre jambes

Josephene Myrtle Corbin est née dans le comté de Lincoln, au Tennessee en 1868. Née avec un dipygus, elle eut deux bassins séparés côte à côte de la taille vers le bas. Les jambes supplémentaires faisaient partie d’une jumelle qui ne s’est pas dédoublée correctement. Chacune de ses plus petites jambes intérieures a été appareillée avec une de ses jambes externes.

 

 

Joseph Merrick, aussi connu sous le nom de « Elephant man »

Le cas de Joseph Merrick intéressa pas mal de pathologistes (et de cinéphiles), à commencer par le docteur Treves qui, après sa mort fit une autopsie détaillée pour chercher à connaître les causes des difformités dont il souffrait. On a longtemps cru que Joseph Merrick souffrait de neurofibromatose de type I, dite aussi maladie de Recklinghausen, une maladie neurologique et héréditaire qui affecte les tissus et les os et produit dans les cas les plus extrêmes des déformations proches de celle de l’« Homme Éléphant ». Mais de récentes recherches génétiques faites à partir de ses ossements ont permis d’établir qu’il souffrait en fait du syndrome de Protée, une maladie génétique qui affecte la croissance des tissus, et produit elle aussi des déformations. Il est retrouvé le 11 avril 1890 au matin, apparemment mort par étouffement dans son sommeil après que sa lourde tête se soit renversée vers l’arrière. Ne pouvant dormir étendu, il devait d’ordinaire dormir la tête penchée vers l’avant. UNE erreur.

De la coke vieille de 1000 ans retrou­vée dans une sacoche de chaman en Boli­vie

Ayahuesca

 

Source : https://www.ulyces.co

https://www.activiteparanormale.com/pages/insolite/de-la-coke-vieille-de-1000-ans-retrou-vee-dans-une-sacoche-de-chaman-en-boli-vie.html

 

En Boli­vie, une sacoche de chaman vieille de 1000 ans a été retrou­vée dans la grotte andine de la Cueva del Chileno. Elle conte­nait plusieurs drogues, notam­ment de la cocaïne et des psycho­tropes comme de la DMT, rappor­tait EurekA­lert! le 6 mai.

Le sac en cuir conte­nait une sacrée pano­plie puisque les résul­tats auxquels sont parve­nus les scien­ti­fiques indiquent qu’il y avait là quatre ou cinq plantes hallu­ci­no­gènes diffé­rentes. Plusieurs outils ont égale­ment été décou­verts, comme des tablettes en bois, des spatules en os ou encore des tubes de cheveux humains, pour fumer les plantes hallu­ci­no­gènes en ques­tion.

Crédits : Jose Capriles, Penn State

Bien que les experts savaient que les psycho­tropes étaient impor­tants dans les acti­vi­tés spiri­tuelles et reli­gieuses des chamans amérin­diens, ils ne se doutaient pas qu’ils utili­saient autant de plantes et d’ou­tils diffé­rents. « Il s’agit du plus grand nombre de substances psychoac­tives jamais retrou­vées dans une seule collec­tion d’ar­te­facts  archéo­lo­giques en Amérique du Sud », explique l’an­thro­po­lo­giste Jose Capriles.

 

Cepen­dant, les recherches des archéo­logues ne permettent pas encore de déter­mi­ner comment les plantes ont été prépa­rées. Cette décou­verte montre qu’au-delà d’une connais­sance impres­sion­nante des plantes, ces habi­tants entre­te­naient un véri­table lien avec le « monde des esprits ».